Cinéastes en soutien aux sans-papiers du boulevard de Strasbourg

Plus de quatre ans après leur film en soutien aux travailleurs sans papiers (lire ici), le Collectif des cinéastes retrouve les écrans pour alerter cette fois sur la situation de 18 employés d'un salon de beauté situé boulevard de Strasbourg à Paris et demander leur régularisation. 

Plus de quatre ans après leur film en soutien aux travailleurs sans papiers (lire ici), le Collectif des cinéastes retrouve les écrans pour alerter cette fois sur la situation de 18 employés d'un salon de beauté situé boulevard de Strasbourg à Paris et demander leur régularisation.

Les 18 du 57, Boulevard de Strasbourg © Collectif des Cinéastes pour les sans-papiers

 

Voici ce qu'ils écrivent

Demain, « jeudi 23 octobre, à 9h, les salariés du 57 Bd de Strasbourg passeront devant le tribunal de grande instance de Paris, où ils risquent fortement d'être expulsés du local qu'ils occupent. Quinze d'entre eux sont toujours "sans-papiers" mais étaient jusque-là protégés par leur grève. Ils seraient alors rejetés dans l'ombre et la clandestinité, et pourraient à tout moment être expulsés du territoire national. »

« Pour la plupart coiffeuses sans-papiers d'origines africaines, les 18 salariés du salon de coiffure du 57 Bd de Strasbourg, à Paris, étaient illégalement payés "à la tâche" pour 200 à 400 euros par mois, alors qu'ils travaillaient 6 jours sur 7, de 9h à 23h, dans des conditions de travail d'un autre temps.

Ils se sont mis en grève le 22 mai dernier et ont obtenu des contrats de travail sous la pression de la CGT. Mais le 8 juillet, leur employeur a procédé à un dépôt de bilan, conduisant les salariés à déposer une plainte le 6 août pour « traite d'êtres humains, travail dissimulé et faillite frauduleuse ». Depuis, ces salariés se relaient courageusement pour occuper leur lieu de travail, malgré les menaces et la peur des représailles.
Le 8 septembre 2014, le Collectif des cinéastes pour les "sans-papiers" a pris sous sa protection les 18 grévistes du 57, Bd de Strasbourg et a alerté les Ministères de l'Intérieur, du Travail et de la Justice sur leur situation et les pressions intolérables qu'ils subissaient.

N'ayant obtenu aucune réponse des trois ministères concernés, le Collectif a décidé de réaliser un nouveau film, le 4e en 20 ans, et de lancer une campagne nationale de soutien aux 18 du 57 Bd de Strasbourg.

"Contre la traite des êtres humains, au nom de la dignité humaine, un Etat de droit se doit de protéger tous ceux qui travaillent sur son territoire."

Appel à la régularisation immédiate des grévistes du 57.

Premiers signataires : Lionel Abelanski, Mona Achache, Mathieu Amalric, Michel Andrieu, Stéphane Arnoux, Cynthia Arra, Myriam Aziza, Josiane Balasko, Jeanne Balibar, Tina Baz, Frank Beauvais, Fadila Belkebla, Grégoir Bénabent, Rahma Benhamou El Madani, Luc Béraud, Diane Bertrand, Julie Bertuccelli, Martin Bidou, Simone Bitton, Dominique Blanc, Nicolas Bouaziz, Laurent Bouhnik, Stéphane Brizé, Isabelle Broué, Bénédicte Brunet, Mikaël Buch, Yvan Calberac, Robin Campillo, Sonia Cantalapiedra, Laurent Cantet, Jean-Michel Carré, Judith Chemla, Laurent Chevallier, Malik Chibane, Patrick Chiha, François Chilowicz, Hélier Cisterne, Jean-Paul Civeyrac, François Cluzet, Clément Cogitore, Jean-Louis Comolli, Antony Cordier, Catherine Corsini, Costa-Gavras, Anna Da Palma, Marie de Laubier, Émilie Deleuze, Antoine Desrosières, Mati Diop, Marie Donnio, Christine Dory, Ariane Doublet, Karim Dridi, Bernard Dubois, Marie Dumora, Jean-Pierre Duret, Nadia El Fani, Nicolas Engel, Philomène Esposito, Abbas Fahdel, Frédéric Farrucci, Léa Fehner, Pascale Ferran, Emmanuel Finkiel, Stéphane Foenkinos, Marina Foïs, Dan Franck, Isabelle Gely, Denis Gheerbrant, Khaled Ghorbal, Thomas Gilou, Elise Girard, Stéphanie Girerd, Gabriel Gonnet,Yann Gonzalez, Romain Goupil, Tom Harari, Esther Hoffenberg, Jean-Pierre Igoux, Daniel Jaeggi, Agnès Jaoui, Stéphanie Kalfon, Sam Karmann, Marthe Keller,Yannick Kergoat, Cédric Klapish, Héléna Klotz, Gérard Krawczyk, Philippe Laïk, Claude Lanzmann, Clara Laperrousaz, Eric Lartigau, Yann Le Gal, Philippe Le Guay, Louis-Do de Lencquesaing, Sarah Léonor, Didier Le Pêcheur, Serge Le Péron, Pierre Oscar Levy, Sébastien Lifshitz, Julie Lopes Curval, Olivier Lorelle, S. Louis, Tony Marshall, Patricia Mazuy, Driss Meddens, Bania Medjbar, Ursula Meier, Agnès Merlet, Benjamin Mirguet, Dominik Moll, Jean-Marc Moutout, Stéphanie Murat, Charles Najman, Anna Novion, Valérie Osouf, Mariana Otero, Christophe Otzenberger, François Ozon, Thierry de Peretti, Monique Pérez, Laurence Petit-Jouvet, Nicolas Philibert, Gilles Porte, Manuel Pradal, Joana Preiss, Martin Provost, Katell Quillévéré, Alain Raoust, Sandrine Ray, Michèle Ray-Gavras, Aurélien Recoing, Chantal Richard, Sandrine Rinaldi, Jane Roger, Bruno Rolland, Brigitte Roüan, Christophe Ruggia, Mahamat Saleh Haroun, Céline Sallette, Matthieu Salmon, Pierre Salvadori, Lucia Sanchez, Céline Sciamma, Dorothée Sebbagh, Olivier Sigaut, Claire Simon, Abderrahmane Sissako, Jan Sitta, Patrick Sobelman, Carine Tardieu, Bertrand Tavernier, Nils Tavernier, Pascal Tessaud, Pascal Thomas, Marie-Claude Treilhou, Marie Vermillard, Marion Vernoux, Karin Viard, Frédéric Videau, Régis Warnier, Rebecca Zlotowski, Erick Zonca...

  • Une pétition est en ligne, on peut la retrouver ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.