Soulaiman Raissouni
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2021

Soulaiman Raissouni
Abonné·e de Mediapart

Au revoir, Où ? Je ne le sais pas

« Depuis le premier jour de ma détention, j'attends avec impatience le jour où je pourrais m’exprimer dans un procès indépendant et équitable pour dénoncer le crime commis contre moi. Je suis prêt, impatient même, d’être jugé, mais en état de liberté » : Soulaiman Raïssouni, journaliste marocain emprisonné arbitrairement, en grève de la faim depuis près de 3 mois, s'exprime dans une lettre dictée le 17 juin 2021 à ses avocats.

Soulaiman Raissouni
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis entré aujourd’hui, jeudi 17 juin 2021, dans le 71e jour de cette bataille de la grève de la faim, grève dont ne doute ni la direction de la prison ni le ministère public.

Comment des gens sensés peuvent imaginer qu’on puisse être en bonne santé au troisième mois d’une grève de la faim, après avoir perdu 35 kg depuis son arrestation et 18 kg depuis avoir cessé de s’alimenter ?

Et après que sa jambe droite soit devenue presque paralysée comme l’ont constaté deux médecins de la prison ainsi que le professeur Boutayeb ? Ce dernier m’a foudroyé, devant la mission du Conseil national des Droits de l’Homme qui m’a rendu visite mercredi 16 juin, lorsqu’il m’a annoncé: « J’ai le regret de vous dire que vous ne recouvrerez pas la sensation de votre jambe droite même si vous reprenez la marche après des soins et la rééducation ».‎

Qui dit que ma grève de la faim est une preuve de lâcheté (comme me l’a dit le substitut du procureur général Messoudi), je répondrai : « D’accord ! Cessez de vous alimenter ne serait-ce que la moitié du temps qu’a duré ma grève et après cela, si vous me condamnez à la peine maximale, je l’accepterai volontiers. »

La grève de la faim est la forme de protestation la plus extrême. Ne peut l’entreprendre que celui qui a été victime de la plus grande des injustices. Bouazizi s’est-il immolé par lâcheté ?‎

Depuis le premier jour de ma détention, j'attends avec impatience le jour où je pourrais m’exprimer dans un procès indépendant et équitable pour dénoncer le crime commis contre moi.

Je suis prêt, impatient même, d’être jugé, mais en état de liberté. C’est mon droit et je l’obtiendrai, soit devant le tribunal de Casablanca soit devant le tribunal de Dieu.

Enfin, et ce que je vais dire n’a pas pour objectif d’obtenir la sympathie de celui qui détient le pouvoir judiciaire ou politique, mais ce sera mon dernier mot.

Je suis père d’un enfant qui n’a pas deux ans et si, par malheur, il devait subir une agression, je pourrais en perdre la raison et je serai capable de commettre un geste insensé, et bien  je vous dis, si j’ai violé quelqu’un, ou tenté de violer quelqu’un, ou même pensé un jour à commettre un tel crime, je demanderai à Dieu qu’il fasse subir la même infamie à mon fils.‎

Moi, qui a commencé cette grève qui peut me conduire à tout moment à la mort, je vous dis que si j’ai séquestré quelqu’un, que Dieu me refuse sa miséricorde et me jette dans les flammes de l’enfer.‎

‎Au revoir, Où ? Je ne le sais pas.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar