Stefanie Prezioso
Professeure d'histoire contemporaine
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2021

Nous sommes toutes et tous des Arméniens

Chaque année, le 24 avril, date du début des déportations, la bataille pour la reconnaissance du génocide arménien fait face au négationnisme farouche du pouvoir turc, qui s’emploie depuis un siècle à « tuer la mort ».

Stefanie Prezioso
Professeure d'histoire contemporaine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette année, les membres du Conseil National (parlement fédéral suisse) ont été visés par cette infâme propagande. Nous avons reçu de la Fédération des Associations Turques de Suisse romande un courrier accompagné d’un coffret DVD prétendant « rétablir la vérité » en appelant à en « finir avec le postulat Vaudroz », adopté le 16 décembre 2003 par la chambre basse en reconnaissance de ce génocide.

Avant 1915, près de 2 millions d’Arméniens vivaient dans l’Empire ottoman. Ils ne sont plus que 60 000 en Turquie, majoritairement à Istanbul. Or, et nous le savons aujourd’hui de façon sûre, ces massacres ont été l’aboutissement d’une politique délibérée visant à exterminer cette communauté. Ce plan de « turquification » de l’Anatolie au gré d’un nettoyage ethnique criminel a ainsi fait quelque 1,5 million de victimes.  

En 2015, lors des commémorations du centenaire de cette tragédie, sa reconnaissance a fait un grand pas en avant. Par exemple, le Bundestag a affirmé la nécessité de « reconnaître les faits historiques » tout en soulignant la « complicité » de l’Allemagne, alors alliée de l’Empire ottoman. Au Vatican, le Pape François a évoqué pour la première fois un « génocide ». Et aujourd’hui, c’est au tour de Joe Biden de reconnaître le génocide arménien. Pourtant, le Conseil fédéral est resté jusqu’ici muet, complice d’un silence intolérable. Jusqu’à quand ?

Le Président Recep Tayyip Erdogan entraîne aujourd’hui son pays sur une voie autoritaire en réprimant toute forme d’opposition ; en justifiant l’oppression des femmes (la Turquie s’est retirée de la convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes et aux filles) ; en s’en prenant violemment aux Kurdes ; en incitant l'Azerbaïdjan à recourir à la guerre pour régler son différend territorial avec l'Arménie ; en n’hésitant pas à faire pression sur la Suisse notamment, pour qu'elle extrade des ressortissants turcs désignés comme responsables d’une tentative de coup d'État en 2016.

Le 24 avril, nous avons commémoré le génocide arménien, alors que s’ouvrait à Ankara le procès contre 108 militants et activistes kurdes jugés pour avoir participé à une manifestation de soutien à la ville de Kobané, au Kurdistan syrien, assiégée en 2014 par Daech. La lutte contre le négationnisme, pour la reconnaissance du génocide arménien, est un enjeu pour faire d’une tragédie passée une force au présent. Ce vendredi, une résolution intitulée « Soutenons les droits démocratiques du peuple kurde », déposée par Ensemble à Gauche et reprise par la majorité de la commission des droits humains, a ainsi été acceptée par le Grand Conseil de Genève par 51 voix contre 36.

Le combat contre le négationnisme d’État turc passe par la reconnaissance des faits, lourde de responsabilités dans le monde d’aujourd’hui, tandis que la petite communauté arménienne et les autres minorités ethniques et religieuses de Turquie, notamment les Kurdes et les Alévis, subissent répression et violences sans fin.

*texte initialement paru dans La Tribune de Genève du 4 mai 2021 (https://www.tdg.ch/nous-sommes-toutes-et-tous-des-armeniens-521211299418)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss