La France vue d’ici s’expose à Marseille

Jusqu’au 30 juin, à la scène nationale du Merlan à Marseille, les travaux de huit photographes ayant participé au livre réalisé par Mediapart et ImageSingulières sont exposés.

Pour ceux qui ne pourront si rendre, voici le film de Mehdi Ahoudig et Solveig Risacher (un montage d'images du corpus documentaire porté par la voix de François Morel) qui fut tiré de ce projet mené pendant trois ans, entre 2014 et 2017, avec 26 photographes.

Au théâtre du Merlan, ce sont les photos de Patrice Terraz, Frédéric Stucin, Anne Rearick, Raphaël Helle, Géraldine Millo, Jean-Robert Dantou, Loïc Bonnaure et Paul Arnaud qui sont regroupées autour du thème de la jeunesse, de l’enfance jusqu’au travail en passant par l’école afin de « chercher, dans cette France contemporaine, où se cache le déterminisme social qui fait que le chemin des uns sera plus tortueux que celui des autres, explique le Merlan. Chaque photographe touche ici le reflet d’un quotidien pas toujours tendre, d’histoires pas toujours simples, de singularités, d’identités, de protestations différentes… »

A croiser de nouveau ces regards portés sur la France juste avant la présidentielle qui amena Emmanuel Macron au pouvoir (on peut les retrouver dans le livre éponyme édité chez La Martinière regroupant 560 photos sur 336 pages ou sur le site internet dédié au projet), on est saisi par la prescience de nombre des photographes: que ce soit dans les Ardennes avec Pablo Baquedano, chez les ouvriers de Peugeot ou à Bar sur Aube avec Raphaël Helle, aux bains-douches de Paris avec Florence Levillain, dans les quartiers nord de Marseille avec Yohanne Lamoulère, dans les banlieues avec Hervé Lequeux, auprès des victimes de l’amiante avec Nanda Gonzague, à La Réunion avec Romain Philippon … l’exclusion sociale de certaines populations, annonçant la colère des gilets jaunes, fruit de ruptures majeures dans notre société, se lit dans les images.

Dans un dialogue entre Edwy Plenel et Christian Caujolle sur le statut de la photographie aujourd’hui et publié dès les premières pages du livre, le fondateur de Mediapart souligne que « les photographies de ce corpus documentaire sont un antidote au pouvoir personnel qui épuise la démocratie française » et se demande si « le vrai défi du photojournalisme ne serait pas aujourd’hui de rendre présent ce que le flot continu d’images malmenées, formatées, abîmées, convenues, etc., ne cesse de rendre absent ». Ce à quoi répond le critique d’art, commissaire d’exposition et fondateur de l’agence VU : « La France vue d’ici vient combler un manque : celui du questionnement de la société française au moment où elle va mal, voire de plus en plus mal. Et fait la preuve que c’est aussi de la diversité des approches visuelles, de la confrontation d’esthétiques d’aujourd’hui que naissent les questions auxquelles il devient urgent d’apporter des réponses. »

Nous avions envoyé le livre, dont la sortie était programmée pour coïncider avec l’élection présidentielle, aux principaux candidats. Emmanuel Macron l’avait-il ouvert ?

***

Le Merlan, scène nationale de Marseille
Avenue Raimu (Marseille 14e)
Exposition jusqu'au 30 juin, ouverture des portes à 19h et projection du film La France Vue d'Ici à 19h30

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.