COP 21/TRUMP: Emmanuel MACRON, dans la peau de Frédéric-Guillaume Ier,Duc de Prusse ?

La bêtise de Donald TRUMP qui a été de dénoncer l'Accord de Paris sur le Climat dans lequel son prédécesseur s'était engagé, me fait terriblement penser à la dénonciation, en 1685 par Louis XIV, de l'Edit de Nantes qui avait été instauré par Henri IV.Que fit alors le Duc de Prusse ? Il flaira un bon coup et il réussit même à en faire, avec une seule pierre, plusieurs...

La BETISE de Donald TRUMP qui a été de dénoncer l'Accord de Paris sur le Climat dans lequel son prédécesseur s'était engagé, me fait terriblement penser à celle de  Louis XIV, lorsqu'il a dénoncé, en 1685, de l'Edit de Nantes qui avait été instauré par Henri IV, son « arrière prédécesseur » de grand-père. Cet Edit avait pour but de calmer le royaume qui s'était coupé en deux entre catholiques et protestants.

A partir de la révocation de cet Edit, les protestants, bien que souvent les plus « dégourdis » de l'époque et les plus créatifs et laborieux, furent plus que menacés sur le sol français. Que fit alors le Duc de Prusse ? Il flaira un bon coup et il réussit même à en faire, avec une seul pierre, plusieurs. Il avait besoin de repeupler certaines zones, de reconstituer et renforcer ses élites et, « en même temps », d'affaiblir la France. Ainsi, par l’Édit de Potsdam du 29 Octobre 1685 (soit seulement quelques jours après la révocation de l’Édit de Nantes), il profita des persécutions pour accueillir les réfugiés protestants français sur le territoire prussien et brandebourgeois. Au delà d’un "visa", ce fut un « pont d'or » : les réfugiés se virent offrir quatre ans d'exemption d'impôt, du bois de construction, des terrains et même la liberté de suivre leur culte en français et de conserver le droit français et leurs propres magistrats. Cette ouverture des frontières favorisa également la venue des protestants persécutés de Russie ou de Bohême. Potsdam fut ainsi transformé en une "plaque tournante" de l’immigration européenne. De 140 000 à 200 000 protestants quittèrent alors la France durant les deux décennies suivantes (soit 10 % des Protestants français et un peu moins d'1 % de la population du Royaume de France). Et, 200 ans plus tard en 1870, devinez quelle était l'origine de nombreux scientifiques, industriels et surtout de dizaines de hauts officiers de l'Armée Prussienne qui nous a mis la pâté  ? Ben... c'étaient des descendants de Protestants français...

Sûrement inspiré par l'Histoire, Emmanuel MACRON, certainement non contredit par Nicolas HULOT, a lancé son appel «À tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés que la décision du président des Etats-Unis a déçu», et en leur assurant qu’ils trouveraient «dans la France, une seconde patrie», a quelque part la même démarche que le Duc de Prusse avec l'Edit de Potsdam. 

Ainsi, d'ici quelques mois, Donald TRUMP risque, comme Louis XIV lors de sa révocation de l'Edit de Nantes, de voir fuir de nombreuses élites travaillant également sur des sujets d'avenir (ici la lutte contre le réchauffement climatique et la transition énergétique), et de laisser le soin à ses successeurs se retrouver, comme la France en 1870, face à de sérieux « concurrents » issus de son propre pays, lui damer le pion sur son propre sol...

Comme il se doit d'éclairer l'actualité à la lumière de l'Histoire, et, "qu'en même temps", la BETISE est aussi intemporelle que "renouvelable", que les chercheurs et les entreprises des USA pourraient se revendiquer d'en être les réfugiés... alors... encourageons notre "Monarque Républicain" conseillé par Nicolas HULOT, de s'inspirer des moyens que jadis le Duc de Prusse, également fort bien conseillé, avait mis en oeuvre  !

1024px-ediktpotsdam

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.