Art graphique : Nietzsche drooping !

6a00d8341c8a9953ef01b7c6d6f46c970b-300wi

Dans Aphorismes de Friedrich Nietzscheillustrée (1), Alexis Beauclair, né en 1985, donne voie "graphique", et écho singulier, aux aphorismes du philosophe. Une quarantaine d'écrits choisis par l'auteur, et autant de dessins, de traits, de sens, de couleurs. Alexis Beauclair ne se contente pas d'illustrer Nietzsche, il y apporte sa vision de l'œuvre ; par sa plume, par ses choix de textes. Ancien étudiant à l'Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg, "l'illustrateur" est aussi littéraire. Le grand "philosophe-poète-écrivain-pianiste", ne parait pas avoir de secret pour lui. Beaucoup d'humour noir, de provocation, et de dérision dans cette collision textes/images. "C'est le privilège de la grandeur, écrit Friedrich Nietzsche, de procurer beaucoup de bonheur par des dons minimes." Le dessin "illustrant" cet aphorisme montre homme en slip, assis sur tabouret, fessant, cul nu, un enfant. Ses personnages, en "conversation" avec Nietzsche, sont dénudés, ou tout juste vêtus d'un slip, qui change de couleurs, mais  pas de coupe. Ils semblent inquiets, perdus dans labyrinthes. Ce sont les fous dénudés d'un Maitre encore plus fou. Ils se pendent avec ballon d'enfance, qui ne s'envole pas ("Infortune"), baisent ("Demi-savoir"), avec ("Désir d'une profonde douleur") ou sans ustensiles, s'ouvrent le bide ("Le repos dans l'action"), portent camisoles ("Observation de soi-même"), sont hermaphrodites ("Se complaire à soi-même"), chargent leur fusil de chasse ("En pleine nature"), sautent dans le vide ("Pour de grandes fins"), etc. On y retrouve des influences, comme celles de Roland Topor, Bonnot, André François,Tomi Ungerer, etc. Mais Alexis Beauclair a déjà sa voix, son style, sa singularité. Et sait que la vie est d'abord un jeu. Truqué d'avance : "L'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition." Dixit Friedrich Nietzsche, bien sûr !

Stéphane Vallet

(1) Alexis Beauclair, Aphorismes de Friedrich Nietzsche, traduction de A.M. Destrouneaux & H. Albert, Orbis pictus club (Collection "Nem Dropping"), 2008, 14 euros.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.