Stéphane ROUSSEL
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2019

À corps perdu

Un an à manifester semaine après semaine ! À corps et à travers je manifeste. à cor et à cri ils me répriment. Minent mon envie, celles des autres. Nos aspirations. Texte que je publie en mon nom, avec l'assentiment des Gilets jaunes de Villejuif.

Stéphane ROUSSEL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un an à manifester semaine après semaine ! Une prouesse tant par la durée que par le contexte de répression. Et à l'occasion de cet anniversaire, on entendra certainement la fameuse chanson scandant "On est là ! On est là !". L'occasion est alors toute trouvée pour publier ce texte que j'écris par à-coups depuis voilà maintenant plusieurs mois. Réflexions rythmiques et entremêlées sur la répression et son expérience, sur la corporalité, et sur ce que signifie manifester aujourd'hui. Sur pourquoi, je manifeste, et pourquoi tant d'autres peut-être, manifestent encore et encore, un an après.

Texte que je publie en mon nom, avec l'assentiment des Gilets jaunes de Villejuif.

_______________

A corps perdu

A corps et à travers je manifeste. A cor et à cri ils me répriment. Minent mon envie, celles des autres.

Nos aspirations.

Voulant marquer les corps, faire des exemples pour qu’un grand nombre perdent courage, ce sont leurs armes qui nous corrigent et nous blessent. Et me blessent. Et te blessent… Pas de balles réelles, mais suffisamment pénétrantes pour que dans nos esprits elles y restent et nous meurtrissent. Pour que chaque fois qu’une victime témoigne, une masse d’autres potentielles se taisent et s’isolent. Craignant d’être les prochaines. S’inquiétant pour qui manifestera.

Culpabilisant.

Et réalisant maintenant, la répétition d’une tragédie déjà éprouvée là où se détournait le regard : la police, et à travers elle l’État, ont le pouvoir de détruire les corps. De les violer et d’en modeler les expressions. D’en contrôler les passions dans tout espace hors du quotidien, jugé en dehors de la cité. Afin de leur insuffler stigmate et rage. Afin de les mater, de les dominer. De les renvoyer à leur invisibilité. L’image de corps soumis, disponibles, identifiables mais qui ne sauraient pourtant ni s’affirmer ni se montrer.

Tel est mon corps. Et tel est ton corps...

Le corps policier lui en revanche, est sacré. On ne saurait y toucher : il est frappé de l’interdit, il représente l’interdit. Il agence l’interdiction. Celle de la présence et de la mobilité des corps dans l’espace public. Celle de leur existence politique. Disposant pour cela d’un corps inviolable, solidaire, dépositaire du monopole de la violence légitime, incarnant la loi, représentant l’État, et ayant à ce titre le privilège de l’impunité. Ce qui lui permet dès lors sous réserve d’exercer ses prérogatives, de pouvoir s’adonner à ses passions, et d’empiéter sur les corps profanes.

Les corps de « ceux qui ne sont rien ».

Ceux-là même dont ils ne sauraient voir les couleurs. Les attributs, les orientations, les marques et les affres de la vie. Car c’est de vie dont il s’agit, pulsant sous notre peau. Nous voulons vivre, exister. Non pas survivre. Non pas demeurer. Vivre.

A cela, je manifeste corps contre corps. A corps perdu. Car pendant l’espace d’un instant, je sais que je ne m’appartiens plus tout à fait. Je peux être détruit, voir ma vie détruite. Mon corps fouillé, souillé, passé à tabac, détenu, gazé et humilié. Je peux me retrouver avec un handicap. Être marqué à vie pour avoir osé occuper l’espace public, pour avoir osé revendiquer mon existence. Plus encore, je peux devenir autre. Devenir étranger à moi-même, à mon propre corps.

Être littéralement, dépossédé.

Une vie sans vie, celle d’un autre que je ne reconnaîtrais plus, mais avec laquelle je devrais pourtant composer jusqu’à la fin de mes jours. Prolongeant l’incertitude temporaire de mon corps à un état de liminarité : une mort intime qui ne dit pas son nom, loin des regards et de la publicité, dans l’ombre-portée de la cité.

A travers, en travers et de travers, je manifeste donc. Pour toi, pour moi, pour Nous. Et si la répression nous guette, alors je n’aurai de cesse que d’y retourner plus encore. Pour exister en tant que personne humaine, pour exister en tant que sujet politique. Pour défendre ne serait-ce que cette liberté. Parce que nous sommes tous des habitants de ce pays. Parce que nous en formons l’étoffe. Parce que le corps du roi est nu.

Tel sont en définitif, nos propres corps.

Stéphane Roussel, Gilet jaune de Villejuif

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE