SOS homophobie
SOS homophobie est une association féministe de lutte contre les LGBTIphobies
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2022

La haine anti-LGBTI hors des campagnes politiques !

Depuis plusieurs mois, les discours de haine envers les femmes et les personnes LGBTI sont de plus en plus nombreux de la part des candidats et des candidates à la présidentielle. Pour des campagnes politiques et des débats sans haine, SOS homophobie sera intransigeante face à ces délits !

SOS homophobie
SOS homophobie est une association féministe de lutte contre les LGBTIphobies
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La haine anti LGBTI hors des campagnes politiques ! 

Nous, SOS homophobie, association qui milite pour l’égalité des droits et lutte contre le sexisme, la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie, la transphobie et l’intersexophobie, alertons sur la multiplication des violences envers les femmes et les personnes LGBTI de la part de candidat·es et de personnalités politiques. 

Depuis plusieurs mois, les discours de haine envers les personnes LGBTI sont de plus en plus nombreux, nous rappelant avec émotion la période des débats sur le mariage pour tous. Cette période où la vie des personnes LGBTI a été ouvertement débattue au sein de discours politiques, générant de la part de certain·es des paroles haineuses et discriminatoires ou des actes de violence physique. Cette année-là, en 2013, nous avions recueilli sur nos dispositifs d’écoute un triste record de 3577 témoignages de LGBTIphobies soit deux fois plus qu’en 2020. 

Nous refusons de revivre ces tristes années !

Notre devoir aujourd’hui est d’alerter face aux mots, face aux actes, face aux comportements de haine qui se multiplient. Ils constituent de véritables menaces au principe d’égalité et au respect des personnes LGBTI.

Par conséquent, nous tenons à rappeler aux candidat·es à la présidentielle que les discours publics de haine, les insultes ou discriminations à caractère homophobe ou transphobe n’ont pas leur place dans les débats politiques ni lors de dialogues, avec qui que ce soit. Ces actes sont une violation de la loi (pénale), et sont punissables d’un an de prison et jusqu’à 45 000 € d'amende. De même, la propagation de fausses informations et les propos diffamatoires publics à l’encontre des personnes ou organismes sont punies par la loi d’un an de prison et jusqu’à 45 000 € d'amende. Ces actes peuvent avoir des conséquences graves sur la construction des personnes et entraîner des situations de mal être. En outre, ils renforcent bien trop souvent les stéréotypes et préjugés qui sont le terreau des discriminations. 

Nous, association de lutte contre le sexisme et les LGBTIphobies, serons intransigeant·es à l’égard des différents discours et prises de parole qui se tiendront durant cette campagne présidentielle, tant de la part des candidats et candidates que de tout·es les membres des partis politiques. Nous condamnerons avec la plus grande fermeté les différentes prises de parole LGBTIphobes et introduirons systématiquement des procédures judiciaires. 

Nous refusons de débattre de cette haine et de la diffuser !

Nous, associations, mais également individu·es et médias devons prendre nos responsabilités face à la diffusion de cette haine et de ces discriminations. SOS homophobie refuse de diffuser les discours discriminants et vous invite à dénoncer ces propos autrement qu’en les relayant mais en utilisant le hashtag #SansHaine2022 : rappelons nos actions et notre rôle dans la construction des individu·es, que l’amour, les identités et les familles sont plurielles, que la vie de chacun·e est unique, riche de ses vécus et de ses origines, rétablissons les vérités et surtout attaquons en justice toute personne ayant des comportements interdits par la loi. 

Les personnes LGBTI, comme chaque personne, doivent être respectées et ne peuvent faire l’objet de débats quant à leur existence, leur identité ou leur orientation amoureuse et/ou sexuelle. SOS homophobie s’oppose à tout débat sur la vie et la possibilité de retirer des droits aux personnes LGBTI.

Nos missions : prévenir les discriminations, soutenir les victimes et militer pour une égalité des droits, sont plus qu’essentielles aujourd’hui. Portées par des bénévoles investi·es pour faire reculer la haine et les discriminations, nous continuons à lutter contre les LGBTIphobies. 

Lucile Jomat, Présidente de SOS homophobie

David Malazoué, Vice-président de SOS homophobie

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum