Sophie Dufau
Journaliste
Journaliste à Mediapart

64 Billets

35 Éditions

Billet de blog 18 août 2020

Quatre nouveaux projets documentaires soutenus par Tënk et Mediapart

La formation au maintien de l’ordre ; une histoire des révoltes populaires ; devenir homme en Russie ; et l’aventure de crabes migrants, voilà les quatre thématiques des films qui vont en 2020-2021 recevoir un soutien de Tënk et Mediapart pour être finalisés.

Sophie Dufau
Journaliste
Journaliste à Mediapart

L’an passé, la plateforme du documentaire d’auteur Tënk et Mediapart ont décidé de soutenir ensemble des films dits « de création », documentaires fragiles, portés parfois durant des années par un réalisateur ou une réalisatrice opiniâtre, souvent déjà tournés mais ayant du mal à boucler leurs budgets pour être achevés et trouver peut-être leur public.

Concrètement, Tënk et Mediapart, par un apport en numéraire et en industrie, permettent à la post-production (montage son, étalonnage, mixage…) de se faire dans de bonnes conditions. De surcroit, en s’engageant à diffuser ces films une fois achevés, notre soutien peut permettre de déclencher des aides institutionnelles nationales ou régionales.

Ainsi l’an passé, nous avions soutenu Bachar à la Zad, de Pierre Boulanger et Imagine demain on gagne, d’Arthur Thouvenin et François Langlais. Ces deux films ont été diffusés en juillet et juin derniers sur Mediapart. Deux autres suivront bientôt.

Pour l’année 2020-2021, le jury réunissant Jeremie Jorrand et Alizée Mandereau pour Tënk et Sophie Dufau pour Mediapart s’est réuni lundi 17 août à Lussas, en Ardèche où se tiennent en ce moment les Etats généraux du film documentaire. 62 dossiers avaient été adressés à Tënk, nous en avons retenu 4.

Image extraite du dossier «La cité de l’ordre» présenté par Antoine Dubos

La cité de l'ordre d’Antoine Dubos (producteur La société des Apaches).
Une immersion au sein de l’école de police de Oissel, en Normandie, un site où les élèves gardiens de la paix s’entraînent dans une ville récréée de toutes pièces. Où les jeux de rôles et les mises en scène de situations de la vie ordinaire révèlent la vision de l’ordre social portée par la police. Ce film devrait être achevé durant le premier trimestre 2021.

Une si longue marche, de Dominique Loreau (producteur Cobra films)
Ils sont arrivés dans les années 1930, accrochés à la coque de bateaux faisant le voyage entre la Chine et l’Europe. Mais depuis 2010 et sans doute en réaction au réchauffement climatique, ces crabes dit chinois se développent dans les fleuves et rivières d’Allemagne, de Belgique, des Pays Bas et du nord de la France. Au point qu’à certaines saisons, on peut les voir débouler en masse en ville ou que, cherchant la chaleur, ils parviennent à boucher les filtres d’une centrale nucléaire. Ce sujet plein de métaphores sera « un essai cinématographique poétique, contradictoire et polyphonique du réel, à la fois un miroir de notre société et un hymne à la vie », écrit la réalisatrice.
Il devrait être achevé en septembre 2021.

Ciompi, d’Agnès Perrais (producteurs L’image d’après et la Surface de dernière diffusion)
À la fin du Moyen Age, à Florence en Italie, une révolte des plus pauvres travailleurs, les Ciompi, bouleverse la ville et parvient à renverser le gouvernement. Du souvenir de ces insurgés, il ne reste que d’infimes traces à Florence, mais l’historien italien Alessandro Stella a documenté cette révolte. En tissant les réflexions de ce chercheur, directeur de recherche au CNRS et militant d’extrême-gauche dans les années 1970 en Italie, à une déambulation dans la ville, la réalisatrice entend aussi qu’aux luttes d’aujourd’hui répondent les fantômes des Ciompi.
Ce film devrait être achevé fin 2021-début 2022.

Image extraite du dossier «Le Passage» présenté par Salomé Hévin.

Le passage, de Salomé Hévin (production Pivonka Production)
En Russie, un centre de rééducation faisant aussi office de maison pour orphelins. Il est dirigé par le père Boris qui se charge de ces « enfants difficiles ». En suivant l’éducation de Nikita, 13 ans, c’est le stéréotype de l’homme russe, fort, ne reculant devant aucun conflit ni corps à corps qui s’impose comme modèle. Un poncif qui va de pair avec un renouveau du patriotisme alors que l’État ne joue plus son rôle protecteur.
Ce documentaire prévoit d'être prêt à diffuser en octobre 2021

Soutenir ces films, dont certains sont en tout début de tournage donc n'ont pu nous proposer très peu d'images mais des notes d'intention et de réalisation convaincantes, c'est aussi parier sur la diversité des regards qui vont nous raconter le monde.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette