Marine Tondelier, la seule candidature qui fait vibrer à Hénin-Beaumont

J'ai regardé avec attention le débat qui regroupait sur France 3 Régionale, les principaux candidats à la députation à Hénin-Beaumont. Il y avait sur le plateau plusieurs candidats et particulièrement Marine Le Pen pour le FN, Jean-Luc Mélenchon pour le Front de Gauche, Philippe Kémel pour le Parti Socialiste et Marine Tondelier pour EELV.

J'ai regardé avec attention le débat qui regroupait sur France 3 Régionale, les principaux candidats à la députation à Hénin-Beaumont. Il y avait sur le plateau plusieurs candidats et particulièrement Marine Le Pen pour le FN, Jean-Luc Mélenchon pour le Front de Gauche, Philippe Kémel pour le Parti Socialiste et Marine Tondelier pour EELV.

Sincèrement, autant le dire tout de suite, le citoyen lambda que je suis, a été subjugué par Marine Tondelier. Et elle avait pourtant fort à faire ce petit bout de femme face à ces deux "outrances" que sont Marine le Pen et Jean Luc Mélenchon. La fenêtre de tir n'était pas évidente. Jean Luc Mélenchon, premier candidat de l'outrance, a sorti à son habitude, ses couplets contre tout le monde, écrasant de son mépris le journaliste de FR3 pourtant tout à fait correct et introduisant comme toujours le cirque médiatique qui me hérisse le poil. Marine Le Pen a été, à son habitude, arrogante, sûre d'elle même et dominatrice, osant dire à Tondelier:  "ma mignonne", deuxième candidate ex-aequo de l'outrance avec son camarade Mélenchon.

Alors les socialistes reprenant espoir à ma lecture, pourraient rétorquer : "notre candidat Philippe Kémel a été bon". Disons qu'il a été fidèle à l'image de l'Assemblée Nationale vieillissante qui orne les travées de l'hémicycle. A Philippe Kémel, j'aurais beaucoup de choses à dire, qu'il faut "réinventer le rêve français", renouveler les politiques, les pratiques, les discours, renouveler le personnel politique, changer la Représentation nationale. Philippe Kémel, j'ai le regret de le dire, n'a pas fait rêver au cours de ce débat. Il n'a pas habité le personnage, il part perdant. Il ne fait pas vibrer.

Notre Assemblée Nationale sortante ne fait, à l'image de Philippe Kémel, pas rêver et n'est pas représentative. 110 femmes sur environ 600 députés, 110 jeunes de moins de 60 ans.... Oui, vous avez bien lu. Notre Assemblée est composée essentiellement d'hommes de plus de 60 ans qui n'ont pour la plupart jamais connu l'Entreprise. Or la prochaine Assemblée sera à peu près équivalente et les grands équilibres actuels devraient être respectés! Et pourtant, l'Assemblée Nationale est normalement LA REPRESENTATION NATIONALE, je dis bien la représentation, la parole du peuple qui s'exprime à travers ses délégués...

Marine Tondelier a crevé l'écran en quelques petites touches "impressionnistes", avec un temps de parole bien réduit. Elle était inconnue du public face à deux ténors, candidats aux dernières présidentielles. Et bien, je dis moi que c'est Marine Tondelier qui a largement remporté le débat avec son sourire, ses tentatives réussies de s'exprimer au milieu de toutes ces outrances. Elle a crevé l'écran car elle vibre, elle en veut, elle y croit! Elle a crevé l'écran car elle est apparu comme la seule qui représente  la population.

Il faut des jeunes, il faut des femmes dans cette Assemblée, il faut des "Filippetti" des "Valaud-Belkacem".

Il faut envoyer Marine Tondelier à l'Assemblée ! Elle tracte, elle va chercher ses affiches à l'imprimerie, elle n'a même pas de permanence, elle se bat avec quelques collègues pour faire avancer ses idées. Elle a un courage formidable.

Je ne suis pas écologiste, je n'ai d'ailleurs jamais voter EELV. Je ne vote pas à Hénin-Beaumont et je voterai pour un autre parti dans huit jours mais si j'habitais Hénin, je n'aurais aucune hésitation car il n'y a aucun autre vrai choix possible que MARINE TONDELIER pour faire progresser la représentation nationale!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.