Le Brexit peut être de "gauche"

Contre une opinion dominante, le Brexit n'est pas le monopole de la droite anglaise dure.

Contre Philippe MARLIERE : 

Ken Loach sur le Brexit : « L’amertume et la rage risquent de conduire à des accès de colère »

Le réalisateur britannique Ken Loach lors d’une séance photos au Festival de Cannes, où il présentait son dernier film, « Sorry We Missed You », le 17 mai 2019. (LOIC VENANCE/AFP)

Au nom de son combat pour la protection des travailleurs, le cinéaste britannique Ken Loach est de plus en plus tenté par un Brexit… de gauche. Entretien.

Par Sarah Halifa-Legrand, pour l'OBS 

Publié le 23 septembre 2019 à 16h07

  A 83 ans, Ken Loach a plus que jamais le cœur à gauche. Entendez par gauche, la « vraie », la radicale. Sur les écrans, le cinéaste britannique sort un nouveau film en France le 23 octobre, « Sorry We Missed You ». Dans la même veine que sa palme d’or « Moi, Daniel Blake », c’est un drame social poignant sur le nouveau mal du siècle, l’ubérisation, qui sonne comme un requiem pour le monde du travail.

Sur la scène politique, lui qui a repris sa carte au Labour en 2016 après l’avoir quitté sous Tony Blair, défend bec et ongles son ami Jeremy Corbyn, vieux routier de la gauche radicale devenu chef du parti travailliste – actuellement réuni en congrès, à Brighton, jusqu’à mercredi – et aujourd’hui pris dans le piège du Brexit. A l’image ou à la tribune, ce sont en réalité deux combats qui n’en font qu’un : la défense des travailleurs face à une Europe qu’il juge incapable de les protéger.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.