Soulaiman Raissouni
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2021

Au revoir, Où ? Je ne le sais pas

« Depuis le premier jour de ma détention, j'attends avec impatience le jour où je pourrais m’exprimer dans un procès indépendant et équitable pour dénoncer le crime commis contre moi. Je suis prêt, impatient même, d’être jugé, mais en état de liberté » : Soulaiman Raïssouni, journaliste marocain emprisonné arbitrairement, en grève de la faim depuis près de 3 mois, s'exprime dans une lettre dictée le 17 juin 2021 à ses avocats.

Soulaiman Raissouni
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis entré aujourd’hui, jeudi 17 juin 2021, dans le 71e jour de cette bataille de la grève de la faim, grève dont ne doute ni la direction de la prison ni le ministère public.

Comment des gens sensés peuvent imaginer qu’on puisse être en bonne santé au troisième mois d’une grève de la faim, après avoir perdu 35 kg depuis son arrestation et 18 kg depuis avoir cessé de s’alimenter ?

Et après que sa jambe droite soit devenue presque paralysée comme l’ont constaté deux médecins de la prison ainsi que le professeur Boutayeb ? Ce dernier m’a foudroyé, devant la mission du Conseil national des Droits de l’Homme qui m’a rendu visite mercredi 16 juin, lorsqu’il m’a annoncé: « J’ai le regret de vous dire que vous ne recouvrerez pas la sensation de votre jambe droite même si vous reprenez la marche après des soins et la rééducation ».‎

Qui dit que ma grève de la faim est une preuve de lâcheté (comme me l’a dit le substitut du procureur général Messoudi), je répondrai : « D’accord ! Cessez de vous alimenter ne serait-ce que la moitié du temps qu’a duré ma grève et après cela, si vous me condamnez à la peine maximale, je l’accepterai volontiers. »

La grève de la faim est la forme de protestation la plus extrême. Ne peut l’entreprendre que celui qui a été victime de la plus grande des injustices. Bouazizi s’est-il immolé par lâcheté ?‎

Depuis le premier jour de ma détention, j'attends avec impatience le jour où je pourrais m’exprimer dans un procès indépendant et équitable pour dénoncer le crime commis contre moi.

Je suis prêt, impatient même, d’être jugé, mais en état de liberté. C’est mon droit et je l’obtiendrai, soit devant le tribunal de Casablanca soit devant le tribunal de Dieu.

Enfin, et ce que je vais dire n’a pas pour objectif d’obtenir la sympathie de celui qui détient le pouvoir judiciaire ou politique, mais ce sera mon dernier mot.

Je suis père d’un enfant qui n’a pas deux ans et si, par malheur, il devait subir une agression, je pourrais en perdre la raison et je serai capable de commettre un geste insensé, et bien  je vous dis, si j’ai violé quelqu’un, ou tenté de violer quelqu’un, ou même pensé un jour à commettre un tel crime, je demanderai à Dieu qu’il fasse subir la même infamie à mon fils.‎

Moi, qui a commencé cette grève qui peut me conduire à tout moment à la mort, je vous dis que si j’ai séquestré quelqu’un, que Dieu me refuse sa miséricorde et me jette dans les flammes de l’enfer.‎

‎Au revoir, Où ? Je ne le sais pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn