sophie.dejoue
Chimiste en centrale nucléaire et chef d'entreprise dans l'agroalimentaire
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2021

Le prix de l’hyperconnexion

La guerre d'un autre monde, celle dont je ne veux pas être...

sophie.dejoue
Chimiste en centrale nucléaire et chef d'entreprise dans l'agroalimentaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme l’a dit notre cher président et comme ne cessent de le hurler sur tous les toits et de le bêler à tous les micros de tous les médias tous ces moutons du gouvernement bien dressés et/ou bien payés : « nous sommes en guerre ».

Je crains que même les sourds n’aient fini par l’entendre !

Pourtant, si certains d’entre nous n’arrivent pas à assimiler ce que nous vivons à une guerre, le mot nous semblant dévoyé au vu de ce que nos grands-parents et nos professeurs nous ont enseigné pour l’avoir vécu, à bien y réfléchir, on peut tout de même se poser la question.

   Car à en croire ce que j’ai lu dans certains de ces mêmes médias, alors que nous nous écharpons pour ou contre la 5G, les chinois viennent de mettre en orbite un satellite 6G, 100 fois plus rapide que la 5G.

 Bref, la 5G n’est pas encore en service dans l’occident qu’elle semble déjà obsolète !!

Il s’agit donc bien là d’une course à l’armement médiatique, à l’hyperconnexion, à la suprématie du tout audiovisuel-hyperconnecté qui obsède nos dirigeants.

Cela ne serait-il pas les indicateurs d’une guerre d’un nouveau genre ?

Pendant que l'on tente de nous endormir encore et encore avec cette crise sanitaire, très occupés à cette militarisation qui doit leur permettre à terme de tout connecter, de tout espionner, de tout surveiller, nous en premier, nos dirigeants n’ont jamais été autant déconnecté de la population, du quotidien et de la vraie vie des français.

Nous le payons fort cher et nos enfants le payeront bien plus encore si nous laissons faire.

Nous avons le bon sens, la fraternité et l’amour de nos enfants pour nous quand eux, obnubilés par cette course à l’armement sont aveuglés par leur arrogance et leur suffisance.

Ne nous laissons plus faire, mettons notre intelligence individuelle mais surtout collective au service de nos enfants, instruisons-les avec valeurs pleines de bon sens, avec le « bon sens commun » disait ma grand-mère. Pour ma part je parle plus volontiers de fondamentaux, de choses essentielles à la vie des hommes comme : le lien

 Alors, arrêtez vos télés, lisez, échangez, jouez ensemble, cuisinez, peignez, œuvrons ensemble…mais s’il vous plait protégeons-les de cette c... étatique malveillante à l'égard de nos propres enfants.

Bien à vous 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la Nupes devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois