CATALOGNE. L’ESPAGNE JUGE LES INDEPENDANTISTES AVEC DES GOURDINS A LA KAFKA

L'Espagne juge la Catalogne, hors-la-loi.

51694316-316087495918954-6346119990101409792-n
L’Espagne va donc juger la Catalogne. L’Espagne va ainsi juger Jordi Cuixart, Carme Forcadell, Jordi Sanchez et les autres prisonniers politiques emprisonnés par l’Espagne franquiste si chère à Manuel Valls et, semble-t-il, à Bernard-Henri Lévy et à tous les Jacobinistes de France et de Navarre. L’Espagne va juger des innocents et les condamner à de lourdes peines de prison pour avoir cru vivre en démocratie, pour avoir cru avoir le droit de décider, pour avoir cru en une Europe de paix et des droits de l’homme, pour avoir cru en la liberté et en l’indépendance citoyenne. L’Espagne va assassiner la Catalogne et l’Europe se tait, la Suisse ferme les yeux, la France voit jaune sans savoir que cette couleur est celle de la révolution politique catalane (1), l’Allemagne fait semblant de rien et le monde n’est plus là.

 

La Catalogne jugée, c’est Le Procès de Kafka qui nous saute à la gorge, c’est Soljenytsine et l’Archipel du Goulag qu’on découpe en petits morceaux, c’est la CEDH qu’on ridiculise avec une machette acérée, ce sont Les Lumières qu’on achève à coups de gourdins, c’est George Van Mellaert transformé par la justice belge en présumé coupable (2). La Catalogne de l’indépendance déchiquetée, c’est pourtant notre tête que l’on accepte de mettre sous le billot en sachant que le bourreau espagnoliste jouira lorsqu’elle sera immanquablement tranchée.

 

L’Espagne n’est pas une démocratie, l’Espagne n’est pas un État de droit, l’Espagne n’est pas le pays de la liberté et de la vérité. Et, nous autres, pas si loin de Barcelone ou de Madrid, acceptons avec une infinie lâcheté que le Consul d’Espagne vienne faire risette à notre présidente socialiste du gouvernement valaisan (même Mathias Reynard s’est abstenu de s’en offusquer) et que le gouvernement espagnol rabroue régulièrement nos autorités et nos parlementaires, dont certains sont trop amis à leurs yeux avec la Catalogne.

 

La condamnation des prisonniers politiques catalans sera la défaite ultime de la démocratie en Europe, la disparition de l’État de droit et le début de la reconquête totalitaire en Europe occidentale. D’aucuns veulent croire que la Cour Européenne des Droits de L’Homme fera rempart : cette éventualité va prendre des années, au cours desquelles les procès se multiplieront et la répression augmentera.

 

Dans ce marasme de boue policière et judiciaire infecte, la France, toujours aussi royaliste et jacobine, intellectuellement à la dérive (BHL dans les Ramblas pour accompagner Valls et faire croire que Orwell l’aurait déjà précédé sur cette route de la honte !), ne parvient pas même à s’aider elle-même, alors elle se tait ou soutient le PSOE, qui est le perroquet freluquet de Rajoy et de ses compagnons du PP.

 

L’Europe a échoué. Rien d’autre n’est à dire.

 

Bonjour à tous les prisonniers politiques !

 

 

(1) Le jaune est aussi la couleur en Valais de APPEL CITOYEN

(2) George Van Mellaert, Présumé coupable, GVM Publishing, 2015 [disponible sur Amazon]

 

Post Scriptum : Julian Assange, interdit de réseau social, ne tweete plus. Son avocat français, Juan Branco, n’a-t-il rien à dire sur le sujet et se contente-t-il du drapeau blanc ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.