Sylvain Lannehard
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2014

FOUTEZ-NOUS LA PAIX AVEC MELENCHON

Sylvain Lannehard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On a compris : vous n’aimez pas le personnage, sa faconde, ses colères, la « forme » de sa pensée ! On a compris ! On voit régulièrement de quelle façon vous traitez ses postures, ses irritations, même ses mimiques !

Ceci dit, faites votre travail de journaliste ! Présentez le « fond », les idées qu’il défend ! Jean-Luc Mélenchon est devenu en quelques années le porte-parole d’une pensée de gauche qui ne demande qu’à être développée, expliquée, enseignée … Une autre vision du monde, un fonctionnement de civilisation différent, l’écosocialisme. N’importe quel journaliste politique un peu sérieux devrait s’intéresser au « fond » de cette pensée.

Les « petits » journalistes cherchent en lui le colérique, le passionné, l’énervé. Ils vont le titiller, chercher la petite phrase, le pousser à bout pour ensuite le caricaturer à l’extrême. Lancer des boules puantes et s’offusquer de recevoir la pareille. Ils ne sont que des commerciaux vénaux, ils ne sont pas des intellectuels soucieux de la confrontation d’idées.

Heureusement, tous ne sont pas « petits ». Et certains veulent en savoir plus sur « L’humain d’abord », sur cette Utopie politique, sur l’écosocialisme.

Quand je distribue mes tracts sur les marchés, on me rétorque trop facilement : « Ah non, pas Mélenchon ». Alors, du tac au tac, je réponds : « Mais je ne m’appelle pas Mélenchon ! C’est moi qui vous parle ! Je vous interpelle, moi ! Je vous propose de connaître mes idées et d’en débattre avec moi ! Je ne fais pas de publicité pour un Sauveur. Que pensez-vous de la civilisation occidentale et que pensez-vous des améliorations que je cherche à lui apporter ? »

Mesdames et messieurs les journalistes, je vous pose les mêmes questions : « La civilisation occidentale vous convient-elle ? Pouvez-vous imaginer que, moi, elle ne me satisfasse pas du tout ? Vous voulez bien, s’il vous plaît, faire votre métier correctement et transmettre respectueusement l’information suivante : Voilà la nouvelle civilisation que mes camarades et moi (et Mélenchon) proposons ! »   

Vous vous défendez sans cesse de ne pas faire la pluie et le beau temps mais bien sûr que vous pesez énormément. Votre responsabilité est même immense. 

En 2005, 90 % des éditorialistes faisaient campagne pour le « oui ». Vous allez me répondre que les Français ne vous ont pas écoutés puisqu’ils ont voté « non » en majorité, à 55 %, « preuve que l’opinion n’est pas influencée ». (On peut même ajouter qu’elle n’est pas représentée puisque 88 % des délégués du peuple votèrent contre l’avis du peuple).

Ainsi, vous n’aurez pas compris ce que je viens de vous dire ! « 90 % des éditorialistes faisaient campagne pour le « oui » ! Mais de quel droit, « faites-vous campagne » ? Si vous aviez fait vivre un vrai débat en donnant la parole à des opposants, qui vous dit que le peuple, mieux informé, n’aurait pas davantage refusé ce Traité ?

Vous n’êtes pas des acteurs, vous êtes des observateurs. On ne demande pas son avis à un journaliste, on lui demande de nous informer. La charte de Munich vous l’enseigne : « Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste »

Je rappelle cette fulgurance de Victor Hugo : « L’Utopie est la vérité de demain »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005