sophie.dejoue
Chimiste en centrale nucléaire et chef d'entreprise dans l'agroalimentaire
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2022

EDF : Quand on n'a que les syndicalistes qu'on mérite!!

Ce mercredi 26 janvier, une grève à EDF révélatrice de l'état d'esprit de ces syndicalistes inféodés à la direction. Ce mouvement est extrêmement révélateur de la petitesse d'esprit de bon nombre des syndicalistes d'EDF, preuve en est, la solidarité ne vaut que dans un seul sens, le leur ! Les syndicats de combats sont bien morts, du moins à EDF, la preuve en est...

sophie.dejoue
Chimiste en centrale nucléaire et chef d'entreprise dans l'agroalimentaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Solidarité vue par des syndicalistes d'EDF

Ce mercredi 26 janvier 2022, 40% des agents EDF, selon les chiffres relayés dans les médias, ont « débrayés », répondant favorablement à l’appel à la grève des syndicats d’EDF. Sachant que le mercredi, plus de 50% des agents sont en RTT. Il ne s’agirait donc que 40% des 50% soit... Peut-être 20% des agents EDF...

Par ailleurs, fait remarquable, il est à noter qu’il s’agissait là d’un appel de tous les syndicats, soutenus par la direction.

Cet appel à la grève fait suite à l’annonce du gouvernement d'accroître le gouffre abyssal de la dette d’EDF de 8 milliards d’euros. Toutefois, compte tenu du contexte sanitaire, cet effort demandé à EDF peut sembler légitime pour que la facture d’électricité des Français les plus précaires n’augmente pas au-delà de 4%.

Dans les faits, au-delà de ces considérations « bassement sociétales », cette demande semble impérative pour espérer ne pas saborder définitivement la réélection de Macron 1er.

8 milliards pour EDF, plus 8 milliards pour le gouvernement... 16 milliards... Une paille !! Que finalement, tout le monde paiera !!

Il est vrai qu’entre le fiasco de l’EPR, la fermeture de Fessenheim, le démantèlement d’EDF pour coller au dogme de la concurrence, 5 tranches à l’arrêt pour un cout de plus d’1,5 million par jour et par tranche... EDF n’est plus à 8 milliards près !

Il faudra bien que tôt ou tard, que quelques-uns épongent !

J’ai ma petite idée à ce sujet. On est tout de même en droit de se demander pourquoi les syndicats historiques d’EDF viennent nous faire c.… pour quelques milliards de plus – 8 milliards pour un déficit abyssal de 42,3 milliards pour aider les « petits consommateurs ». Alors qu’EDF jette les milliards par la fenêtre depuis des années, voire des décennies avec l’EPR, la revente à perte à des fournisseurs alternatifs, la fermeture de Fessenheim, etc.… !

En effet, cela n’est en rien une nouveauté qu’EDF est un des derniers puits sans fond de l’UE d’une part et de l’État français d’autre part.

La réponse est peut-être que, tout simplement les syndicats historiques d’EDF appellent à la grève parce que ces syndicalistes peuvent encore se permettre de faire grève ?!

 Pourtant, habituellement, n’est-ce pas ces mêmes syndicats qui revendiquent à qui veut l’entendre, qu’il faut « dans un élan de solidarité nationale » - participer activement à l’effort de guerre. Ce n’est à plus rien y comprendre !

 Ah ! Mais, cette fois ci, il ne s’agit pas de la guerre contre le virus – dont Macron use telle une arme contre les Français, mais de la guerre grossière que la Macronie mène sur tous les fronts aux services publics, sans oublier aucun d’eux.

Car, si à ce jour, il n’a pas ouvertement élaboré un plan de licenciement dans les règles à EDF, il a trouvé le moyen d’en faire un à l’hôpital public. Tous les moyens sont bons pour liquider ce qui reste des institutions créées après-guerre sous giron étatique, y compris EDF.

Alors, dans un « en même temps » bien rodé, après la SNCF, après l’hôpital public, après l’éducation nationale…, que ce gouvernement a eu à cœur de détruire pendant ces cinq années avec une accélération exponentielle sur ces deux dernières années, c’est aujourd’hui le tour d’EDF SA à qui ce dernier entend finir de mettre les points sur les « i ».

Et là, par principe, les syndicats, à l’écoute du mot d’ordre des détachés syndicaux à plein temps d’EDF, privilégiés parmi privilégiés, car ayant négociés leurs conditions récurrentes d’avancement poussent les agents EDF à rechigner d’aider leurs concitoyens à ne pas faire exploser leur facture d’électricité.

On croit rêver ! C’est-à-dire que ceux qui payent l’électricité à 10% du prix fort, trouvent normal de jeter des millions dans des technologies obsolètes et corrodées avant même leur mise en service telle que l’EPR et trouvent normal de ne pas soutenir les lanceurs d’alerte, mais trouvent anormal l’effort de solidarité avec des concitoyens dont la facture risque d’exploser.

En conséquence, cette attitude de « pauvres petits gosses riches » qu’adoptent ces syndicats, alertant sur la « perte » de 8 milliards pour l’entreprise ressemble plus à un caprice de sale gosse craignant qu’on lui enlève le pain de la bouche mais qui redoute dans les faits de voir s’envoler ses propres avantages.

Nantis parmi les nantis, ils ne craignent que pour eux !

Quelle honte !

Dans les faits, ces appeleurs à la grève voient arriver par ces annonces :  

-      un, la mise en place accélérée de grilles salariales qui verront la revalorisation des salaires (NR) passer de 2,4% à 1% *

-      deux, le retour à grands pas d’Hercule.

Voilà leurs craintes !

Et j’en parle en connaissance de cause. Pour les avoir pratiqués de près du fait de mon statut de lanceur d’alerte dans le cadre de fraudes à l’ASN, il est indéniable que les détachés syndicaux attachent plus d’importance à négocier des accords pour leur gueule de « salarié protégé » que la protection de salariés maltraités par des managers pervers, incultes et cyniques de plus en plus souvent recrutés pour ses qualités très recherchées à l’image d’une certaine Macronie.

Bref, force est de constater que le syndicalisme de combat est bien mort à EDF, et il suffit de lire le dernier « accord d’égalité pro 21-25 » pour s’en convaincre.

Ces dernières décennies, les directions peuvent se féliciter d’avoir « bien œuvré », car, il ne reste plus qu’en majorité, - il ne s’agit pas de jeter le bébé avec l’eau du bain-, qu’un syndicalisme de connivence, appelé plus élégamment, syndicalisme de « accompagnement ».

Cependant, j’aime à préciser que je connais encore quelques FEMMES (Sonia se reconnaitra) et quelques HOMMES (les hommes de Sud-Énergie se reconnaitront) de convictions qui ont des couilles et que je remercie chaleureusement. Les mots de « services publics » résonnent et raisonnent encore à leurs oreilles et ça, ça fait du bien !

Ce syndicalisme dit d’« accompagnement » ou de "cogestion" étant aujourd’hui majoritairement répandu, c’est bien la principale raison pour laquelle la direction a suivi le mouvement de ce mercredi. Étant tous « culs et chemises » et de surcroit actionnaires à titre presque gracieux de l’entreprise EDF, leurs dividendes à tous vont vraisemblablement être impactés de ce « sacrifice »... Voilà la vraie solidarité !

Cela étant dit, je ne vois pour leur ultime défense, qu’il est exact que ce fonctionnement du marché d’électricité, loi NOME, ARENTH, est plus qu’aberrant. Toutefois, il est à noter que « les petits consommateurs » n’y sont pour rien d’autant qu’ils ont voté majoritairement (à 54,68%) contre la constitution européenne en 2005, refusant l’abandon de la souveraineté nationale Française, avec en fond la crainte de voir ce qui se passe, c’est-à-dire, la fin des services publics à la française.

Mais, optimiste je suis, optimiste et je reste. Je vois le verre à moitié plein. Si dans cet effort de solidarité de 8 milliards pour EDF, quelques agents EDF aveuglés depuis des décennies par leur petit confort de nantis commencent à ouvrir les yeux et voient dans cette décision leur reflet de vaches à lait. Ce pourquoi ils n’auraient pas tort. Je suis sûre qu’ils n’auront pas tout perdu, ayant pris le soin de faire embaucher leur gosse en apprentissage dans ce qui reste de cette belle entreprise !

D’ici là, je crains que le gouvernement ait délité définitivement l’ensemble des services publics jusqu’à ce que mort s'ensuive, mais ce n’est là que mon avis !

Sophie Dejoué, le 28 janvier 2022

. *Or, pour faire simple, les augmentations de salaires des délégués syndicaux sont indexées sur les augmentations des collèges homologues.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad avait réfuté « catégoriquement » ces accusations.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA