Sylvain Lhuissier
Co-fondateur de Chantiers-Passerelles
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 oct. 2016

Les enfants sortent moins que les prisonniers, c'est grave... Achetez de la lessive !

La marque Skip® a sorti une campagne de publicité surprenante : sous le slogan aguicheur "Libérez les enfants", la marque compare les heures passées en plein air par les enfants et par les prisonniers pour nous inviter à acheter... de la lessive ! Coup de gueule contre une publicité cynique et irrespectueuse.

Sylvain Lhuissier
Co-fondateur de Chantiers-Passerelles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier au soir, je regardais une vidéo sur Youtube (soit dit en passant c'était la très belle chanson "Vingt ans" de Léo Ferré mais ce n'est pas le sujet)... Comme souvent, parce que c'est "gratuit", la vidéo commence par une publicité, celle-ci :

Libérez les Enfants © Skip - Toby Dye

Pour ma part, ma réaction a été successivement :

  • Intéressé : "Tiens, c'est rare de parler des personnes détenues !"
  • Puis interloqué : "Comparer la situation des personnes détenues et des enfants c'est quand même osé..."
  • Et pour finir choqué : "Mais, mais.... Mais c'est dégueulasse de faire ça ! C'est ignoble, c'est honteux, c'est..."

Je vous épargne une panoplie de mots qui s'en sont suivis pour décrire la colère et le dégoût que m'ont inspiré cette publicité. Pour en avoir le coeur net, je suis allé sur le site de Skip. Leur manière de présenter cette campagne ne m'a pas particulièrement apaisé...

"Pour attirer l’attention sur ce point, Skip a créé Libérez les Enfants, un film qui invite à la réflexion en illustrant ce déséquilibre de façon concrète. Dans cette campagne filmée dans une prison de haute sécurité à Wabash dans l’Indiana, le réalisateur Toby Dye interroge les détenus afin de savoir ce que représente pour eux le temps passé à l’extérieur."

Publicité ou campagne de sensibilisation ?

Tout d'abord, je trouve relativement malsain le procédé consistant à déguiser une publicité en campagne de sensibilisation, à appeler un spot publicitaire un film, à parler de réalisateurs... Bientôt, Coca-Cola® sortira peut-être un "documentaire" sur le bonheur.

La parole des personnes détenues est trop rare pour s'en servir n'importe comment

Mais surtout, l'utilisation de la prison et des personnes détenues dans ce clip est me semble-t-il cynique ! Les personnes détenues, aux Etats-Unis comme en France, vivent dans des conditions dégradantes, dans un climat de violences et de tensions permanentes, et voient leurs droits fondamentaux régulièrement bafoués (on parle bien de Droits de l'Homme).

Alors non, on n'a pas le droit d'utiliser ce sujet pour en faire une publicité pour de la lessive ! Non, on n'a pas le droit, quand on ne sait pas de quoi on parle, de manquer de respect aux millions de personnes détenues dans le monde, à leur famille, aux personnes qui travaillent en prison.
La parole des personnes détenues est bien trop rare pour qu'on accepte qu'elle serve à faire la promotion de la machine à laver.

Enfants et personnes détenues, la comparaison a-t-elle du sens ?

Et puis, la situation n'est tout simplement pas comparable ! Le temps de jeu en plein air des enfants est certes une vraie préoccupation, mais je trouve cette comparaison odieuse. En France, en maison d'arrêt, les personnes détenues passent 22h par jour en cellule, à plusieurs dans des cellules de 10m², toilettes comprises. Quand elles peuvent suivre des cours, c'est 6 à 10h par semaine, et la loi ne garantit pas plus de trois douches par semaine.

Au quel moment a-t-on cru qu'on pouvait décemment dire : "Les enfants sont moins épanouis que les prisonniers, c'est grave. Achetez Skip®" ?

J'ai donc choisi de signifier mon mécontentement par un petit "pouce vers le bas" en dessous de la vidéo, et en écrivant au Service Consommateur de Skip® sur cette publicité. 

La réponse du Service Consommateurs :

"Je regrette que cette campagne ne vous ait pas apporté entière satisfation et je vous remercie de nous avoir informés. Cette campagne se base sur un constat : aujourd'hui, les enfants passent en moyenne moins de temps à l'extérieur qu'un détenu de prison. Le message véhiculé par la publicité SKIP "Libérez les enfants" consiste à montrer que, si les enfants ne reviennent pas avec des tâches sur leurs vêtements, c'est qu'ils n'ont pas suffisamment joué dehors.

Néanmoins, je transmets votre remarque comme quoi cette publicité est déplacée auprès de notre service communication."

Si le coeur vous en dit : un petit "pouce vers le bas" sur la vidéo et un message au service consommateur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse