Carla Del Ponte. L'incompréhensible dialectique

Carla del Ponte, la femme suisse qui incarne à elle toute seule ou presque, la justice pénale internationale, était l’invité hier soir de Darius Rochebin au journal de la télévision suisse sur la RTS. Et elle a dit très exactement en quelques minutes tout et son contraire en définissant elle-même ce qu’était un tel discours : de la politique.

Carla del Ponte, la femme suisse qui incarne à elle toute seule ou presque, la justice pénale internationale, était l’invité hier soir de Darius Rochebin au journal de la télévision suisse sur la RTS. Et elle a dit très exactement en quelques minutes tout et son contraire en définissant elle-même ce qu’était un tel discours : de la politique.

Côté lumière abstraite et idéaliste, Carla Ponte court avec son équipe à la recherche des preuves et des coupables des crimes de guerre les plus abjects commis en Syrie. La procureure internationale a elle-même indiqué que l’homme criminel y avait lui-même franchi les limites les plus intolérables de l’abjection humaine. Carla del Ponte a dit toute sa frustration de ne pas pouvoir ouvrir formellement des poursuites en signe de justice envers les victimes.

Côté concret et noir de la chose, Carla del Ponte dans un retournement dialectique cynique a affirmé avec force qu’en Syrie la voie diplomatique, la seule possible, passait inéluctablement par Bachar el-Assad, celui-là même qui a plongé la Syrie à fin de conservation du pouvoir dans un bain de sang immonde.

En deux minutes à peine, Carla del Ponte a signifié l’inutilité d’une justice pénale internationale arrimée aux bottes des dominants de la planète qui exerceraient, dit-on, leur métier de politiques.

Un jour, lointain ou pas, le monde mettra en scène quelque procès contre ces criminels de Daesch au cours desquels Bachar el-Assad, appelé par la défense, viendra apporter sa bonne parole en qualité de témoin de moralité.

Et on veut nous faire de croire que cela s’appelle de la géopolitique.

Qu’est-ce ?

De l’immonde perversion ordurière.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.