Séguéla : Rollex ou carotte bio ? Moucheron !

Séguéla Sarkozy Rolex bling bling © Colorado
Séguéla Sarkozy Rolex bling bling © Colorado

C'était sur France 2 l'autre matin. Le journaliste interroge Jacques Séguéla, publicitaire, ancien soutien de Mitterrand, aujourd'hui de Nicolas Sarkozy :

« Au début de son mandat, Nicolas Sarkozy a été accusé de Bling-bling, ce côté ostentatoire. Son goût pour les montres de luxe, c'est l'époque qui a changé, ou une erreur de com ? ».

Et Séguéla a cette réponse hallucinante :

« Comment peut-on reprocher à un président d'avoir une rollex ? Si a cinquante ans on n'a pas une Rollex, on a raté sa vie.»

Hier, dans un journal gratuit du soir, on retrouve notre inénnarable Séguéla qui livre une chronique : Titre « Vive l'alterconsommation ».

Il tresse des lauriers à Nicolas Hulot, à José Bové, au consommer moins et consommer mieux. Et il écrit : « Manger des fraises en hiver : aberrant. Rouler en 4*4 en ville : provoquant. Faire des courses à 30 minutes de chez soi dans un hyper : exaspérant ». Il a oublié de rajouter aller en vacances sur le Yacht d'un milliardaire, partir en jet en Egypte et aux Etats-Unis à chaque occasion. Et Séguéla se fait prophète : « Retour à la famille, au terroir, aux racines, au goût des choses simples, aux vertus de l'échange et du partage. Cette année année noire signe l'échec de l'individualisme. Adieu la frime, bienvenue dans le monde de l'altruisme et de l'alterconsommation ». Adieu à la Rollex ?

 

Qu'est-ce qui explique cette conversion de Séguéla, de l'amour de la Rollex à celle de la carotte bio, de Sako à Hulot ? En sortant du studio de France 2, il a été renversé par un vélo ? touché par la naissance d'un bourgeon sur un arbre ? Une lumière derrière un pilier du pont de l'Alma ?

Trois hypothèses :

Un : et c'est assez probable : il n'a pas écrit sa chronique. Son nègre soit l'a écrit avant les déclarations rollexiennes du publicitaire, soit il n' a pas entendu ces déclarations. Ou alors son nègre a entendu les déclaration de Séguéla sur France 2 et a beaucoup d'humour.

Deux : et c'est de toute façon vrai, Séguéla est complètement déconnecté de la réalité. Ce n'est pas tant l'histoire de la Rollex : ça se trouve à 70 euros sur internet une rollex même si j'imagine que ce n'est pas ce modèle là qu'apprécie notre président.

Mais croire que les gens indexent leur vie sur le fait d'avoir une rollex ou pas, donner les séjours au ski comme exemple – ce qu'il fait dans son billet – de loisir écolo qui concerne la plupart des français, croire, comme il l'écrit, que les bobos parisiens font « un retour à la terre », c'est juste être à côté de la plaque sur la réalité sociale. Ceux qui demandent des conseils en communication à Séguéla pour se faire comprendre des français devraient y réfléchir à deux fois.

Troisième hypothèse : Séguéla n'a pas changé. Il n'y a pas le Séguéla qui vante la réussite par la Rollex, par la consommation, et celui qui défend le bonheur par l'alterconsommation. Il y a toujours Séguéla qui vante la réussite par la consommation. Toujours un publicitaire qui voit le monde par mode et slogan. La mode du bling bling, celle du bio ou du authentique, ce sont toujours des modes qui font vendre et consommer. Sous l'étiquette d'alterconsommation, il nous vend donc des séjours au ski, des résidences secondaires à la campagne, des voitures aux agros-carburants produit par la plus polluante des agricultures.

Il le fait dans un journal gratuit, financé par la pub, qui consacre des articles dithyrambiques à des aspirateurs qui font tout seul le ménage, des tondeuses à gazons qui coupent toutes seules les pelouses des golf, et bien sûr des GPS pour bien se promener sur les routes et même télépayer aux péages des autoroutes.

Ah, Séguéla, Mitterrandiste sous Mitterrand, Sarkozyste sous Sarkozy, vendeur de Rollex avec les acheteurs de Rollex et écolo en chef sur un plateau de télé consacré au climat.

Comment disait Jésus ? « Scribes et pharisiens hypocrites, vous avalez le chameaux et vous filtrez le moucheron ».

Bon week-end !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.