ECREA - l'espace de création

Selon Stéphane de Gérando, l'espace de création est constitué de trois espaces (l'EC – l'espace collectif, contexte général, époque, l'ECOMP – l'espace compositionnel à proprement parlé, l'EIR - l'espace d'interprétation et de réception) et de neuf sous espaces.

Espace de création

Nous appelons « espace de création » (ECREA) l'espace incontournable dans lequel travaille l’artiste-créateur. 

ECREA est constitué de trois espaces et neuf sous espaces :

1. EC – espace collectif (contexte général, époque)

2. ECOMP – espace compositionnel (à proprement parlé)     

  1. Espace individuel (trajectoire personnelle)
  2. Espace poétique d'une œuvre en particulier (imaginaire, sensations, idées, concepts, rêves...)
  3. Espace formel (logique symbolique, formalisme, combinatoire, notion de langage, processus...)
  4. Espace physique (paramètres physiques du son, de la lumière…)
  5. Espace cognitif (espace "théorique" perceptif...)
  6. Espace de codification de l'œuvre - support de l’information : réalisation des partitions, fichiers son et vidéo,  programmes informatiques pour les œuvres algorithmiques temps réel…
  7. Espace de transmission : milieux physiques, air, eau hélium... divers matériaux possibles pour transmettre l’information

3. EIR - espace d'interprétation et de réception

  1. Espace d'interprétation : instrumentiste, chef d’orchestre, interprétation d’une œuvre électroacoustique, interaction temps réel...
  2. Espace de réception de l‘œuvre : aspects cognitifs, esthétiques [...]

Commentaire au sujet des différents espaces

Le premier espace, l'espace collectif (EC) symbolise un contexte général, une époque dans lequel l'artiste-créateur naît et qu'il ne choisit pas. Cet espace influence plus ou moins consciemment le processus d'invention. 

Au XXIe siècle, dans la tradition de la musique savante occidentale, le compositeur élabore "plus concrètement" son œuvre à partir du second espace, l’espace compositionnel (ECOMP) qui regroupe sept sous espaces associant trajectoire personnelle, imaginaire de l'œuvre, représentations formelles, physiques, cognitives, codification, transmission.

Le dernier espace, "interprétation, réception" rejoint le premier espace. L‘œuvre peut en effet avoir besoin d’interprètes pour la transmettre en public : le sous-espace d'interprétation est bien différent de l’espace compositionnel. Même si on rencontre parfois des artistes - créateurs - interprètes, cela relève d'une compétence qui n'est plus celle du compositeur. L'autre sous-espace de réception de l'œuvre dépend de multiples facteurs collectifs, notamment d'aspects psychophysiologiques, esthétiques, culturels...

Ces espaces et la nature des liens entre ces espaces sont donc déterminants et conditionnent la création, l'imagination et la composition d'une œuvre.

La conscientisation de ces différents espaces et des interactions possibles peut paraître essentielle, aussi bien dans le cadre d'un apprentissage de la composition que d'une réflexion problématique sur la notion de création ou la réalité de son existence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.