Catalogne, 11 septembre 2013 : l'histoire est en marche ... (6)

309

(Par Béatrice Riand)

 

En marge de la Via Catalana, en terre catalane, l’ANC a chargé ses délégations extérieures d’organiser des chaînes humaines à l’étranger.

C’est ainsi que des Catalans, de par le monde, ont manifesté ou vont manifester leur soutien au projet souverainiste de leur pays.

A Rome et à Venise, sur la Place St-Marc. A Zürich comme à Lausanne. Au Mexique, dans les ruines mayas de Tulum comme à Oslo et Bankok.

A Houston, Santiago de Chili, Bruxelles ou Jérusalem.

A Paris et dans le Languedoc.

A New York, où des centaines de Catalans, après un pique-nique à Central Park, ont entonné Els Segadors sur Time Square.

Et ailleurs.

A Brisbane et à Sydney, en Australie. A Buenos Aires, en Argentine. A Hambourg, en Allemagne. A Lima, au Pérou. A Miami, aux Etats-Unis. A Dublin, en Irlande.

A Montréal, qui a vu le Québec se prononcer en 1995 par référendum sur la question indépendantiste, sans que pour autant le Canada n’organise des réunions militaires au plus haut niveau.

A Manchester, à Edimburgh, en Angleterre.

1377984813958Et à Londres, où  800 personnes se sont réunies devant le Parlement pour unir leurs mains et revendiquer l’indépendance de leur pays et le droit de choisir. A Londres, Londres qui a accordé ce droit à l’Ecosse, sans pour autant punir la région avec des mesures de rétorsion économique ou linguistique.

Et ailleurs, sans doute, demain, encore.

L’histoire est en marche, même si Madrid s’enferre dans le déni et bâillonne la presse.

Selon le gouvernement espagnol, il y aura moins de mobilisation que l’an passé. ElPeriodico.cat, média diffusé sur Internet, ironise sur la question : « Le 11 septembre démontrera leur capacité à anticiper les faits ».

Pas d’inquiétude du côté de l’ANC : le registre catalan des records mondiaux est d’ailleurs chargé officiellement d’effectuer tous les contrôles nécessaires à l’établissement d’un nouveau record : la chaîne humaine la plus longue organisée à l’intérieur d’un Etat, membre de l’Union européenne.

En réalité, si les chaînes humaines extérieures à l’Espagne piquent le géant ibérique dans sa fierté, la probabilité de voir le phénomène proliférer à l’intérieur de ses frontières l’inquiète désormais et l’amène à surveiller de possibles connexions entre Basques et Catalans. Le Pays basque observe en effet avec attention ce qui se passe chez ses voisins, et envisage déjà d’organiser une chaîne humaine de 50’000 personnes sur 130 km, entre Durango et Pamplona, le 8 juin 2014.

PROTESTAS POR LA INDEPENDENCIA DE CATALUÑA EN PARÍSL’histoire s’écrit chaque jour.

En Europe, depuis 1905, 25 pays ont obtenu leur indépendance : le droit à l’autodétermination est par conséquent un droit désormais clairement établi, et admis par les pays qui jouissent d’un haut niveau en matière de démocratie.

La présidente d’Òmnium Cultural, Muriel Casals, affirme que le mouvement indépendantiste catalan est « un mouvement social maintenant imparable, qui s’agrippe au principe le plus fondamental de la démocratie, le respect de la volonté majorité d’un peuple qui veut exercer son droit à décider, un droit que l’on nous dénie par le biais d’une interprétation formaliste des lois et de la Constitution, qui allèguent de l’indissolubilité de l’Espagne, et ignorent nos droits historiques ».

Que fera l’Espagne, si la Catalogne persévère dans sa volonté de divorce à l’amiable ?

Enverra-t-elle ses chars ?

L’Union européenne, championne des droits de l’homme, pourra-t-elle accepter de voir un gouvernement contraindre par la force des citoyens qui souhaitent pacifiquement utiliser les voies légales pour emprunter un nouveau chemin ?

Les « castellers » ont une devise : « De la force, de l’équilibre, du courage et du bon sens ».

Souhaitons que l’Espagne oublie la force et fasse preuve de bon sens.

Souhaitons que la Catalogne trouve son équilibre, car elle a le courage et le mérite de le revendiquer depuis déjà presque un millénaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.