Sylvain Nandan
Enseignant TZR
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

3 Éditions

Lien 15 juin 2022

#StopAuCommerceAvecLesColonies [stopsettlements.org]

L'Union européenne juge illégales les colonies dans l'ensemble des Territoires palestiniens occupés par l'armée israélienne mais n'interdit pas le commerce avec celles-ci. Une initiative citoyenne européenne (ICE) demande donc la création d'actes juridiques qui mettent fin à ces échanges commerciaux.

Sylvain Nandan
Enseignant TZR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://stopsettlements.org/french/

Après 55 ans d'occupation et plus précisément depuis 15 ans et son bouclage par l'armée israélienne, combien de Palestinien⋅nes y ayant grandi ont pu quitter la bande de Gaza? Assurément peu, car depuis 2007, il est tout simplement interdit pour les Palestinien⋅nes de circuler entre Gaza et Israël, et donc de se rendre à l’étranger via la Jordanie ou de rejoindre la Cisjordanie, malgré le consensus international selon lequel ces deux parties du territoire palestinien occupé forment une « entité territoriale unique ». De la sorte, selon Omar Shakir, –directeur de Human Rights Watch pour Israël et la Palestine–, « Israël a transformé Gaza en une prison à ciel ouvert ».

Pourtant, parallèlement, comme le vin ou les fruits, combien de produits et de denrées alimentaires provenant des Territoires palestiniens occupés par Israël franchissent malgré tout ces frontières avec l'étiquetage « Israël », étant donné que leur commerce est organisé grâce aux entreprises exerçant depuis les colonies illégales dont elles tirent profit? Suffisamment pour que la Commission européenne impose aux États membres, depuis 2015, de prévoir dans leur législation un étiquetage spécifique pour ces produits vendus sur sol européen après leur importation des colonies israéliennes illégales, puisqu'il s'agit de territoires occupés. 

C'est à partir de ce double questionnement et animé⋅es par la volonté d'en demander davantage que plusieurs associations, ONG, syndicats et personnels politiques interrogent dorénavant le rôle de l'Union européenne vis-à-vis des profits tirés de l’annexion et de l’occupation des Territoires palestiniens. Leur pétition, sous forme d'initiative citoyenne européenne, exhorte ainsi la Commission à « empêcher les entités juridiques de l’Union tant d’importer des produits originaires de colonies illégales dans des territoires occupés que d’exporter des produits vers ces territoires », afin de ne pas « contribuer au maintien de telles situations illégales ».

Parmi les organisations qui s'associent à cette initiative figurent entre autres la Ligue des Droits de l'Homme (LDH), la Fédération internationale pour les Droits Humains (FIDH) et Human Rights Watch (HRW). 

Gaza : Une " prison à ciel ouvert " depuis 15 ans © HRW Français

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon