Stéphanie Serre
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 févr. 2009

Flow my Tears

Stéphanie Serre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Flow My Tears,

à propos de Quatre nuits avec Anna et Two lovers

Placer ces deux films, Two Lovers (James Gray) et Quatre nuits avec Anna (Jerzy Skolimowski) sous les auspices des larmes afin de rendre hommage à la beauté de leurs derniers plans respectifs : celui de la larme qui coule le long de la joue de Leonard Kraditor (Joaquin Phoenix) lorsqu’il se résigne à un autre amour et celui du visage de Leon Okrasa (Artur Steranko) face au mur dressé devant la demeure d’Anna. Deux histoires d’amour portées par la force de la sublimation et de l’abandon absolu. Deux œuvres au noir où la dimension alchimique est révélée par l’anneau et le diamant. Un diamant jeté à la mer, retrouvé puis donné in "Two Lovers", un anneau perdu entre les lattes abîmées du plancher de la chambre d’Anna et qui ne sera pas accepté au final par la destinataire. Deux films qui transcendent chacun à leur manière le fascinant voyeurisme de Fenêtre sur cour. Deux films habités majestueusement par deux personnages (on souligne ici la même étymologie du prénom, soit deux lions à la rage amoureuse, deux rois exilés en leur royaume). Rejeté par la société pour l’un et pour l’autre, un désarroi mental porté par des troubles bipolaires qui le maintiennent isolé au cœur de la famille. Êtres profondément blessés. Leur part animale (on souligne ici la même corpulence lourde) d’une profonde sensualité pour l’un et d’un certain angélisme pour l’autre que la caméra des deux cinéastes s’attache à révéler. Pesanteur angélique pour Leon, capable de veiller sans être vu, muet et résistant : force vive mais fissurée. Même pesanteur chez Leonard mais qui vacille entre la grâce (corps dansant) et la fatigue, une expression de l’être déclinée par les mouvements du corps, la sensualité portée jusqu’à combustion lors d’un climax en hauteur : soit une scène sexuelle sur le toit dans une ardeur enfin symétrique.

Le romantisme sombre qui baigne les deux films trouverait ses origines dans une métaphysique existentielle propre à la définition, soit « la possibilité concrète pour l’âme de recouvrer dès ici-bas son propre être originel ». Si on remplace la foi par l’amour ou bien la foi dans un amour absolu. Le plongeon inaugural de Leonard est déjà une renaissance, un retour et un appel vers une autre histoire. Le choc de la violence (un viol vécu en miroir) pour Leon est aussi l’occasion d’un retour (vers ses propres blessure), vers une origine innommable.

La figure féminine est une épreuve alchimique. Un champ contre-champ à la fois jouissif et douloureux. L’amour innerve chacun des deux films comme une panacée, un élixir (una furtiva lagrima) à la fois promesse de vie et de mort.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot