stephane@lavignotte.org
Ancien journaliste, militant écologiste, éthicien, pasteur de la Mission populaire à Montreuil (93), habite à L'Ile-Saint-Denis
Abonné·e de Mediapart

126 Billets

6 Éditions

Billet de blog 4 juin 2008

Le mariage en panne d'essence ?

Depuis le début du débat sur « l'annulation du mariage de Lille pour cause de non virginité », je m'interroge. Pas tant sur le centre du débat qui a été médiatiquement décidé, et qui me semble comme souvent "à côté", ou en tout cas pretexte pour parler d'autre chose. Je constate que ce débat sur le droit ignore le droit, et le billet de Maître Eolas sur son blog me le confirme. Je me dis aussi, qu'il faut vite lancer un appel aux femmes pour qu'elles arrêtent de se marier avec des cons (athés, musulmans, cathos, protestants ou juifs), mais là, j'ai peur qu'elles n'aient pas tant de candidats remplacement que ça.

stephane@lavignotte.org
Ancien journaliste, militant écologiste, éthicien, pasteur de la Mission populaire à Montreuil (93), habite à L'Ile-Saint-Denis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis le début du débat sur « l'annulation du mariage de Lille pour cause de non virginité », je m'interroge. Pas tant sur le centre du débat qui a été médiatiquement décidé, et qui me semble comme souvent "à côté", ou en tout cas pretexte pour parler d'autre chose. Je constate que ce débat sur le droit ignore le droit, et le billet de Maître Eolas sur son blog me le confirme. Je me dis aussi, qu'il faut vite lancer un appel aux femmes pour qu'elles arrêtent de se marier avec des cons (athés, musulmans, cathos, protestants ou juifs), mais là, j'ai peur qu'elles n'aient pas tant de candidats remplacement que ça. Je remercie aussi Caroline Fourest (notez-le, ça n'arrivera pas souvent) pour donner des conseils utiles en direct à la télé (sur France 5 aujourd'hui) : bien moins cher que se faire recoudre l'hymen (si ça existe...), un foie de poulet dans le vagin le soir de la nuit de noce, ça saigne bien assez...

Non, ce sur quoi je m'interroge depuis le début, c'est le second alinéa du fameux article 180 qui a servi de base à l'annulation, : « S'il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l'autre époux peut demander la nullité du mariage. »

ça veut dire quoi « essentielle » ? Dans le texte, cela apparaît en parallèle à « erreur dans la personne ». Il y aurait des qualités qui feraient que la personne n'est pas ce qu'elle est.

Maître Eolas sur son blog parle de « qui elle est vraiment ».

Beau débat philosophique : quelle est l'essence de ce que je suis ? Qu'est-ce que je suis vraiment ? Puis-je le savoir ? Qu'est-ce qui dit ce que je suis : mon corps (la présence d'un hymen ?), mon histoire, ma vie sexuelle, mon passé ?

La justice est-elle la mieux placée pour déterminer entre tout ces critères ? En tout cas, elle le fait. Maître Eolas, toujours sur son blog, donne quelques exemples de nullité pour « erreur sur les qualités essentielles de la personne » : « l'existence d'une relation extraconjugale que l'époux n'avait nullement l'intention de rompre ; la qualité de divorcé (qui fait obstacle à la tenue d'un mariage religieux chrétien) ; la qualité d'ancien condamné ; la qualité de prostituée ; la nationalité ; l'aptitude à avoir des relations sexuelles normales (le jugement ne définit pas la relation sexuelle normale, pour la plus grande tristesse des étudiants en droit) ; la stérilité ; la maladie mentale ou le placement sous curatelle. »

Vous trouviez au mieux baroque au pire atrocement sexiste de considérer la virginité comme une qualité essentielle ? Mais que penser des autres cas ? « La qualité de divorcé (qui fait obstacle à la tenue d'un mariage religieux chrétien) » : ah ! que n'a-ton hurlé au non respect de la laïcité ? Parce que c'est un mariage catholique ? (soulignons qu'il s'agit forcément d'un mariage catholique et pas d'un mariage chrétien, car 1) les protestants laissent l'acte de mariage à l'Etat et se contentent de bénir les unions 2) les protestants ne s'opposent pas au divorce). « La nationalité » : les françaises aux français ? « L'aptitude à avoir des relations sexuelles normales » : mon essence tiendrait aux types de relations sexuelles que j'aurais ? « La qualité de prostituée » ou de maintenir une pression extra-conjugale : le nombre de partenaires ?

Arrêtons là : l'hétérogeneïté à la Borgés des critères donne peu de pistes pour aller très loin sur notre question de savoir quelle est l'essence de ce que je suis, de ces fameuses « qualités essentielles » qui diraient « qui je suis vraiment ». Comment sortir de l'aporie ?

Peut-être, nous trompons-nous en restant focalisés sur la « personne » pour laquelle il y aurait « erreur sur les qualités essentielles », même si c'est bien ce qui est écrit dans la loi. Peut-être, le débat public fait fausse route quand il cherche des qualité essentielles cohérentes avec le respect des personnes, l'égalité homme-femme, les droits de l'homme etc. Car comme le dit le décidément fort instructif Maître Eolas, « seules exigences de la jurisprudence : l'erreur doit être objective et déterminante, c'est-à-dire reposer sur un fait et être telle que, sans cette erreur, l'époux ne se serait pas marié. » Ou comme le disait plus simplement Fréderic Taddeï ce soir lors d'un débat qu'il consacrait au sujet : la qualité essentielle, c'est « une qualité essentielle pour lui » (ça aurait pu être pour elle dans un des cas évoqué ci-dessus). Ce qui définie ce que je suis vraiment – en tout cas dans un contrat que je passe avec un autre – c'est ce que l'autre considère chez moi comme essentiel, et qui a entraîné son consentement à se marier avec moi.

Dans sa brutalité procédurale, le droit rend ainsi visible la charge dramatique de la question de la reconnaissance. Dramatique pour la personne, parce l'absence de reconnaissance peut rendre spectracle la vie intérieure comme la vie sociale, par la disparition hors de tout lien social, le mariage étant un lien hautement symbolique. Cela devrait nous interroger sur le refus du droit au mariage pour les personnes LGBT ou sa restriction croissante quand un des conjoint est sans-papier.

Dramatique, car je suis obligé de constater, que malgré 2000 ans de philosophie, je suis toujours dépendant, radicalement dépendant de cette question, que posait Jésus à ses disciples : « qui dites-vous que je suis ? ». Dramatique aussi, parce que - comme dans le cas des disciples - l'autre ne peut jamais vraiment répondre à cette question.

Cette double incertitude n'est-il pas qui ce qui me rend à la fois libre et fragile ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra