Stéphanie Marthely-Allard
Ecrivain public, ancienne correspondante locale de presse mais aussi maman et citoyenne
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 sept. 2012

L'obsolescence programmée contre l'humanité

Stéphanie Marthely-Allard
Ecrivain public, ancienne correspondante locale de presse mais aussi maman et citoyenne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’obsolescence programmée où «désuétude planifiée» est l’ensemble des techniques permettant de réduire la durée d’utilisation ou de vie d’un produit afin d’en augmenter le taux de remplacement. Du coup, c’est un moyen d’obliger le consommateur a acheter un nouveau produit afin de remplacer celui qui est tombé en panne. Cette pratique est devenue aujourd’hui la norme et est acceptée par tous. L’obsolescence programmée peut ainsi être physique mais également psychologique. C’est en 1932, que le courtier en immobilier Bernard London a vue dans cette technique, un moyen de gonfler artificiellement le marché et le taux de remplacement des objets.

Dès les années 50, le design est devenu un moyen efficace de rendre désuet de nombreux objets en les démodant tout simplement. Ainsi pour être au « top », rien de mieux que d’acheter le dernier modèle de cafetière ou de télé sous la peine d’être un indécrottable « has been ». Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette pratique industrielle plus que malhonnête?

Une pratique usuelle mais secrète

Les départements de Recherche et Développement n’ont plus pour mission de trouver des solutions afin d’améliorer les produits mais de faire en sorte qu’ils deviennent tout simplement inutilisables plus rapidement. Il faut que le prix de la réparation soit plus ou moins équivalemment à celui de l’achat d’un bien neuf ou encore mieux carrément impossible à effectuer.

Bien entendu, la durée de vie réelle des objets doit rester secrète afin de ne pas énerver le consommateur qui doit suer sang et eau pour s’équiper correctement. Attention, la bonne réputation d’une entreprise est un bien précieux qu’il est indispensable de conserver malgré un comportement clairement malhonnête. Donc on différencie donc ce qui est clairement identifié comme jetable et le reste qui l’est mais moins rapidement. Au-delà de la garantie, point de réelle survie mes amis.

Il existe l’obsolescence directe quand le produit ne marche plus en tant que tel. Il existe également une obsolescence indirecte quand on ne peu plus trouver des produits connexes comme la batterie pour un téléphone portable ou des cartouches pour une imprimante. Le produit marche toujours mais ses équipements indispensables ne sont par contre hors de prix ou indisponibles. On peut également parler d’obsolescence par incompatibilité quand votre produit n’est plus compatible avec ce qui est vendu pour le grand public. L’informatique est très à la pointe de ce type d’obsolescence.

Pour illustrer l’obsolescence intégrée prenons l’exemple de l’ampoule électrique à incandescence dont la durée de vie a été décidée à 100heures par les industriels alors que les, premiers brevets tablaient sur une durée de vie allant jusqu’à 100 000 heures … Incroyable mais vrai.

Un appauvrissement programmé des ménages

Cette pratique plus que douteuse a de multiples effets néfastes pour l’ensemble de la société. En premier lieu, nous parlerons de ce qui est plus visible à savoir le fait qu’il faille renouveler régulièrement son matériel et du coup mettre à nouveau la main au porte-monnaie.

Les ménages s’appauvrissent à acheter des produits dont-ils n’auraient pas besoin s’ils étaient suffisamment robustes pour tenir assez longtemps. Cela faisant les choux gras des industriels mais également des banques et autres organismes de crédit, toujours assez prompts à octroyer des prêts pour acheter des objets jetables. Il est bien plus compliquer de s’endetter pour acheter un bien immobilier qui lui est un investissement bien plus pérenne qu’une télé qui va claquer quand on aura terminé de payer son crédit. Surtout si dans la foulée, il y a la voiture qui lâche, le frigo, l’ordinateur … Vous passerez ainsi votre vie à travailler comme un âne pour acheter des produits qui sont programmés pour vous ruiner plus que vous servir …

Un non-sens écologique

Créer un flux éternel de produits manufacturés est également un non-sens écologique. En effet, cela demande d’avoir toujours de nouvelles matières premières afin de fabriquer ces dits objets. L’équilibre environnemental est ainsi mis clairement en danger au nom du sacro-saint taux de rentablité de nos industriels. Une petite pensée pour les pays et les peuples qui sont maintenus en servitude par des assassins économiques pour que l’on puisse piller sans vergogne leurs matières premières. Surtout que le recyclage est largement insuffisant pour permettre un tel turn-over de produits manufacturés. C’est ainsi qu’en quelques années, nous sommes passés d’une abondance supposée de ressources naturelles au spectre d’une pénurie prochaine et inéluctable. 

Un crime contre l’humanité

Bien au-delà de toutes ces considérations, l’obsolescence programmée peut être vue comme un crime contre l’humanité. En effet, en augmentant artificiellement le taux de remplacement des objets manufacturés, on empêche par la même à l’ensemble de l’humanité d’avoir des objets qui simplifient et augmentent considérablement la qualité de vie sous prétexte que nous n’avons pas assez de matières premières pour subvenir aux besoins de tous.

Mais si je dois dans ma vie acheter une dizaine de frigos ou de machines à laver, c’est en fait 2 ou 3 familles que je lèse de la sorte. En effet, si je ne devais en acheter que 2 ou 3,

les industriels devraient alors trouver de nouveaux marchés et du coup, permettre à ceux qui n’ont rien d’avoir … Mais de là à offrir le confort à tous, c’est impossible pour certains. En effet, il leur est préférable d’entretenir la psychose de la misère afin de nous faire trimer comme des ânes. Les pauvres ne sont en fait que les épouvantails du système car la peur du dénuement nous fait tout accepter d‘une société de plus en plus déshumanisée.

La Commission Européenne est en charge du sujet mais les différents lobbys seront certainement très efficaces pour faire capoter toute décision d’importance et l’arrêt stricte de cette pratique mortifère pour l’humanité. Il existe un groupe Facebook  pour soutenir les consommateurs contre l’infamie que représente l’obsolescence programmée.

Cette attaque frontale mais savamment perfide contre l’humanité qui est la plus choquante de l’obsolescence programmée et qui est quasiment peu développée. C’est de nous faire croire que les ressources naturelles sont insuffisantes pour que l’humanité toute entière puisse avoir un niveau de confort acceptable alors que tout ceci est perfidement entretenu par les industriels.

Il ne faut pas se leurrer mes amis, l’obsolescence programmée l’est contre l’ensemble de l’humanité et de notre environnement.   

Stéphanie Marthely - Plume Citoyenne

PS: Pour découvrir ma page Facebook, c'est ici.

L'obsolescence programmée, un crime institutionnalisé environnemental et humain © 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Fin de la redevance télé, un débat trop longtemps escamoté
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu