Stéphanie Serre
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2009

Notre Silence

Stéphanie Serre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les « Morceaux de conversations avec Jean-Luc Godard » par Alain Fleischer peuvent être prolongés et questionnés sur le site des éditions Montparnasse qui permettent d’avoir accès à de nombreux extraits du film et surtout de voir tous les débats filmés à l’issue des projections http://www.editionsmontparnasse.fr/jlg/

Au-delà des débats et controverses qui entourent le film, la réussite du projet mené par Alain Fleischer tient en partie à la richesse des discussions que la parole, rare et donc précieuse, de Jean-Luc Godard suscite. Le film laisse avec générosité un espace dans lequel le spectateur a aussi sa place. Le titre ainsi ouvert par l’idée de morceaux postule bien le fragment, le trou à l’œuvre dans ces conversations. C’est justement dans les silences, dans les écarts en tant que retraits et mises en crise, dans un rapport à l’indicible que se noue une problématique de la communication (on se souvient de la série réalisée en 1977 pour la télévision par Jean-Luc Godard et Anne-Marie Miéville, « Six fois deux / Sur et sous la communication »). Cet en dessous de la conversation rend les morceaux éloquents quant à la fragilité et l’étrangeté qui les soutient, nous permet de nous approcher d’un territoire inouï, hors de toute emprise. Or, le remarque justement Alain Bergala, la communication avec Jean-Luc Godard ne peut se faire que sur et/ou sous… Lorsqu’ « il s’agit d’être, dans sa propre langue, un étranger ».

Pour Godard le cinéma est tenu au doute et non pas à la certitude qui est l’écueil sur lequel il se brise. La certitude s’apparente à la mort, seul événement dont nous soyons sûrs et auquel nous croyons alors que le doute est un mouvement aimanté par la vie, au réel qui surprendra toujours sans qu’il suffise d’opposer de façon vaine et obsolète le documentaire et la fiction. Quel est ce réel qui donne ainsi toute sa force à un plan de cinéma ? À ce propos il est des séquences remarquables dans les « Morceaux de conversations », ce sont celles où l’on voit le cinéaste dans son studio-atelier chez lui à Rolle, au travail, dans un dispositif qui évoque un peu celui de « Scénario du film Passion ».

Quelle image faut-il donc faire ? Quel plan parlerait juste ? Quand il s’agit pour Godard de confronter des idées vagues avec des images claires, cela se joue aussi par la mise en relation d’images issues de différents films. La justesse d’un plan tient ainsi à ce qu’il est privé d’intentions bonnes ou mauvaises. La critique s’édifie selon des bonus et des malus. Le bonus est donné à l’image qui témoigne pour la vie, simplement et qui réussit grâce à cela à vaincre le cliché. Le cinéaste commente un travelling extrait du film « D’Est » de Chantal Akerman en le confrontant à un plan d’un autre film intitulé « Les Paumes de la mendicité », diffusé par la chaine Planète en 2004 :

« De 1986 à 1990, le réalisateur Artur Aristakisjan se mêle aux mendiants de Kishinec, sa ville natale, filmant sans retenue les visages, les corps, les expressions de la souffrance. Dans ce documentaire de fin d’études, tourné avec un budget dérisoire, il raconte en dix chapitres la vie des parias de Russie. Le silence de ces images brutes en noir et blanc est uniquement rompu par des extraits du Requiem de Verdi ainsi que par la voix off du réalisateur, exhortant un fils imaginaire à ne jamais rentrer dans le système et à embrasser la vie des fous et des

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin