Louis Aliot sera-t-il suspendu comme l'élu musulman du FN ? Les aventures de la catho-facho-laïcité

Le vice-président du FN était présent à une fête du FN en Normandie ouverte par une messe intégriste comme l'a montré Canal Plus en octobre.

Le vice-président du FN était présent à une fête du FN en Normandie ouverte par une messe intégriste comme l'a montré Canal Plus en octobre.

Un conseiller municipal Front national de Noisy-Le-Grand a été suspendu et passera devant la commission des conflits de son parti. Converti à l'islam récemment, il aurait envoyé une vidéo à une dizaine de personnes de son parti pour expliquer cette conversion. Officiellement, il n'est pas suspendu pour cette conversion mais au nom de la laïcité. Il est accusé de « prosélytisme », Florian Philippot, vice-président du FN a déclaré : «Sa religion n’est pas l’affaire du parti car nous défendons la laïcité. Mais là, on a quitté le domaine de la conviction personnelle et de la foi. Un parti politique n’est pas le lieu pour cela».

Le Front National va-t-il en faire de même pour Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen et vice-président du parti et Philippe Chapron, président du FN du Calvados ? Dans un reportage du Supplément sur Canal Plus le 10 octobre, on les voit (1) lors de la fête départementale du parti et Philippe Chapron remercie des prêtres intégristes de la Fraternité Saint Pie X d'avoir... célébré une messe en ouverture de la journée du parti. Philippe Chapron, par ailleurs ancien du GUD et d'Ordre Nouveau et ancien mentor du Louis Aliot au FNJ précise, au micro devant les militants rassemblés qui applaudissent : « Une messe traditionnelle et j'apprécie énormément ». Et là, est-ce qu' « un parti politique n’est pas le lieu pour cela » ? Interrogé sur cette présence par le journaliste de Canal Plus, Louis Aliot répond : « Il faut de tout pour faire un monde, ces gens ne sont pas moins français que les autres, heureusement. D'ailleurs, aujourd'hui l'intégrisme musulman tue, assassine, fait tout ce que vous voulez, pour l'instant les intégristes catholiques n'ont tué personne ».

On attend de voir si Florian Philippot exercera la même sanction au prince consort.

Mais au-delà, si finalement cette sanction contre un élu musulman peut passer sans faire trop de bruit et cette messe catho intégriste passer complètement inaperçue bien que révélée dans un reportage un dimanche midi sur une chaîne nationale, c'est que ce « deux poids deux mesures » du FN se glisse sans difficulté dans une manière extrêmement courante de comprendre et d'appliquer la laïcité : la catho-laïcité, que j'évoque dans « Les religions sont-elles réactionnaires ? » (Textuel). Avec ce terme, certains sociologues des religions comme Jean-Paul Willaime ou Jean Baubérot – sans doute plus sensibles à ces dimensions car protestants – veulent évoquer une étrange manière d'appliquer la laïcité, en rupture avec la vision d'égalité entre les religions de la loi de 1905.

La « catho-laïcité » est une laïcité qui s'accorde plutôt bien avec une forte prégnance des habitudes catholiques dans la société, qui regarde tous les phénomènes religieux avec cette grille et qui pousse les autres religions à rentrer dans ce moule ou à rester invisibles... Uniquement des jours fériés chrétiens dans le calendrier, un président de la République qui peut être chanoine de Latran, une messe à Notre-Dame pour les hommages nationaux, une obligation pour les musulmans de s'organiser en un organisme représentatif unique sur le modèle catholique, etc.

Ainsi, dans cette laïcité, un élu musulman qui envoie une vidéo pour expliquer sa conversion commet un acte de prosélytisme car la religion doit rester de l'ordre du privé et n'a pas sa place dans le parti, mais un autre peut faire célébrer une messe par des catholiques intégristes dans le cadre d'une manifestation du parti, car c'est l'identité de la France ou cela « donne du sens » comme l'a justifié le maire crypto-FN de Béziers Robert Ménard pour instaurer la célébration d'une messe pour l'ouverture de la Féria de sa ville (2). Cela pourrait s'illustrer par ce propos de Marine Le Pen dans un autre reportage passé sur France 3 : « Même si nous sommes un pays laïc, notre pays est un pays de racines chrétiennes, n'en déplaise à certains. Hé oui, c'est notre culture. Car même ceux qui n'y croient pas, qui ne croient pas au ciel, en France, et bien, y sont attachés à ces racines parce que ça fait partie de leur identité. » (3)

Le FN, ce n'est pas une surprise, a pour vision de la laïcité une « catho-facho-laïcité ». Qu'est-elle par rapport à la « catho-laïcité » plus générale de la société ? On peut penser que ce n'est qu'une manière de cacher une position simplement anti-laïque et anti-musulmane, un cache. Ou au contraire, et cela devrait alors nous interroger davantage, qu'elle est en continuité avec la catho-laïcité plus générale, qu'elle en est la version extrême. Mais dans les deux cas, cela nous dit quelque chose sur la montée des thèmes du Front National dans la société : cette catho-laïcité est un des lieux de passage des idées du Front national dans la société, car sous couvert de laïcité, se promeut là un clivage racial chrétiens-blancs v/s musulmans-non-blancs.

A chaque fois qu'un acteur social ou politique se laisse aller à cette catho-laïcité plutôt qu'à la rigueur égalitaire de la laïcité de 1905 vis-à-vis des religions, il fait le lit du Front national qui fait passer la défense de « l'identité chrétienne de la France » en passager clandestin de la laïcité. Lutter pour la laïcité de 1905, celle qui met à égalité toutes les religions, c'est faire reculer son détournement « catho-laïque » où qu'il se produise et aussi, le Front National et ses idées.

 

(1) http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-supplement/pid6586-l-emission.html?vid=1143020 à 10'35

(2) http://www.lexpress.fr/actualite/politique/feria-de-beziers-menard-impose-une-messe-le-front-de-gauche-s-insurge_1566032.html

(3) https://www.youtube.com/watch?v=tNCBJKfcsig à 44'10 du reportage

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.