Merde Simone, pourquoi cette fois t'es en avance !

Simone Iff, une des créatrices du Mouvement français du Planning Familial (qui lui rend hommage sur son site), une des initiatrices du Manifeste des 343 salopes avec Christine Delphy (voir cet article de Libé) vient de mourir. Cette énergie espiègle jusqu'à sa mort était une des figures de ces protestantes qui s'étaient engagées pour le droit à la contraception et l'avortement dans les années 60

Simone Iff, une des créatrices du Mouvement français du Planning Familial (qui lui rend hommage sur son site), une des initiatrices du Manifeste des 343 salopes avec Christine Delphy (voir cet article de Libé) vient de mourir. Cette énergie espiègle jusqu'à sa mort était une des figures de ces protestantes qui s'étaient engagées pour le droit à la contraception et l'avortement dans les années 60, avec Francine Dumas et le mouvement Jeunes Femmes. Jusqu'à récemment, je ne l'avais rencontré que dans les archives de l'éthicien protestant André Dumas, sur lequel je fais ma thèse. Jusqu'à ce 14 novembre dernier où notre amie Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du MFPF, nous a invité à sa remise de légion d'honneur. Marie-Pierre fait tarder le début de la célébration. Simone n'est pas encore arrivée. Elle est en retard. Puis après la célébration, Marie-Pierre dit, "elle est arrivée". Je vais me présenter à elle, pasteur, je travaille sur André Dumas. La conversation s'engage et nous projette dans la semaine du 20 au 27 janvier 1965.

Le Parti communiste organise une "Semaine de la pensée marxiste" à la Mutualité à Paris sur « les femmes dans la nation ».  La première édition de la "Semaine de la pensée marxiste" a lieu au même endroit du 7 au 14 décembre 1961, directement inspirée des "Semaines des intellectuelles catholiques", devenues depuis "Les semaines sociales".  Crée par Roger Garaudy et Gilbert Mury, responsables du Centre d'étude et de recherche marxistes avec le soutien de Waldeck Rochet, elles sont une des étapes d'une tentative de déstalinisation du Parti communiste français qui passe dans l'histoire du PCF par le Comité central d'Argenteuil de mars 1966 qui – officiellement - va voir la rupture avec un art et un travail intellectuel « au service du parti ». Il s'agit d'opérer un renouvellement qui permette aux communistes de rompre leur isolément, d'intégrer les transformations de la société française des « Trentes glorieuses » et de se préparer à prendre des responsabilités gouvernementales. Dans ce dialogue, les chrétiens sont parmi les premiers interlocuteurs.

Lors de ces premières semaines, aux côtés de Jean-Paul Sartre ou Jean Fourastié, le pasteur et éthicien André Dumas prend la parole dans une table ronde sur « le marxisme et l'homme ». Du 19 au 26 février 1964, aura lieu une nouvelle édition de la « semaine de la pensée marxiste », à Lyon, à la mairie du 6e arrondissement sur le thème du matérialisme. André Dumas et des théologiens catholiques y interviennent dans des tables rondes sur « matérialisme et transcendance »  ou "praxis et morale". Un deuxième round, toujours à l'initiative du PCF, a lieu à Paris dans la salle de la Mutualité le 14 avril 1964 « en signe de commémoration du 400e anniversaire de la mort de Calvin »1. Sur le thème « Sens humain ou sens chrétien de la Réforme ? », il voit intervenir sous la présidence de Roger Garaudy, « le Pasteur André Dumas », « le Pasteur Jean Bosc », Antoine Casanova et Gilbert Mury...

Les dialogues vont continuer. Du 20 au 27 janvier 1965, va donc avoir lieu cette "Semaine de la pensée marxiste" à la Mutualité à Paris sur « les femmes dans la nation ». Francine Dumas - épouse d'André Dumas - y intervient comme "membre de l'équipé nationale du mouvement « Jeunes Femmes » (d'inspiration protestante)" dans la table ronde sur "la femme dans la vie sociale" et Simone Iff comme "hôtesse protestante du Planning familial". La suite, c'est Simone qui me le raconte. Peu de temps avant cet événement, André Dumas est venu la  voir. On a demandé à André Dumas d'intervenir dans la table ronde sur "la famille et l'amour", un de ses grands thèmes de réflexion. "Mais tu comprends Simone, ce ne peut pas être un homme qui intervient là-dessus". Dans la composition finale, on ne comptera que deux femmes sur les six intervenants... Elle résiste, pense qu'elle ne sera pas à la hauteur et finalement accepte.

Le jour arrive. "Le bruit avait couru que j'allais intervenir, que quelqu'un du Planning familial allait intervenir" raconte-t-elle avec un air malicieux. "Alors les jeunes communistes avaient rempli la salle, jusque dehors où des hauts-parleurs avaient été installés..." J'ai un peu du mal à comprendre. Pourquoi cet engouement des jeunes communistes ? "C'est qu'il y avait aussi, Jeannette Vermeesch !". "Mme Jeannette Thorez-vermeersch, membre du Bureau  politique du Parti communiste français", comme le dit le programme, intervient en conclusion dans une table ronde sur les "perspectives". Jeannette Vermeech qui déclarait le 4 mai 1956 lors d'une conférence devant le groupe parlementaire communiste à propos de la contraception : "Le birth control est dirigé non seulement pour couvrir les crimes du capitalisme, non seulement dirigé contre les travailleurs et pour la justification du colonialisme. Il est un grave danger pour la nation".

Alors les jeunes communistes - dont la direction italienne sera décapitée un an plus tard par le direction du PCF... - ne veulent pas louper cette occasion. "Tout le long de mon intervention, ils m'ont applaudi à tout rompre !" en rie encore Simone, elle l' "hôtesse protestante du Planning Familial"... 1965 sera l'année qui verra le Parti Communiste enfin revenir sur sa position de 1956 et soutenir la "régulation des naissances" qui sera portée par le gaulliste Lucien Newirth et votée l'année suivante (les décrets mettant 8 ans à être publiés !).

Ce 14 novembre, c'était la première fois que nous nous rencontrions mais elle me parlait comme si nous nous connaissions depuis 1965... J'ai pris le numéro de Simone. Je devais la rappeler pour qu'elle me raconte tant d'autres choses sur André Dumas, sur elle, sur Jeunes Femmes, sur le Planning... Elle aurait sans doute, comme ce soir de remise de légion d'honneur, pesté et moqué ces courants féministes qui - "d'un moralisme !" s'exclamait-elle - s'enfermaient dans un abolitionnisme à la limite du prohibitionnisme refusant d'écouter les mouvements de prostituées. Je n'ai pas eu le temps de la rappeler. Ce 14 novembre, elle croyait que la cérémonie pour Marie-Pierre avait lieu à 17h30 et non à 16h30. Elle était arrivée en retard, comme visiblement cela lui arrivait souvent depuis quelques temps... Mais pourquoi cette fois-ci es-tu partie si tôt, et pour la dernière fois ? Merde Simone, pourquoi cette fois t'es en avance !

1 L'homme chrétien et l'homme marxiste, La palatine, Paris-Genève, 1964, p. 167

La citation de Jeannette Vermeesch est extraite de Mossuz Janine. "La régulation des naissances : les aspects politiques du débat." In: Revue française de science politique, 16e année, n°5, 1966. pp. 913-939. doi : 10.3406/rfsp.1966.392962 A lire une autre particulièrement salée du mari, Maurice Thorez url :/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1966_num_16_5_392962

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.