Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

20 Billets

12 Éditions

Billet de blog 12 mai 2015

« Laissez-nous entre nous », ou le socialisme à huis clos

Puisque Jean-Christophe Cambadélis a refusé tout débat public avec ses adversaires, j’avais décidé ce lundi soir d’assister à une « AG de motions », qui constitue en jargon socialiste le seul moment où il est possible d'assister à un débat de congrès, en l’occurrence devant les militants de la fédération du Val-de-Marne à Créteil. Mais même là, la présence de la presse ne va pas de soi.

Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Puisque Jean-Christophe Cambadélis a refusé tout débat public avec ses adversaires, j’avais décidé ce lundi soir d’assister à une « AG de motions », qui constitue en jargon socialiste le seul moment où il est possible d'assister à un débat de congrès, en l’occurrence devant les militants de la fédération du Val-de-Marne à Créteil. Mais même là, la présence de la presse ne va pas de soi.

C’est une spécificité du parti socialiste depuis la désignation de «Camba» à sa tête : désormais, tous les conseils nationaux se font à huis clos. Ce qui a obligé jusqu’ici le plumitif que je suis à faire le trottoir de la rue de l’université (celle de la salle Victor-Hugo de l’assemblée nationale, où se tient le «CN»), pour pouvoir rendre compte de l’actualité du PS. La situation n’est pas agréable, surtout en hiver, mais on a fini par prendre notre mal en patience, en se disant que bientôt viendrait le congrès. Et que, par définition, il s’agit d’un moment où le PS débat de ses orientations devant ses militants, mais aussi la société et les électeurs qui l’ont porté au pouvoir.
Passons sur le fait que le conseil national dit de « dépôt des motions », qui lance le congrès en présentant les textes d’orientations en concurrence, se soit encore tenu à huis clos (alors que les interventions étaient filmées puis diffusées en différé sur le site internet du parti), les débats militants allaient bientôt fleurir dans toute la France comme autant de socialistes épanouis…
Après avoir proposé de couvrir une série de ces débats, appelés donc «AG de motions» pour un article la semaine prochaine, avant le vote militant le 21 mai prochain, me voici donc à Créteil ce lundi soir pour enfin retrouver le plaisir d’assister à un débat entre socialistes sur l’avenir du socialisme (oui, j’admets le caractère un brin masochiste de cette phrase, mais au bout de sept ans à "solférinologiser", on s'attache forcément un peu). Assis en bord de rangée au milieu de la salle Georges-Duhamel, carnet et stylo à la main, je vois de loin mes collègues de La chaîne parlementaire et de l’Opinion se faire éconduire au début de la réunion. Et je commence à comprendre que c’est en fait tout le congrès qui serait censé se dérouler à huis clos…

© 


Pas repéré par la patrouille, je reste dans la salle à écouter Jean-Christophe Cambadélis (motion A), Marie-Noëlle Lienemann (motion B), Maryvonne Artis  (motion C) et Valérie Rabault (motion D) détailler leurs argumentaires, sans toutefois cacher ma prise de notes frénétique (le moment étant d'un coup tellement rare). En réalité, rien de différent des réunions de précédents congrès socialistes auxquelles j’ai pu assister par le passé. Des interventions polies des représentants de motion, des questions intéressantes d’une salle assez vide (une grosse centaine de personnes, dont une bonne part s'en ira progressivement), des réponses parfois évasives mais assez cohérentes avec les orientations définies…
Mais au bout d’un moment, c’est à mon tour de me voir signifier la porte. « C’est interne. Il faut nous laisser entre nous », me dit un militant que j’imagine cristollien. Je lui indique que le PS est le parti au pouvoir, que ses débats internes sont d'intérêt public, qu’un congrès est un événement que la presse a toute légitimité à suivre, que la transparence des débats a toujours été la marque du parti socialiste. Voyant bien que je ne parvenais pas à le convaincre, je lui indique finalement que je suis prêt à partir, mais uniquement manu militari, et qu’il faudrait assumer de sortir ainsi un journaliste d’une réunion somme toute assez banale. On me laisse tranquille.
Un deuxième militant approche. Même type d’échange, très poli, et qui se termine par une phrase d’agacement assez rigolote de sa part : « Oui, vous, vous invoquez la liberté de la presse, mais moi ce que je vous dis, vous vous en foutez ». Je tiens au passage à présenter mes excuses à ce deuxième militant pour l’avoir mis dans l’embarras par rapport à sa hiérarchie, mais il était en effet inconcevable de sortir de moi-même de cette salle. Pas tant en raison de liberté de la presse, celle-ci ne dépend fort heureusement pas du socialisme français, mais bien parce que j’ai trop avalé de couleuvres en me pliant aux précédents huis clos pour me laisser faire cette fois-ci.  
Le reste de la réunion se passe ensuite sans souci. Jusqu’à ce qu’un troisième larron ne vienne me voir. Cette fois-ci, j’ai droit au directeur de cabinet de Cambadélis, Maurice Braud. Même topo, qui se conclut par un conseil ma foi original : « Si vous voulez assister à nos réunions, vous n’avez qu’à prendre votre carte ». Sans doute une piste de travail intéressante pour parvenir aux 500 000 adhérents promis par Cambadélis en décembre dernier
Même réponse de ma part, courtoise mais nette : hors de question de quitter la salle de moi-même. Soulagement, le responsable du service d’ordre de Solférino, militant socialiste sincère et ayant la mémoire du PS d’antan toujours respectueux de la presse et de la publicité des débats, n’était présent que pour sourire et acquiescer à mes protestations.
Ultime signe de l’absurdité de l’oukase, on peut trouver un court compte-rendu de ladite réunion sur le site du Figaro, sans doute réalisé par un journaliste que les cerbères du « renouveau socialiste » n'auront pas réussi à identifier.
Pour notre part, nous entendions assister à au moins trois de ces réunions pour en faire un compte-rendu global, les interventions pouvant différer selon celui qui s’exprime au nom de chaque motion. Nous entendons toujours le faire, en espérant que le huis clos décrété à Créteil n’était qu’un excès de zèle irrationnel. Pour que les volontés « d’ouvrir les portes et les fenêtres du parti », ne soit plus un slogan éculé mais une réalité, au moins pour les journalistes politiques qui ont le malheur de vouloir s’intéresser aux débats internes d'un parti au pouvoir.

Sauf si, finalement, ce qu’il reste de militants socialistes préfère en effet qu’on les laisse entre eux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky