Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

21 Billets

12 Éditions

Billet de blog 19 nov. 2012

Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Maintenant, Monsieur Ayrault, je sais…

Ce dimanche, les intégristes catholiques de Civitas ont défilé dans les rues de Paris. Une grande réunion des familles de l'extrême droite catholique, qui a connu son lot de violences, notamment contre les féministes de Femen ou Caroline Fourest. Et je ne peux m’empêcher de repenser depuis à la façon dont le premier ministre m’avait sèchement répondu lors de notre entretien à Matignon, il y a deux mois.

Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Ce dimanche, les intégristes catholiques de Civitas ont défilé dans les rues de Paris. Une grande réunion des familles de l'extrême droite catholique, qui a connu son lot de violences, notamment contre les féministes de Femen ou Caroline Fourest. Et je ne peux m’empêcher de repenser depuis à la façon dont le premier ministre m’avait sèchement répondu lors de notre entretien à Matignon, il y a deux mois.A l’époque, dans la foulée du pseudo-film l'Innocence des musulmans puis des caricatures de Charlie-Hebdo, nous nous étions étonnés que l’on interdise a priori toute manifestation de musulmans voulant protester, au nom de la liberté d’expression, contre une autre liberté d’expression, le droit à caricaturer. Au passage, on ne résiste d’ailleurs pas à rappeler combien cette interdiction de manifester avait été respectée scrupuleusement, puisque même de simples passantes avaient été interpellées, ayant l’outrecuidance provocante de porter un foulard un dimanche au Trocadéro (lire ici).
Bref, après notre question, le premier ministre nous avait alors répondu : « Le gouvernement a pris ses responsabilités, et assume pleinement. Nous avons eu des informations qui nous laissent à penser qu’il y des risques de troubles à l’ordre public. Mais effectivement, cette décision est exceptionnelle, et je rejoins votre expression. »
A ce moment, je m’étais permis la relance suivante : « Les fondamentalistes catholiques ou juifs ne se font pas interdire leurs manifestations, même si elles peuvent parfois être violentes…» Avant de me voir répliquer du tac-au-tac : « Qu’en savez-vous ? Si ça devait se produire à nouveau, nous aurions exactement la même attitude. La France n’a pas à se laisser imposer quoi que ce soit par les religions. Cela vaut pour la future loi sur le mariage pour tous et l’adoption pour les couples homosexuels. La République ne se laisse pas imposer par une spiritualité ce qu’elle doit faire lorsque les citoyens se sont prononcés par leur vote. » Dont acte, avais-je alors pensé.
Alors, quand j’entends la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, déclarer ce dimanche, avant la manifestation de Civitas, que le mot d’ordre même du défilé  -«non à l'homofolie»- était en soi « un dérapage », et bien, M. le premier ministre qui me demandait ce que j’en savais, désormais, je crains d'en savoir trop. Savoir qu’on est considéré plus dangereux quand on est musulman radical que quand on appartient à l’extrême droite catholique. Et qu’au moment d’interdire une manifestation, une présomption de salafisme a plus de poids qu’un mot d'ordre homophobe et une certitude de fondamentalisme chrétien.

Dont acte.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte