OPHELIE CLAUDE-BOXBERGER. AU-DELA DE L'IMAGINABLE

La bassesse. L'inimaginable. L'impossible à dire.

box

L'être humain est inimaginable. Lisez, vous ne le croirez pas. C'est à ça, peut-être, que l'on reconnaît le réel, oui, lisez L'Equipe.

Ce n'est plus du sport, ce n'est plus de la politique, ce n'est plus de la psychologie, peut-être pas même de la psychiatrie, ce n'est plus du people, ni du religieux, ce n'est pas même du dopage, de la tricherie ou de la bêtise. C'est ... au-delà de tout.

Si je devais imaginer l'inimaginable, je dirais, peut-être, que c'est l'histoire d'une enfant sacrificielle.

En fait, je n'en sais rien. Rien de rien. Personne, à ce stade, n'en sait quoi que ce soit. Mais, déjà, Ophélie Claude-Boxberger est entrée dans l'histoire incroyable de l'humanité profondément dérangée.

Certains écriraient l'histoire d'un vrai salaud.

D'autres conteraient celle d'une mère indigne.

Quelques-uns y verraient un mari protecteur.

D'autres encore, une enfant sacrifiée.

On pourrait même imaginer une manipulation familiale destinée à sauver une princesse sportive.

Et puis, surgirait une jalousie impossible, un "beau-père" pervers, amoureux d'une femme qu'il utiliserait pour abattre son rival de mari, s'abandonnant dans les bras d'une sportive qu'il aurait abusée, mais dont son esprit ne pourrait pas se défaire, même dans les bras de sa mère.

Je choisirais alors, en contre-plongée, l'histoire d'une sportive qui gagnerait après avoir cauchemardé dans un rêve sans fin la nuit précédant son succès. Car exprimer a vérité dans ce dossier, aujourd'hui pénal, relèverait de l'impossible à dire.

La bassesse humaine est infinie et fait peur à voir.

Ophélie Claude-Boxberger est entrée dans le champ de l'inexprimé.

Elle est devenue un mythe.

Bonjour sincère à elle.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.