stephane@lavignotte.org
Ancien journaliste, militant écologiste, éthicien, pasteur de la Mission populaire à Montreuil (93), habite à L'Ile-Saint-Denis
Abonné·e de Mediapart

124 Billets

6 Éditions

Billet de blog 4 juin 2008

Le mariage en panne d'essence ?

Depuis le début du débat sur « l'annulation du mariage de Lille pour cause de non virginité », je m'interroge. Pas tant sur le centre du débat qui a été médiatiquement décidé, et qui me semble comme souvent "à côté", ou en tout cas pretexte pour parler d'autre chose. Je constate que ce débat sur le droit ignore le droit, et le billet de Maître Eolas sur son blog me le confirme. Je me dis aussi, qu'il faut vite lancer un appel aux femmes pour qu'elles arrêtent de se marier avec des cons (athés, musulmans, cathos, protestants ou juifs), mais là, j'ai peur qu'elles n'aient pas tant de candidats remplacement que ça.

stephane@lavignotte.org
Ancien journaliste, militant écologiste, éthicien, pasteur de la Mission populaire à Montreuil (93), habite à L'Ile-Saint-Denis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis le début du débat sur « l'annulation du mariage de Lille pour cause de non virginité », je m'interroge. Pas tant sur le centre du débat qui a été médiatiquement décidé, et qui me semble comme souvent "à côté", ou en tout cas pretexte pour parler d'autre chose. Je constate que ce débat sur le droit ignore le droit, et le billet de Maître Eolas sur son blog me le confirme. Je me dis aussi, qu'il faut vite lancer un appel aux femmes pour qu'elles arrêtent de se marier avec des cons (athés, musulmans, cathos, protestants ou juifs), mais là, j'ai peur qu'elles n'aient pas tant de candidats remplacement que ça. Je remercie aussi Caroline Fourest (notez-le, ça n'arrivera pas souvent) pour donner des conseils utiles en direct à la télé (sur France 5 aujourd'hui) : bien moins cher que se faire recoudre l'hymen (si ça existe...), un foie de poulet dans le vagin le soir de la nuit de noce, ça saigne bien assez...

Non, ce sur quoi je m'interroge depuis le début, c'est le second alinéa du fameux article 180 qui a servi de base à l'annulation, : « S'il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l'autre époux peut demander la nullité du mariage. »

ça veut dire quoi « essentielle » ? Dans le texte, cela apparaît en parallèle à « erreur dans la personne ». Il y aurait des qualités qui feraient que la personne n'est pas ce qu'elle est.

Maître Eolas sur son blog parle de « qui elle est vraiment ».

Beau débat philosophique : quelle est l'essence de ce que je suis ? Qu'est-ce que je suis vraiment ? Puis-je le savoir ? Qu'est-ce qui dit ce que je suis : mon corps (la présence d'un hymen ?), mon histoire, ma vie sexuelle, mon passé ?

La justice est-elle la mieux placée pour déterminer entre tout ces critères ? En tout cas, elle le fait. Maître Eolas, toujours sur son blog, donne quelques exemples de nullité pour « erreur sur les qualités essentielles de la personne » : « l'existence d'une relation extraconjugale que l'époux n'avait nullement l'intention de rompre ; la qualité de divorcé (qui fait obstacle à la tenue d'un mariage religieux chrétien) ; la qualité d'ancien condamné ; la qualité de prostituée ; la nationalité ; l'aptitude à avoir des relations sexuelles normales (le jugement ne définit pas la relation sexuelle normale, pour la plus grande tristesse des étudiants en droit) ; la stérilité ; la maladie mentale ou le placement sous curatelle. »

Vous trouviez au mieux baroque au pire atrocement sexiste de considérer la virginité comme une qualité essentielle ? Mais que penser des autres cas ? « La qualité de divorcé (qui fait obstacle à la tenue d'un mariage religieux chrétien) » : ah ! que n'a-ton hurlé au non respect de la laïcité ? Parce que c'est un mariage catholique ? (soulignons qu'il s'agit forcément d'un mariage catholique et pas d'un mariage chrétien, car 1) les protestants laissent l'acte de mariage à l'Etat et se contentent de bénir les unions 2) les protestants ne s'opposent pas au divorce). « La nationalité » : les françaises aux français ? « L'aptitude à avoir des relations sexuelles normales » : mon essence tiendrait aux types de relations sexuelles que j'aurais ? « La qualité de prostituée » ou de maintenir une pression extra-conjugale : le nombre de partenaires ?

Arrêtons là : l'hétérogeneïté à la Borgés des critères donne peu de pistes pour aller très loin sur notre question de savoir quelle est l'essence de ce que je suis, de ces fameuses « qualités essentielles » qui diraient « qui je suis vraiment ». Comment sortir de l'aporie ?

Peut-être, nous trompons-nous en restant focalisés sur la « personne » pour laquelle il y aurait « erreur sur les qualités essentielles », même si c'est bien ce qui est écrit dans la loi. Peut-être, le débat public fait fausse route quand il cherche des qualité essentielles cohérentes avec le respect des personnes, l'égalité homme-femme, les droits de l'homme etc. Car comme le dit le décidément fort instructif Maître Eolas, « seules exigences de la jurisprudence : l'erreur doit être objective et déterminante, c'est-à-dire reposer sur un fait et être telle que, sans cette erreur, l'époux ne se serait pas marié. » Ou comme le disait plus simplement Fréderic Taddeï ce soir lors d'un débat qu'il consacrait au sujet : la qualité essentielle, c'est « une qualité essentielle pour lui » (ça aurait pu être pour elle dans un des cas évoqué ci-dessus). Ce qui définie ce que je suis vraiment – en tout cas dans un contrat que je passe avec un autre – c'est ce que l'autre considère chez moi comme essentiel, et qui a entraîné son consentement à se marier avec moi.

Dans sa brutalité procédurale, le droit rend ainsi visible la charge dramatique de la question de la reconnaissance. Dramatique pour la personne, parce l'absence de reconnaissance peut rendre spectracle la vie intérieure comme la vie sociale, par la disparition hors de tout lien social, le mariage étant un lien hautement symbolique. Cela devrait nous interroger sur le refus du droit au mariage pour les personnes LGBT ou sa restriction croissante quand un des conjoint est sans-papier.

Dramatique, car je suis obligé de constater, que malgré 2000 ans de philosophie, je suis toujours dépendant, radicalement dépendant de cette question, que posait Jésus à ses disciples : « qui dites-vous que je suis ? ». Dramatique aussi, parce que - comme dans le cas des disciples - l'autre ne peut jamais vraiment répondre à cette question.

Cette double incertitude n'est-il pas qui ce qui me rend à la fois libre et fragile ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart