Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

20 Billets

12 Éditions

Billet de blog 19 nov. 2012

Maintenant, Monsieur Ayrault, je sais…

Ce dimanche, les intégristes catholiques de Civitas ont défilé dans les rues de Paris. Une grande réunion des familles de l'extrême droite catholique, qui a connu son lot de violences, notamment contre les féministes de Femen ou Caroline Fourest. Et je ne peux m’empêcher de repenser depuis à la façon dont le premier ministre m’avait sèchement répondu lors de notre entretien à Matignon, il y a deux mois.

Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Ce dimanche, les intégristes catholiques de Civitas ont défilé dans les rues de Paris. Une grande réunion des familles de l'extrême droite catholique, qui a connu son lot de violences, notamment contre les féministes de Femen ou Caroline Fourest. Et je ne peux m’empêcher de repenser depuis à la façon dont le premier ministre m’avait sèchement répondu lors de notre entretien à Matignon, il y a deux mois.A l’époque, dans la foulée du pseudo-film l'Innocence des musulmans puis des caricatures de Charlie-Hebdo, nous nous étions étonnés que l’on interdise a priori toute manifestation de musulmans voulant protester, au nom de la liberté d’expression, contre une autre liberté d’expression, le droit à caricaturer. Au passage, on ne résiste d’ailleurs pas à rappeler combien cette interdiction de manifester avait été respectée scrupuleusement, puisque même de simples passantes avaient été interpellées, ayant l’outrecuidance provocante de porter un foulard un dimanche au Trocadéro (lire ici).
Bref, après notre question, le premier ministre nous avait alors répondu : « Le gouvernement a pris ses responsabilités, et assume pleinement. Nous avons eu des informations qui nous laissent à penser qu’il y des risques de troubles à l’ordre public. Mais effectivement, cette décision est exceptionnelle, et je rejoins votre expression. »
A ce moment, je m’étais permis la relance suivante : « Les fondamentalistes catholiques ou juifs ne se font pas interdire leurs manifestations, même si elles peuvent parfois être violentes…» Avant de me voir répliquer du tac-au-tac : « Qu’en savez-vous ? Si ça devait se produire à nouveau, nous aurions exactement la même attitude. La France n’a pas à se laisser imposer quoi que ce soit par les religions. Cela vaut pour la future loi sur le mariage pour tous et l’adoption pour les couples homosexuels. La République ne se laisse pas imposer par une spiritualité ce qu’elle doit faire lorsque les citoyens se sont prononcés par leur vote. » Dont acte, avais-je alors pensé.
Alors, quand j’entends la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, déclarer ce dimanche, avant la manifestation de Civitas, que le mot d’ordre même du défilé  -«non à l'homofolie»- était en soi « un dérapage », et bien, M. le premier ministre qui me demandait ce que j’en savais, désormais, je crains d'en savoir trop. Savoir qu’on est considéré plus dangereux quand on est musulman radical que quand on appartient à l’extrême droite catholique. Et qu’au moment d’interdire une manifestation, une présomption de salafisme a plus de poids qu’un mot d'ordre homophobe et une certitude de fondamentalisme chrétien.

Dont acte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran