Sylvain Nandan
Enseignant TZR
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

3 Éditions

Billet de blog 21 juil. 2022

Sylvain Nandan
Enseignant TZR
Abonné·e de Mediapart

« Libres comme des Bril »

Imprégnée de son sujet comme une chercheuse, dans LIBR' Céline Larrigaldie raconte comment l'avant-garde française de la haute couture masculine s'est retrouvée, sept années durant, en pointe du renouveau des formes de lutte d'ouvrières.

Sylvain Nandan
Enseignant TZR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La sonnerie de la pause n'a pas encore retenti que Solange rencontre déjà son public au milieu des vestiges des ateliers de confection BRIL. Dans cette usine orléanaise du quai du Roi dont la moitié du chiffre d'affaires provenait de la griffe Pierre Cardin, la quasi totalité des travailleurs étaient des travailleuses au moment du dépôt de bilan, en 1979.

Dans ce souvenir où plus de 300 femmes détiennent le savoir-faire mais où seuls quelques hommes possèdent à la fois les machines et le capital, Solange revoit Marie-Thérèse, « la catho », et Sylvie, « la coco ». Toutes deux sont à la CGT et prennent part à l'occupation des lieux, mobilisation qui évoluera peu à peu vers l'ébauche d'un projet d'autogestion.

Piqueuse plate point zig-zag Durköpp 211

Au début, nous raconte Solange, des dizaines d'ouvrières se relayent nuit et jour pour occuper les ateliers et préserver les machines et les lainages. « Dans le stock de tissu, au dépôt de bilan, il y avait de quoi fabriquer cinquante-six mille costumes » confiait d'ailleurs Monique, responsable CGT, au journal Le Monde, le 26 mars 1981.  

Puis Solange nous plonge ensuite dans l'ambiance joyeuse des premiers bals organisés dans l'enceinte de l'usine, peu après sa fermeture officielle. On y comprend comment elles décident alors, avec opiniâtreté, de faire les choses à l’envers et de rebondir avec une nouvelle marque – LIBR – produite en société coopérative ouvrière de production (Scop).

Dans l’attente d’un repreneur, le bruit des machines repart et Solange, Marie-Christine, Sylvie, Marie-Thérèse et les autres s'activent, se forment à de nouvelles tâches avec l'envie d'être au cœur de la maîtrise de la ligne de production et de vente. Elles occupent le terrain, se manifestent, vont au tribunal, organisent des défilés et agitent le chiffon rouge de la liberté.

C'est toute cette ténacité, cette solidarité et cette volonté d’en découdre avec le marché du luxe que Céline Larrigaldie retransmet dans cette pièce. La juste reconstitution des luttes et des vies personnelles racontées est d'ailleurs autant l'aboutissement du travail d'écriture de Jean-pierre Thiercelin que des heures d’entretiens qu'elle a elle-même menés auprès de ces couturières dont elle raconte l'émancipation, mais la vraie réussite de l’œuvre réside surtout dans sa faculté à les animer et à leur donner corps tout en s'eclipsant assez pour montrer sur scène ce cadre « où nait la confiance, là où l’humain se construit » (Les Invisibles, Gégard Mordillat).

Saran : le théâtre municipal va faire revivre le plus important combat ouvrier mené dans la région © France 3 Centre-Val de Loire

LIBR’

Idée originale, conduite de projet et interprète : Céline Larrigaldie ;  Écriture : Jean-pierre Thiercelin ; Mise en scène : Isabelle Starkier ; Régie et accordéon : Emmanuel Delaire ; Production : Compagnie Poupette et Cie ; Co-production : Ville de Saran ; Avec l’aimable participation de Gérard Mordillat et le soutien de la ville d’Orléans, des communes de Darvoy, Sandillon, Jargeau, du Conseil départemental du Loiret et de la Région Centre Val de Loire.  

1h20

19.07.2022 → 28.07.2022 (16h)

Centre culturel des cheminots, Théâtre de la Rotonde

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange
Journal — Politique
Sur l’Ukraine, la gauche ne parle toujours pas d’une seule voix
Un PS à l’offensive, une France insoumise semblant plus floue que jamais… Alors que le premier conflit sur le sol européen du siècle s’intensifie, la question ukrainienne reste la grande absente des débats à gauche.  
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod