sophie joubert
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 févr. 2014

sophie joubert
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

[19 fév-2 mars] Les Chiens de Navarre sont lâchés

Jusqu’au 2 mars, le collectif énervé fondé par Jean-Christrophe Meurisse secoue le Théâtre du Rond-point. Après Une raclette, la bande reprend  Nous avons les machines, un autre spectacle de son répertoire, et crée une lecture performance.

sophie joubert
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jusqu’au 2 mars, le collectif énervé fondé par Jean-Christrophe Meurisse secoue le Théâtre du Rond-point. Après Une raclette, la bande reprend  Nous avons les machines, un autre spectacle de son répertoire, et crée une lecture performance.

 Casser les meubles, mettre la scène à feu et à sang : concernant les Chiens de Navarre, ces formules sont à prendre au pied de la lettre. La liberté est le maître mot de ce collectif né il y a une dizaine d’années et qui s’est fait connaître avec Une raclette, créé il y a sept ans et repris régulièrement depuis. Ils sont huit acteurs qui sont aussi les auteurs des spectacles, dirigés par Jean-Christophe Meurisse qui assure le rôle de chef de meute et de metteur en scène. Avec leurs titres à rallonge, leur goût pour les blagues salaces et le faux sang façon grand guignol, les Chiens de Navarre ont un humour qui dérange, provoque parfois le malaise mais décoince toujours les convenances et les conventions. Une raclette mettait en scène l’irruption des de la pulsions les plus noires au milieu d’un banal dîner entre voisins et poussait le spectateur dans une zone d’inconfort. De la même manière, Nous avons les machines commence autour d’une table : des représentants d’associations se réunissent avec les adjoints à la mairie d’une petite ville pour organiser une fête culturelle et collecter des dons. Très vite la discussion tourne au dialogue de sourds. S'ils ne se targuent pas de dénoncer ou de caricaturer une classe sociale en particulier, les Chiens de Navarre observent, décortiquent, grossissent les travers de l’époque : la réunionite, le langage de la communication vide de sens, les engagements humanitaires naïfs ou destinés à se donner bonne conscience. La force de Nous avons les machines, l'esprit sale gosse, affreux, sale et méchant, prend tout son sens dans la deuxième partie du spectacle, quand après une apocalypse miniature, les acteurs reviennent jouer la même scène déguisés en cyborgs. C’est cru, sanguinolent, trivial à souhait : un carnaval, une sarabande, un jeu de rôles dont on peine à discerner ce qui est écrit de ce qui est improvisé. Jouée uniquement les samedis et dimanche, Regarde le lustre et articule est une performance créée spécialement pour le Théâtre du Rond-Point qui permet justement d’avoir un aperçu de la méthode et de la technique des Chiens de Navarre. La formule du titre est attribuée à Louis Jouvet qui aurait dit à un comédien « Quand tu ne sais plus quoi faire, regarde le lustre et articule ». Rarement présent sur scène, Jean-Christophe Meurisse vient cette fois donner la consigne : c’est une lecture à la table, texte en main.  À ceci près que les pages sont vierges : il s’agit donc d’improvisation totale, seulement avec les mots. Assis dans la salle, le metteur en scène donne le rythme, décide qu’une scène doit s’arrêter ou au contraire se prolonger, met certains comédiens en avant, parfois en difficulté. C’est un exercice (comme on en voit dans les cours de théâtre) sans filet qui montre la grande inventivité de cette bande d’acteurs, leur plaisir de jouer ensemble, leur capacité à se surprendre, à se faire rire, et la très fine connaissance qu’ils ont les uns des autres. Le résultat, probablement très variable d’un jour à l’autre, est jubilatoire, totalement foutraque, entre le cadavre exquis des surréalistes et le « nonsense » des Monty Python.

 Festival Les Chiens de Navarre, jusqu’au 2 mars au Théâtre du Rond-Point (Paris) 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon