stephane@lavignotte.org
Ancien journaliste, militant écologiste, éthicien, pasteur de la Mission populaire à Montreuil (93), habite à L'Ile-Saint-Denis
Abonné·e de Mediapart

126 Billets

6 Éditions

Billet de blog 19 nov. 2008

Soutenir les épiciers de Tarnac

stephane@lavignotte.org
Ancien journaliste, militant écologiste, éthicien, pasteur de la Mission populaire à Montreuil (93), habite à L'Ile-Saint-Denis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Chronique de ce mercredi 19 novembre sur Fréquence Protestante)

Il y a des silences assourdissants. Une vingtaine de jeunes ont été arrêtés il y a une semaine, accusés de terrorisme, soupçonnés d'avoir saboté des lignes de la SNCF.

Depuis, on n'entend que très peu de voix pour les soutenir. Les parents des inculpés, les gens du village où ils avaient ouvert une épicerie, faisaient des animations culturelles.

On entend les soutiens de ceux qui les aiment.

Qu'est-ce qui nous empécherait de les soutenir ?

Ce pourrait être le désaccord sur les méthodes.

Je suis partisan de la non-violence et de la desobeïssance civile,

à la lecture des évangiles, à la suite de Martin Luther King et de Gandhi.

Le sabotage, la destruction de matériel est-elle une violence ?

Quand José Bové démonte un Mac Do, quand les anti-OGM coupent des champs de plantes transgéniques, quand les anti-pub barbouillent des panneaux publicitaires,

ce sont des destructions matérielles.

Mais elles sont faites à visage découvert, et même médiatisées, car elles veulent mettre publiquement en procés les lois ou les pouvoirs injustes.

Elles en appellent à la conscience, elles tentent de débloquer, de faire progresser le débat démocratique.

Les sabotages de la SNCF sont eux faits de manière clandestine.

Le raisonnement est diamétralement opposé : des micro-actions qui fissurent l'ordre commercial et technique, pour faire exister des zones autonomes, autonomes des logiques commerciales et techniques. Une micro-action, une zone autonome, ça peut être une épicerie alternative ou un rail qui ne voit plus passer de train. Une fissure dans le réseau. Ceux qui les mettent en oeuvre n'ont plus confiance dans la démocratie et dans la conscience, dominés selon eux, et ils n'ont pas complétement tort, par les médias et les soporifiques de la consommation.

Qu'est-ce qui nous empécherait de les soutenir ?

Le fait qu'on nous présente des preuves,

des indices qui nous convainquent,

qu'ils soient pris la main dans le sac.

Nous voilà donc invité à réfléchir si nous sommes d'accord avec leurs méthodes.

Nous voilà invités à étudier les indices.

Mais penser notre soutien en fonction de savoir si on est d'accord ou non avec ces méthodes, c'est faire comme si on avait déjà tranché leur culpabilité. Comme si c'était effectivement eux les auteurs des sabotages.

Etudier les preuves, celles qu'on veut bien communiquer à la presse, c'est nous faire juge d'un dossier dont nous n'avons pas toutes les pièces, et de plus, nous ne sommes pas juges.

Tout cela oublie une chose : la présomption d'innocence.

Monnayer son soutien en fonction de ces critères, c'est faire comme s'il n'y allait pas y avoir maintenant un juge, une enquête, un procés contradictoire avec une accusation et une défense.

Faire comme si dans le passé, des Irlandais de Vincennes à l'affaire du RER B,

les procés déjà joués, apparaissaient d'un coup, parfois très vite, comme des affabulations ou des montages grossiers.

Qu'est-ce qui ni nous empêche de les soutenir...

Mais qu'est-ce qui nous pousserait à les soutenir, qu'est-ce qui me pousse à chercher deséspérement du côté des défenseurs habituels des droits de l'homme un comité de soutien ?

La défense de leur présomption d'innocence.

Et avec cela, le refus du lynchage médiatique, de la construction, une fois de plus, de figures de monstres, d'ennemis publics par les pouvoirs politiques et des médias audio-visuels qui mettent une semaine à devenir critique.

Refuser l'enfermement de personnes dans des figures de monstres, de parias, d'ennemis publics menaçant l'ordre de la répartition des places, du pur et de l'impur, refuser cela, c'est un des points fort de l'évangile de Jésus-Christ.

Lui qui fut condamné avant son procès parce qu'il menaçait l'ordre en place,

lui qui faisait craindre la destruction du temple et de tout l'ordre social qui va avec.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart