Le Président de l'Union Nationale des Taxis répond à Brune-Poirson

Quand toute une classe dominante se met en "Marche" pour secourir un modèle économique mortifère ! https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Brune-Poirson-A-part-la-ratatouille-il-ne-faut-pas-trop-m-en-demander-1568350

Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire fait ses choix. Quand Paris-Match lui pose la question : Taxi ou Uber ? La députée de la 3e circonscription de Vaucluse répond :

« Plutôt Uber. C’est l’économie de demain, mais à condition que les employés aient des droits. Et on y travaille » ajoute-t-elle. Quelle bonté !

Madame la Ministre, au-delà des seuls taxis qui suscitent une forme de mépris de la part de la bourgeoisie à laquelle vous vous identifiez, et pour des raisons que j’expliquerai très simplement. Les taxis ont imposé historiquement une résistance que ne supporte pas votre classe dominante, déjà durant la première et Seconde Guerre mondiale mais aussi à la guerre économique à laquelle vous nous soumettez. On peut aisément imaginer que les Français apprécieront le modèle économique et social auquel vous souhaitez nous conduire… Une concurrence farouche entre les travailleurs qui s’entre-tuent pour quelques heures de travail sans protection sociale, une économie du XIXe siècle à la botte des plateformes numériques aux revenus incertains vivant sous la menace permanente d’une déconnexion. Une économie d’évitement fiscal basée sur l’arrogance et le mépris des lois.

Vous ne tirez aucuns enseignements des précédents électoraux dans votre circonscription, et plus généralement dans le monde. Même un état comme New York qui ne peut pas être qualifié d’îlot socialiste, prend conscience du danger de ces entreprises et du modèle qu’ils souhaitent imposer aux plus fragiles au bénéfice des seuls dominants !

Rachid BOUDJEMA

Président de l'Union Nationale des taxis

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.