St-Ethique-slam
Praticien ordinaire du mouvement social : retraité, jardinier, slameur ....
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

4 Éditions

Billet de blog 15 juil. 2015

Hé la dette ? on-slam-et-où ? (ter)

St-Ethique-slam
Praticien ordinaire du mouvement social : retraité, jardinier, slameur ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La poussière retombe :

Le GrExit est écarté parce que l’oncle Sam y veut pas

A quoi ça sert que l’oncle Sam se décarcasse et pousse ses pions en Ukraine contre la Russie avec la duplicité de l’Europe des rentiers si ces derniers lui font « un trou » à la frontière un peu plus au sud.

Cet ordre de mission a été transmis et notre  Moi-euh-Président ; il s’est pris alors d’un élan subit pour soutenir la Grèce. Mais, chasser le naturel il revient au galop, notre barreur de pédalo  s’est couché devant la solution des Banksters de Merkel au lieu de soutenir un compromis viable proposé par Tsipras.

 Les Banksters qui gouvernent l’Europe ont compris que leur GrExit avait vraiment du plomb dans l’aile ( OXI +Veto US) ; mais ils n’ont pas renoncé à leur funeste dessin  et c’est par la voie d’un putsch qu’il instaure un protectorat économique sur la Grèce comme au bon vieux temps des colonies.

Mais l’oncle Sam y veut toujours pas que Grèce sorte de l’Europe sous l’effet d’un effondrement du pays, de son état, et des révoltes inévitables que suscitera  un tel Putsch. L’exemple de l’écroulement de la Libye  ( les voisins d’en face ) suite aux "heureuses initiatives" de la France est là pour l’on y réfléchisse à deux fois avant de tenter le diable. La déstabilisation du bassin méditerranéen ouvre la porte à tous les prédateurs.

Alors le FMI découvre que la dette de la Grèce est insoutenable …

En politique , dans une situation d’hégémonie, quoi qu’on fasse on fait toujours le jeu de quelqu’un , l’important c’est de bien faire son propre jeu ( disait Gramsci)

Allez Tsipras, t’es pas tout seul …

mise  à jour du surlendemain le 13 07 ; j’ai joué et… perdu une bataille…

Tsipras a cédé sur les réformes....les créanciers sauvent la face ; et pour être sûr,  ils imposent  une farce : ainsi MDP titre «  Grèce : un accord à l'arraché organise la mise sous tutelle de Tsipras » ; ainsi, c'est bien Tsipras  qui perd la face. Admettons.  Titre réajusté ensuite en «  Les européens mettent Tsipras à Genoux »…un pistolet sur la tempe … …ça c’est la farce démocratique.

Et quelle leçon de choses au passage :

            En France et en Europe du sud les peuples  écrasés par les politiques d’austérité au non de « l’affameuse » dette prennent la mesure de l’événement. Moi-euh-Président a mené la fronde pour garder  la Grèce dans le giron européen ; mais surtout, la Grèce a ouvert une brèche dans le sacro-saint tabou de l’annulation de la dette… l’alternative bientôt en Espagne, en Italie , en France remettra le couvert .

Mais... le bloc uniforme vert-de-gris des Banksters « les dettes c’est fait pour être remboursées avec intérêts » a été déchiré. Les partisans de l’éviction de la Grèce sont bien passés sous les fourches caudines de « l’OXI » grec.  Le chantage est fini ; l’Europe sera celle des peuples où ne sera pas !

Et comme ils ont tout compris....les eurocrates en remettent  une couche : faire comme si le référendum n’avait pas eu lieu. 

Tenter l’occupation de la Grèce pour se refaire: la Grèce doit abandonner sa souveraineté à travers des normes : « on décide à votre place et vous gouverner comme on vous le dit » ; ( avec un premier bémol cependant, pas de possibilité d’un gouvernement fantoche en vue : Tsipras a rallié à sa cause l’essentiel des partis grecs ). Mais la férocité des boches n’a d’égale que leur amnésie de leur propre dette de guerre et de la résistance du peuple grec ; ils en auront pour leur argent. ( je m’excuse par avance auprès des allemands qui s’estimeraient  injustement calomnier ; mais je n’ai pas trouvé un autre mot qui soit adapté à la situation générée par leur gouvernement)

            Dans ce combat notre soutien inconditionnel à la Grèce pèsera.

hé Bien , nous en sommes là, en date du 10 juillet

Tsipras a cédé sur les réformes.... (les créanciers sauvent la face)

et d'ici dimanche il va obtenir le memorendum sur  (dur, dur) l'effacement  de la dette

maintenant que le GREXIT est écarté ( l'oncle Sam y veut pas )

Faites vos jeux ....faites vos jeux ....les jeux sont faits ........le rouge est de mise

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN