Stéphane Guitline
Professeur de Lettres
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2008

Mort du cancre

Stéphane Guitline, professeur de Lettres à Montfermeil (93370) Il y aurait sans doute mieux à faire, pour saluer l'arrivée de Mediapart, que d'annoncer une disparition, mais je me dois de rapporter une triste réalité: en banlieue, et plus précisément ici, à Montfermeil, les cancres sont une espèce en voie d'extinction. Le constat peut prêter à sourire, mais il est plus inquiétant qu'il n'y paraît : il est un indice de l'état du système.

Stéphane Guitline
Professeur de Lettres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Stéphane Guitline, professeur de Lettres à Montfermeil (93370)

Il y aurait sans doute mieux à faire, pour saluer l'arrivée de Mediapart, que d'annoncer une disparition, mais je me dois de rapporter une triste réalité: en banlieue, et plus précisément ici, à Montfermeil, les cancres sont une espèce en voie d'extinction. Le constat peut prêter à sourire, mais il est plus inquiétant qu'il n'y paraît : il est un indice de l'état du système. Qu'on ne croie pas pour autant que les élèves en difficulté aient disparu, que les "nuls" aient été rayés de la carte scolaire, ni que la paresse soit en danger. Simplement, le cancre se fait rare, menacé par son avatar moderne, le décrocheur. Il faut envisager que le cancre rejoigne bientôt dans leur inactualité les photos de Doisneau, le poème de Prévert et les Quatre Cents Coups de Truffaut. Et il y a beaucoup à craindre de la disparition de ce franc-tireur et partisan du moindre effort.

Alors que le cancre tentait d'échapper au carcan du système, à coup d'excuses longuement mitonnées dans le loisir des journées de paresse, "d'anti-sèches" savamment élaborées, de stratégies d'évitement complexes, le décrocheur n'oppose que passivité et indifférence. L'un jouait son rôle dans le système, l'autre refuse de jouer le jeu. Il ne vient en classe que pour échapper aux sanctions qui menacent les absentéistes, mais ne sait pas ce qu'il vient y faire; il ne triche pas, est le plus souvent prêt à reconnaître ses fautes, à condition de ne pas avoir à les corriger; il ne fait rien, et le flot de la parole pédagogue se brise sur sa surdité volontaire. Il est ailleurs, mais où? Il demeure insensible aux enjeux de la scolarité, y compris à ceux de l'orientation, et renvoie parents et enseignants à d'angoissants questionnements. Que faire face à ce kamikaze qui ne défend aucune cause?

Le cancre est, ou était, une manière de preuve par l'absurde de la validité du système, il y remplissait une sorte d'office folklorique et symbolique significatif. Le décrocheur ne s'y intègre pas, il le refuse, le réfute en totalité. Alors que l'un marche "de côté", "de travers" dans le système (comme l'indique l'étymologie de cancre, le cancer latin, ce crabe qui ne progresse qu'à l'oblique), l'autre marche à côté, à l'écart de celui-ci. Inaccessible aux menaces et aux objurgations, indifférent au "Pense à ton avenir!" conjuratoire, il suscite chez les adultes qui se penchent sur son cas un terrible sentiment d' impuissance.

Il n'est pas loin, le moment où tous regretteront le bon vieux temps du cancre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl