Lettre ouverte aux Frondeurs

Un ami vient d'envoyer cette lettre aux Frondeurs et au PS

LETTRE AUX DEPUTES DITS  «FRONDEURS »

                NE LACHEZ RIEN !

                        En France le moment politique est grave, les brûlures de l’actualité sont si douloureuses et si fort le tumulte de la place publique qu’il est impossible de se taire

                        Des millions de Français sont descendus dans la rue pour crier leur attachement à la liberté d’expression.

Une liberté d’expression que l’on refuse aux députés dits « Frondeurs » Une liberté d’expression que l’on vous refuse au motif que vous avez refusé de voter sans débattre la loi dite Macron, au motif que vous avez choisi le débat et non la discipline.

                        De toutes parts, les critiques s’abattent sur vous. Vilipendés par les médias vous êtes présentés comme des irresponsables. On a même osé parler d’infantilisme pour qualifier votre attitude.

                        Il est vrai que vous avez commis un crime abominable :

Vous êtes restés fidèles aux engagements pris devant les électeurs en 2012.

                        Pourtant, comme tous les députés socialistes, vous avez été élus au suffrage universel sur des promesses faites par le Président et le parti.

                        Pour vous, le suffrage universel est ce lien de confiance invisible qui unit l’élu aux électeurs. Ne pas respecter les engagements pris devant les électeurs c’est prendre le risque de briser ce lien de confiance. On en mesure les conséquences aujourd’hui. Vous avez refusé de prendre ce risque et vous avez raison. Alors que la parole politique a perdu beaucoup de sa crédibilité, vous avez fait le bon choix, celui de la fidélité aux engagements et aux convictions.

Ce choix mérite d’être respecté.

                        Mais, les pressions, les critiques ne sont pas suffisantes pour certains de vos collègues.  On parle de sanctions, voire d’exclusions. J’ose espérer que ce ne sont que des postures dictées par la colère. L’honneur du parti socialiste est dans le débat et non dans la sanction. Une phrase de jean Pierre Chevènement me revient en mémoire « Un parti qui tolère la liberté de conscience est un parti qui s’honore »

                         Permettez à un modeste citoyen engagé à gauche ( la vraie ) de vous dire merci pour votre fidélité aux engagements de 2012, et surtout :

                                « Ne lâchez rien »

                       C’est vous qui avez raison.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.