Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

21 Billets

12 Éditions

Billet de blog 24 déc. 2015

Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Etat d'urgence et déchéance de la nationalité : 34 parlementaires nous ont déjà répondu

Pour ou contre l'inscription de l'état d'urgence dans la constitution et la déchéance de nationalité pour les binationaux coupables de terrorisme? Ce débat sera discuté au Parlement en février 2016. Comme nous jugeons le sujet décisif, il nous apparaît tout aussi important que chaque parlementaire puisse expliquer son choix à venir. Ce 29 décembre, ils sont 34 (sur 925) à nous avoir répondu.

Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Depuis que notre courrier électronique est parti ce 24 décembre à midi, à 13h06 exactement, sur la boîte aux lettres des 925 parlementaires qui se réuniront pour réformer, ou pas, la constitution française à Versailles, lors d'un parlement réuni en congrès, qui se réunira d'ici la fin du premier semestre 2016, les premières réponses ont commencé à nous parvenir.

Pour mémoire, ce courriel, inspiré du projet de loi qui va être soumis (lire ici), le voici :

Comme pour la loi sur le mariage pour tous avec les députés (lire ici notre article et voir notre carte d'alors), il nous est apparu important qu'un maximum de parlementaires prennent individuellement position et en toute transparence sur le sujet de la réforme constitutionnelle à venir.

Cette première salve de courriels a été lancée à une période où beaucoup d'élus sont partis en vacances. Nous avons dans la foulée reçu une soixantaine de réponses automatiques nous expliquant que notre demande sera “traitée” à la rentrée de janvier. Et aussi quelques mauvaises adresses, que nous allons rectifier. Il y a enfin une poignée de sénateurs qui ne communiquent pas d'adresse électronique, et qu'il va falloir dénicher.

Nous effectuerons une relance plus méthodique au retour des vacances, quand nos effectifs nous permettront d'être plus efficaces. Nous relancerons autant de fois que nécessaire ceux qui s'abstiennent de répondre, afin d'obtenir un maximum d'éléments permettant de fixer l'état du paysage politique. Nous publierons alors également les explications de vote qu'ils nous auront envoyées.

Faute de réponse de leur part, ce que nous ne pouvons imaginer, nous recenserons alors parmi les parlementaires les positions publiques des uns et des autres. Ce week-end, on a ainsi pu voir l'ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault s'élever contre la déchéance de nationalité, comme les anciens ministres Benoît Hamon ou François Lamy (une recension parmi les élus de gauche est faite ici, au-delà des parlementaires), tandis que d'autres députés socialistes se sont affirmés en faveur du texte (lire ici).

Pour information, le seuil des 3/5es du parlement nécessaires pour adopter la révision constitutionnelle équivaut à 555 élus. Et à l'inverse, il faut 370 parlementaires votant non pour que le texte soit rejeté.

A 15h30 ce 29 décembre, ils sont déjà trente-quatre à avoir pris le temps de nous répondre personnellement, et nous les en remercions.

  • Il y a ceux qui sont résolument pour, comme les sénateurs Philippe Bonnecarrère (UDI), Pierre Medevielle (UDI), Jean-Jacques Lasserre (MoDem), Daniel Reiner (LR), Roger Karoutchi (LR) Michel Berson (PS), Maurice Vincent (PS), Jacques-Bernard Magner (PS), ou bien les députés François Rochebloine (UDI), Julien Aubert (LR), Denis Jacquet (LR), François Scellier (LR), Olivier Carré (LR), Frédéric Lefebvre (LR), Georges Fenech (LR) ou Frank Marlin (LR). Ce dernier résume assez bien le sentiment général : « Dès lors où une personne binationale trahit la République et la nation, elle ne peut qu'être déchue de la nationalité d'un pays dont elle rejette les valeurs. »
  • Il y en a aussi qui sont surtout pour la déchéance de nationalité, mais attendent d'en savoir plus sur l'état d'urgence et « la formulation du texte » (le député LR Marc-Philippe Daubresse), ou se disent déjà contre, comme le sénateur LR Patrick Chaize ou le député LR Eric Straumann, ce dernier estimant qu'une telle constitutionnalisation donne « le sentiment que nous cédons sous la menace ».
  • A l'inverse, il y a aussi ceux qui sont pour la constitutionnalisation de l'état d'urgence, mais avouent leur doute sur la déchéance de nationalité et attendent de voir la tournure des débats parlementaires pour arrêter définitivement leur position, comme les sénateurs PS Odette Herviaux et Christian Manable.
  • D'autres sont résolument contre la déchéance de nationalité, mais sont aussi favorables à l'article sur la constitutionnalisation de l'état d'urgence (les députés PS Florence Delaunay, Denys Robillard et Jean-Yves Leconte, ou la sénatrice PS Michelle Meunier), attendent de voir si « la formulation retenue » de l'article sur l'état d'urgence « est un plus pour les droits et libertés » (le député PS Pierre-Yves Le Borgn') ou souhaitent que la loi soit complétée « conformément au très ancien engagement du président » par l'instauration du « droit de vote aux élections municipales des résidents étrangers domicilies régulièrement depuis cinq ans dans la commune » (le sénateur PS René Vandierendonck). A droite, le député LR Patrick Devedjian estime qu'une tel « projet fait apparaitre une alliance objective entre le gouvernement et le Front national », considérant ainsi que « la droite a tout intérêt à la faire apparaitre dans toute sa lumière en ne la cautionnant pas ».
  • Il y a enfin ceux qui se prononcent contre les deux articles soumis, comme la sénatrice Nathalie Goulet (UDI) et les députés Jean-Pierre Grand (LR), Jérôme Lambert (PRG), Isabelle Attard (apparentée EELV), Barbara Romagnan (PS) ou Pouria Amirshahi (PS). Celui-ci, député des Français d'Afrique du nord et de l'ouest, est particulièrement virulent : « On est là dans l’ignominie, mais aussi dans la démagogie (…) Ainsi on aurait des français et des demi-français qui, pour le même crime, ne seraient pas jugés avec les mêmes peines ? C'est une gifle à la République. »

C'est justement parce que ce projet de révision constitutionnelle transcende les clivages partisans, ainsi qu'on peut déjà en avoir un aperçu, qu'il nous a semblé important que chacun puisse dire en conscience son point de vue. Pas seulement ceux qui occupent l'espace médiatique et s'engagent sur le sujet. Mais aussi tous ceux qui, plus anonymes ou plus désireux de rester en retrait, pourraient imaginer ne pas avoir à se positionner publiquement sur un sujet aussi fondamental.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER