Stiopa
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 déc. 2016

Bestiaire : cinq acteurs hollywoodiens du XXIe siècle

Stiopa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Daniel Day-Lewis. Espèce protégée. Connu pour son goût camaléonesque du travestissement, on le trouve le plus souvent en milieu sauvage coiffé d’un chapeau tuyau de poêle, ou au fond d’un puits. Son hululement couvre toute la gamme des intonations, du roulement rocailleux à la voix de crécelle. Son habitat naturel varie selon la saison, des champs pétrolifères à la Maison Blanche en passant par les laveries automatiques du marais londonien. Rare specimen de la race cabotinus ambulans, il apprend le tchèque pendant huit mois avant « L’insoutenable légèreté de l’être » qui est tourné en anglais, et passe plusieurs autres mois à se faire nourrir à la petite cuillère en fauteuil roulant pour acclimater son pied gauche aux rudesses rhumatismales des contrées irlandaises. 

Le Leonardo Di Caprio. Animal dont les déformations successives et momentanées du visage sont provoquées par des contractions volontaires ou non de certains muscles de la face. Le Di Caprio agit par mimétisme mais sans finalité apparente avec le grimutio de niro, nom savant de l’anthropoïde de la famille du Pongo le plus vénéré de son milieu ambiant. Dernièrement récompensé d’une amulette dorée pour la variété de ses grognements, lors d’une célébration rituelle de ses homologues primates.  

Le Tom Cruise. Animal à une expression, mu par la force vive et le dynamisme physique qui lui permettent d’agir ou de réagir en toute circonstance. Sautant de liane en liane, il est de capture difficile mais néanmoins plaisant à voir évoluer. Descendant direct de la lignée patrilinéaire du cagneyus ferocius.  

Le Joaquin Phoenix. Specimen marmonnant dont le comportement obsessionnel en milieu ambiant s’accompagne fréquemment de rituels conjuratoires ou d’évitement, de compulsions de répétition d’un geste (sauter plusieurs fois sur la même branche, décrire plusieurs fois le même cercle), ou d’un cri. Ses obsessions de doute ou d’erreur, sources d’une angoisse massive, consistent principalement en l’iruption de rituels rappelant ceux du cabotinus ambulans.

L’Adrien Brody. Primate à corps allongé, il se distingue de l’ensemble des êtres vivants possédant des caractères anatomiques, morphologiques et physiologiques communs aux siens par une extrême lenteur de mouvement qui le rapproche du paresseux, et par la remarquable capacité de manifester des émotions sans mouvement apparent de la face. Son profil et son regard de cheval triste valent tous les mots.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro