Rentrée universitaire à Avignon: Communiqué de Presse de SUD Éducation Vaucluse


Communiqué de Presse

RECRUTEMENT PAR CONTRAT DE SMICARDS CONTRACTUELS SUPER PRÉCARISÉS, MAIS SURDIPLÔMÉS POUR FORMER DES CENTAINES D'ÉTUDIANTS À L'UNIVERSITÉ D'AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE.

Par ce communiqué de presse, SUD Éducation Vaucluse — qui syndique des personnels de l'éducation nationale, de la maternelle à l'université — souhaite alerter la population vauclusienne sur la politique menée depuis plusieurs années par la présidence de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse.

Aux étudiants envisageant les études supérieures à l'Université d'Avignon et à ceux qui les soutiennent dans ce projet : considérez plutôt les formations de Pôle-Emploi, vous aurez des formateurs mieux rémunérés, mieux considérés et bien plus disponibles.

Aux docteurs (bac+8), qui envisagent de postuler aux postes d'enseignant contractuel payés 1461 euros nets pour 480 heures de cours, proposez-vous plutôt comme formateur à Pôle-Emploi, vous aurez un meilleur statut, y compris si vous espérez poursuivre vos recherches scientifiques.

L’Université d'Avignon tire sa légitimité de l'accueil des bacheliers locaux, qui sans elle n'auraient pas accès aux études dites « supérieures ». Or, dans cette optique, la filière la plus populaire est incontestablement l'A.E.S. (Administration Économique et Sociale), avec des centaines d'étudiants chaque année. Plutôt que de soutenir les collègues en charge de ces filières, de réfléchir aux parcours possibles de ces étudiants l'Université d'Avignon a, jusqu'ici :

  • supprimé les spécialités les plus demandées, comme la gestion.
  • surchargé sans limites d'heures supplémentaires et de tâches administratives les enseignants-chercheurs qui les organisent et les animent sans compter.
  • découragé l'émergence d'équipes locales en ces domaines, au nom de la défense d'axes prioritaires nettement déconnectés de la demande étudiante.

Pouvait-on faire pire ?

La réponse est malheureusement « oui » : désormais pour accueillir le principal flux d'étudiants à l'université on va recruter des doctorants en leur « offrant » un statut ultra-précaire, avec un salaire largement en dessous du SMIC horaire, au regard du nombre d'heures de cours exigées et des charges afférentes.

On ne voit même pas comment ce collègue réussira à se loger correctement sur Avignon pour assurer cette écrasante charge de cours.

À SUD Éducation 84, nous pensons que cette situation inacceptable n'est possible que parce que la grande majorité de la population vauclusienne est tenue dans l'ignorance du type de gestion des ressources humaines qui se met en place depuis plusieurs années à l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse.

L'équité doit être la règle entre les différents statuts de l'Université : deux collègues ayant les mêmes qualifications doivent pouvoir disposer du même statut.

L'ensemble de l'université doit soutenir avec force les équipes qui se sont dévouées aux filières populaires. Or, la souffrance de ces personnels est insoutenable et approche celle du harcèlement moral.

Les spécialités les plus demandées par les bacheliers doivent être rétablies au plus vite.

Il faut d'urgence développer de vrais parcours universitaires pour tous les bacheliers et non pas des voix de garage et de découragement.

À Avignon, le 13 septembre 2013.

SUD Éducation Vaucluse.

syndicat@sudeducation84.org

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.