Sylvain Nandan
Enseignant TZR
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

3 Éditions

Billet de blog 11 janv. 2017

On n'enferme pas celui à qui on offre refuge, mais celui qu'on considère prisonnier

Le 18 octobre 2015, un Érythréen présent sur les lieux d’un crime terroriste perpétré par un Arabe israélien est assassiné par un agent de sécurité qui l’aurait pris pour l’assaillant. Son corps sera lynché par des badauds animés de vengeance, de haine. Non loin, un metteur en scène chapeaute des ateliers-théâtre...

Sylvain Nandan
Enseignant TZR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ambiances, esthétiques et méthodes empruntées au théâtre-journal et au théâtre de l’opprimé ; c’est pourtant le désert du Néguev. Lui est plutôt connu en Israël, il s’appelle Chen Alon. Eux, anonymes ici, sont de simples sujets dramatiques.

Soudanais, Érythréens ; demandeurs d’asile, clandos, prisonniers ségrégués, les caméras les localisent : un no man’s land, le camp d’Holot se trouve à plus de 70 kilomètres de Beer Sheva, ville la plus proche. Sinon, il y a Saharonim, une autre prison.

Le pays souhaite emprisonner, parquer les demandeurs d'asile, pour une durée illimitée. À moins qu'ils ne consentent à partir vers un pays tiers qui soit « sûr »... Selon l'ONG International Refugee Right Initiative, entre 1500 et 2000 personnes provenant d’Érythrée ou du Soudan sont déjà arrivées en Ouganda et au Rwanda depuis 2013, expulsées d'Israël.

Entre les frontières © Avi Mograbi

Cette politique migratoire du « pays tiers sûr » et de l’enfermement est en partie un modèle pour l’Union européenne : édification de murs, militarisation des frontières, création de centres de rétention, de hot points, accord avec la Turquie en mars 2016, etc.

Néanmoins, en mars 2016 également, un rapport publié conjointement par le Service danois de l'immigration et le Home Office britannique indiquait que les personnes qui sont déboutées vers le Soudan font là-bas face à de violentes persécutions.

Voilà qui tente de visibiliser Avi Mograbi dans ce film. D'une part, les lieutenants d'une société de contrôle exacerbée sous la logique de la défense de la « Terre sainte », d'autre part, des individualités captives dans l'exil, confrontées à l'ignorance, au mépris.

Comme quand il est question pour des Érythréens (voir la bande annonce ci-dessus), d'être assimiliés à des Éthiopiens, alors que la dangerosité des conditions de vie dans leur pays est directement liée à une guerre d'annexion de presque trente ans ayant opposé l'Érythrée à l'Éthiopie. Ce qu'observait par ailleurs Jean-Christophe Victor dans une de ses dernières émissions (ci-dessous).

Érythrée : aux origines des flux migratoires © Le dessous des cartes (Arte)

On n'enferme pas celui à qui on offre refuge, mais celui qu'on considère prisonnier.

« Arcadi se topó con una alambrada que confirmó sus sospechas: no se encierra a quien se ofrece refugio, sino a quien se considera prisionero » - Jordi Soler, Los rojos de ultramar, Alfaguarra (2004).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française