sophie joubert
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2013

sophie joubert
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Un musée au coeur de la prison

sophie joubert
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jusqu’au 17 novembre, le Centre pénitentiaire Sud Francilien présente une exposition entièrement conçue par des détenus. Une initiative de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais en partenariat avec la direction de la prison.

C’est un voyage immobile. Une évasion loin des barbelés et des miradors à travers une centaine d’œuvres d’art exposées dans une salle dédiée du centre pénitentiaire Sud Francilien. « C’est notre bébé » explique Djamal, l’un des onze détenus (deux ont été libérés depuis) qui ont assuré le commissariat de l’exposition temporaire Le voyage. Un parcours thématique qui rassemble sur 150 m2 peintures, photographies et objets prêtés par des musées. Le projet a pu voir le jour grâce à des séances de travail hebdomadaires menées pendant près d’un an par Vincent Gille, chargé d’études documentaires à la Maison de Victor Hugo. Son ambition : réduire les barrières, physiques et mentales, le « mur invisible » dont parle Yacine, l’un des commissaires, qui avoue avoir « reçu une vague en pleine tête ». « Certains d’entre nous nous n’étaient jamais entrés dans des musées » ajoute Hadrien. Tous purgent de longues peines. Plutôt « tranquilles » et « investis dans leur futur » selon leurs propres mots, ils ont été sélectionnés sur la base du volontariat. « Nous avons passé quarante ou cinquante après-midi ensemble : ça ne marche que sur la durée.  La finalité du projet est la dignité retrouvée » dit Vincent Gille dont c’est la première expérience en milieu carcéral. « On a appris ce qu’était l’art » racontent les détenus, « on nous a parlé du surréalisme, du cubisme, de Michel-Ange…puis le choix des œuvres s’est fait naturellement ». Sur photographies uniquement car en prison, Internet et les clefs USB sont prohibés. Mais les œuvres présentées sont bel et bien des originaux.

Au  moment de dévoiler le fruit de leur travail, Hadrien, Djamal et Abdelmalek ont le trac. Très vite, les citations sur le rôle de l’art laissent la place à des commentaires enthousiastes sur les œuvres. Dès l’entrée, le plancher rappelle le pont d'un bateau, des valises sont posées à terre et dans des vitrines, des instruments de navigation ont pris place : l'appel du large est immédiat.  Le thème du voyage est décliné en quatre sections : le Moyen-Orient et l’Asie, l’Océanie et les îles du Paradis, l’Amérique latine et le voyage d’exploration,  et enfin l’Afrique et le croisement des cultures. Peu de pièces spectaculaires, pas d’art contemporain : «  on montre des scènes de vie, des moments : ce qui fait sens » dit Marc, féru d’art africain. Un bazar du Caire vu par le peintre orientaliste Louis-Claude Mouchot, une très belle série d’autochromes, prêtée par le Musée Albert Kahn, montrant le Moyen-Orient dans les années dix et vingt, des œuvres d’art africain appartenant à la collection de Guillaume Apollinaire.  Le motif colonial émerge avec notamment des images des Expositions Universelles des années 1870-1900, sans que cela ait fait l’objet d’une « réflexion préalable » précise Vincent Gille. Le regard sur les œuvres est aiguisé et certains cartels sont écrits par les détenus, ajouts poétiques et personnels aux informations scientifiques.

Quel est l’enjeu d’une telle expérience, la première de cette ampleur menée en France ? « Le travail en groupe n’est pas neutre » explique Nadine Picquet, actuelle directrice de la prison, qui a assuré le suivi du projet lancé par son prédécesseur, Pascal Vion. « Ils ont réussi à s’écouter, à se comprendre, ils se sont pacifiés eux-mêmes avant de pacifier les autres ». La plupart des membres du groupe sont « permissionnables » et pourront sortir pour aller au musée, certains ont déjà pu visiter l’exposition Dynamo du Grand Palais.  Aujourd’hui, les commissaires ont envie de transmettre : « on saura si ça a marché en fonction du nombre de détenus qui vont s’inscrire » précise Marc « ils sont morts de rire mais sont curieux : ici tout est surmultiplié». Pendant un mois et demi, ils feront aussi visiter l’exposition à leurs familles et aux surveillants qui prendront sur leurs jours de congé : « on les verra en civil et ils nous verront en civil » dit Hadrien, optimiste : «  pour changer le regard sur le détenu et faire changer le regard du détenu sur le monde, mais ce sera peut-être plus dur…». 

A lire : Hors les murs, journal d'un voyage immobile, texte et illustrations de Cendrine Borzycki, éditions de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais, Paris 2013

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica