Stéphanie Fromentin
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 avr. 2013

Moustache Gracias!

Stéphanie Fromentin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

moustache poétique © 

"La théorie des moustachus"

En ces temps de morositude aigue  (et pas seulement climatique...) il semblerait que le signe distinctif, consistant à porter une capillarité abondante au-dessus de la lèvre supérieure, soit un gage de retour à l'optimisme et de renouveau comportementaliste.  Finie la "théorie des climats" chère à Montesquieu, selon laquelle notre attitude face à la vie dépend de notre ancrage géographique, et bienvenue la "théorie des moustachus" selon laquelle déposer une pilosité sur cette partie bombée qu'on appelle "le doigt de l'ange" aurait un effet bénéfique sur notre moral ET sur notre morale.

Vous allez me dire "c'est plutôt capillo-tracté comme raisonnement" .... Je vous répondrais "peut-être ... mais ... pourquoi pas?!"; Puisqu'il faut ré-enchanter notre quotidien, pourquoi ne pas suivre cette théorie prônée et revendiquée par 3 mâles caractéristiques de l'espèce: Astien Bosche, Mathurin Meslay et Julien Pauriol alias " le grandiloquent moustache poésie club"

Le grandiloquent moustache poésie club © Julie Chaize

Le grandiloquent moustache poésie club

La rencontre de 3 types... et d'une moustache poétique 

"Le grandiloquent moustache poésie club" c'est le mélange improbable entre la langue urbaine et fleurie d'Audiard, la subversion poétique de Baudelaire et l'univers absurde des Monty Python. Avec un seul credo" [Donner] des fils difformes à la langue de Molière". Un savant alliage poétique orchestré par une femme: Julie Chaize. On serait tenté de dire que, sans cette touche de féminin, ces 3 là n'iraient pas très loin ... mais ça serait mal connaître l'énergie créative de ces 3 moustachus. C'est sur la scène slam qu'ils se sont rencontrés, là qu'ils ont fait leurs premiers pas et qu'ils ont gagné leurs premiers prix. Mais c'est loin de cette poésie urbaine qu'ils se sont épanouis et qu'ils ont développé leur "moustacheuse poétique". Musiciens du verbal, ils s'emparent des mots comme d'autres de leurs guitares et nous donnent à voir comme à entendre une nouvelle forme de création. 

Astien Bosche est "Astien", le romantique désillusionné :            Le juste milieu entre Jacques prévert et Herbert Léonard

Astien Bosche © Julie Chaize

 "Je suis un insolent insufflant / Un vent de nouveauté en m'essouflant 

 Je suis aussi mauvais en orthographe / que le deuxième service de Steffi Graf 

 " Nouvel empereur des mots / César des césures / Kaiser des cassures / 

 Tsar star des stances / Qui met le feu dans l'assistance." 

 Mathurin Meslay est "Mathurin des côtes du Nord"            Le juste milieu entre Stendhal et Pierre Richard

Mathurin Meslay © Julie Chaize

 " Moi j'aimerais être le prince charmant, le mec qui s'tape Blanche-neige, Cendrillon et même la Belle au bois dormant / Le mec qui  galère dans la forêt avec son canasson / Chante une pov' chanson / Et rencontre la femme de sa vie par hasard derrière un buisson"

  " J'pourrais écrire des jolis textes mais bon, c'est pas mon but / Mon but, c'est l'argent, la coke et puis les putes / (...) J'veux une meuf       superficielle qui m'aime pour mes dents en or / Qu'elle se vante d'avoir pécho Mathurin des côtes du Nord "

Julien Pauriol est "Ed Wood"  :                                                      Le juste milieu entre le Marquis de Sade et Aldo Maccione

Julien Pauriol © Julie Chaize

"Violons la poésie, outrageons-la mes frères / Donnons des fils difformes à la langue de Molière /   C'est dans le vice de forme que survit   le corsaire / Annexons par le verbe le pays imaginaire. 

