Manifestation de la police du 19 mai, et si on annulait la constitution??

La manifestation de la police mercredi 19 mai, au lieu de déclencher l'empathie envers une profession difficile et dangereuse, suscite chez moi un fort sentiment de malaise face à ce coup de pression réalisée par les forces de l'ordre sur notre République.

Quelques jours après les tribunes des militaires où un appel à la révolte était implicitement lancé, la manifestation de la police hier renforce mon profond malaise.

D’une marche hommage aux policiers assassinés, celle-ci s’est transformée une manifestation syndicalement et politiquement orientée. Sur le fond, je soutiens et compatis évidemment à la douleur et l’inquiétude des policiers ; Je comprends et souscris aussi au fait que les peines semblent (puisque je ne suis pas un expert) trop peu appliquées. Mais c’est la forme et la tournure qu’a pris la marche qui m’a choqué.

Ce qu'a montré le syndicat alliance notamment se rapproche de plus en plus d'un appel anti républicain. Que fait d’ailleurs un ministre d'un gouvernement dans une manifestation ? C'est du jamais vu. Car contre qui était dirigé cette manifestation si elle inclut un membre du gouvernement ? contre le peuple ? sa constitution ?

Comment comprendre autrement que par une menace cette phrase de F Bersani, du syndicat Unité-SGP Police « si cette mobilisation s’avère très efficace et très forte aujourd’hui, les digues cèderont, les digues c’est-à-dire les contraintes de la constitution, les contraintes de la loi ». C’est à peine croyable. On se croirait revenu en janvier avec la marche des trumpistes sur le capitole. Que nous reste-t-il si la constitution, la république sont ainsi balayées ?

Je suis aussi très triste et atterré de la venue docile de plusieurs représentants politiques, venus s’incliner devant les forces de l’ordre pour ne pas être considéré comme laxiste en vue des échéances électorales qui arrivent. La présence des Zemmour et compagnie illustre bien le côté nauséabond de certains arrières pensés hier.

Je soutiens notre police en tant que composante essentielle au service de la république mais suis très inquiet des dérives généralisées anti républicaines. Que doit-on leur accorder ? l’incarcération systématique ? (quid des affaires Zécler, viry Chatillon où la police a clairement outrepassé ses prérogatives), la généralisation de la légitime défense (y compris tirer dans le dos d’un fuyard comme le demandent certains ??)

Certains sociologues, politiques, politologues parlent d'un climat pré-fasciste, j'essaie de ne pas y croire mais l'inquiétude monte. Les signaux passent de plus en plus à l’orange si ce n’est au rouge. Quelle sera la prochaine étape ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.