Lors d’un tournoi de poker, qu’il soit hors ligne ou en ligne, le participant peut passer rapidement de perdant à gagnant. Il peut gagner du plus petit gain qu’il soit, au jackpot en l’espace d’une seule partie. Voici les records de gain enregistrés.

Les records « online »

Le 12 septembre 2011, un joueur en ligne surnommé « Patatino » a gagné le jackpot : 609.730 $. Il entre alors directement à la première place du record de gains dans une partie de poker en ligne. Tout le monde pensait alors qu’il le resterait longtemps… Mais tout le monde a eu tort !

Au mois d’octobre, à peine 5 semaines après cette victoire, en l’espace d’une seule nuit, le record a été battu, dépassé et repassé trois fois de suite. Le lieu de l’exploit ? Une table « no-Limit » nommé « RailHeaven », alors ouverte depuis 1 mois.

Record  battu une première fois

Une ambiance de tournoi offline régnait ce soir là dans la room « RailHeaven », la tension était à son comble parmi les joueurs professionnels qui participaient, entre autre Tom « Durrr » Dwan, John Juanda ou Phil Ivey. Et c’est le premier cité, Tom "Durrrr" Dwan qui a raflé la mise face à un joueur alors peu connu, "LarsLuzak". Ce dernier fait montait les enchères, Dwan surenchérit, ainsi de suite jusqu’à arriver à un pot de 90,000$. C’est alors que LarsLuzak après une mince hésitation, annonce un tapis de 270 832.25$, suivi après une plus longue hésitation par celui qui deviendra le nouveau tenant du titre, Dwan. LarsLuzak qui avait tenté un énorme coup de bluff perd la partie et Dwan empoche le tapis qui s’élevait à 617.968$.

La seconde ne sera pas la dernière

Mais cela ne s’arrête pas là, très rapidement, une nouvelle partie record s’engage entre la « superstar du poker » John Juanda et Tom Dwan. Là aussi les mises augmentent à une vitesse fulgurante, Juanda fait une enchère au pré flop de $ 14.500, Dwan y répond très vite pour relancer à $ 43,800. Juanda surenchère à $ 137.400 et Dwan tente tout de suite d’augmenter les gains en misant 338,503.50 $.

Très sur de lui et sans hésitation Juanda suit en envoyant son tapis et dévoile un « As roi ». Dwan se voit alors au bord de son second record en un très court laps de temps, mais ce n’était pas son destin car la rivière tombe : un roi ! John Juanda Juanda bat le nouveau record du monde avec 678.069 $, une belle victoire inattendue.

Jamais deux sans trois

Mais il ne savourera pas bien longtemps son nouveau succès : 3 heures plus tard, il sera détrôné. Une nouvelle partie démarre, opposant alors Dang et Tom « durrr » Dwan. Dang démarre avec 45000$ au pré flop, suivit par Dwan. Dang annonce 52,700$ de plus, et Dwan surenchérit et augmente le pot à 139,500$. Rapidement et sans le moindre signe d’hésitation, Dang envoie son tapis dans sa totalité, soit 314,970.50$. Dwan répond rapidement et suit son adversaire. La chance est du côté de Dang qui remporte la rivière et l’impressionnant pot qui l’accompagne : 723.938$. Nouveau record de la soirée et nouveau titre pour Dwan, pour le moment jamais égalé … Sans doute une des plus belles et chères parties de l’histoire du poker en ligne. Quant à « durrr » Dwan, malgré une perte énorme d’1,4 millions  de dollar, il a réussit à refaire son tapis quelques heures plus tard.  

Les records « offline »

En ce qui concerne le poker réel, offline, celui qui se joue dans les casinos lors de tournois par exemple, les gains sont bien entendus beaucoup plus importants et donc les recors dépassent ceux en ligne. Le classement des records de gain en poker hors ligne est disponible sur ce site : http://pokerdb.thehendonmob.com/ranking/1. Vos pourrez y lire que l’américain Erik Seidel est détenteur du record avec presque 17 millions de dollar (16,885, 167$) soit 12 fois plus que les pertes engendrées par Dwan lors de sa partie. Le second est le Canadien Daniel Negreanu avec 14, 901,459$. Certains joueurs en ligne se retrouvent dans ce classement tels que Phil Ivey, le 3ème avec presque 14 millions ou John Juanda le 7ème avec presque 12 millions de dollars de gains.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.