 "J'l'ai toujours dit : la poésie c'est la meilleure des potions / pour réveiller tes fantasmes, pour déchainer tes passions / Mes mots sont des  épices pour relever ton désir / Mes mains sont mes complices pour réveiller ton plaisir. Plus tu crieras mon nom plus j's'rais connu dans l'quartier / Sors-moi d'lanonymat j'suis une célébrité"

Le Grandiloquent moustache poésie club : décalage-attitude!

Sur scène pas de chichi, pas d'excès ni de fioriture ... et pourtant tout n'est pas que dans le Verbe. Avec une certaine finesse ils parviennent à fusionner la Forme et le Fond... ca pourrait être un slogan de marque de sport ... mais c'est mieux que ça: Le fond et la forme, c'est l'ADN de ce trio-là. A l'instar de Duchamp avec la Joconde, ils ont posé une moustache sur la poésie; sans hésitation, mais avec bienveillance... simplement pour signifier que, pour bien regarder le monde, il faut parfois savoir prendre le pas de côté. 

Et pourtant ce qu'ils racontent dans leur spectacle est d'une simplicité enfantine: ils retracent leur parcours dans le monde du spectale vivant. Ce qui fait la différence? C'est qu'ils le font avec dérision et sur le rythme organique d'une langue poétique. Ils ont fait de la moustache leur emblême, mais ce qui fait leur particularité dans ce monde plutôt neurasthénique et assez sombre de la poésie urbaine, c'est certainement l'art du détournement et de la flamboyance dérisoire.

Grandiloquent et Petiloquent: même combat!

Parce que le grandiloquent moustache poésie club, est conseillé à partir de 12 ans, il fallait bien  trouver une solution pour satisfaire l'esprit curieux de nos chères têtes blondes. Ils ont alors relevé un pari assez osé .... créer un spectacle sur le même ton, le même rythme, et les mêmes personnages que celui pour les grands, mais cette fois, pour les plus petits. Tout en n'oubliant pas, évidemment , que les adultes vont devoir se coltiner ce spectacle aussi ... 

Un vrai casse-tête pour le commun des mortels, mais pas pour ces trois hurluberlus de la scène théâtrale. Avec une dextérité créative ahurissante ils ont créée Le petiloquent moustache poésie club. Il s'agit là, non pas de retracer leur parcours du combattant dans le monde compliqué du spectacle vivant, mais plutôt de faire croire aux adultes que leurs enfants vont assister à un "spectacle pour enfants" de base, c'est-à-dire "à deux balles"! En fait, et pour le plus grand bonheur des-dits enfants, il s'agit d'une réunion secrète...  interdite aux adultes et réservée aux futurs moustachus et autres poètes en devenir. Pendant une heure le trio enchaîne les situations loufoques, les répliques absurdes avec, pour triple objectif: convertir les imberbes de tout poil à arborer la moustache, élire le nouveau président du club, et sauver la planète.

Le petiloquent moustache poesie club © Julie Chaize

Astien Bosche, Mathurin Meslay et Julien Pauriol ont réussi, avec un premier spectacle, à faire d'une pierre deux coups: créer un groupe à l'identité forte tout en insufflant un style nouveau dans le monde convoité mais plutôt aseptisé du stand up. A la confluence de la poésie, du show et du théâtre, le grandiloquent moustache poésie club est en train de tracer un sillon de modernité essentiel au renouvellement des genres. Souhaitons-leur de consolider très vite ce sillon et d'ouvrir la voie (et les yeux) à d'autres artistes en herbe. En tout cas, il semblerait que nous soyons d'ores et déjà en devoir de leur dire Merci! Merci pour avoir réussi à faire travailler ENFIN nos zygomatiques ... des muscles trop peu sollicités ces derniers temps, même lors de spectacles dits d'humour.... Alors messieurs, même si je suis, et resterai définitivement imberbe je vous dis Merci! ou plutôt  ... Moustache gracias!

Dates et lieux de Tournée : www.moustachepoesie.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre