Le renaud des moisis...

Petit monologue pour dégoiser sur les lopes que j'croise sur la page Facebook des "Fans d'Audiard". Entre les mités qui te balancent leurs "J'me casse; on est bien loin de l'esprit du Maître" et les frileux qui défouraillent à tout-va dès que tu oses penser différent, y'a de quoi s'marrer...

Avant, quand t'étais à l'abreuvoir, à tailler l'bout d'gras avec tes potes, les faisandés du mou venaient pas te les broyer parce qu'y savaient qui pouvaient s'prendre une mornifle. Du coup, y s'camphraient dans leur coin en renaudant dans leur barbouze. Ensuite, y rentraient mettre une danse à bobonne, histoire de s'convaincre qu'y z'avaient pas du jus d'navet dans les veines.

Aujourd'hui, t'as une secouée de molletonnés qui se défoulent sur le virtuel pour oublier qu'y z'ont les olives rabougries par le traczir. Mais ça fait pas baisser pour autant la mortalité chez les frangines tabassées...

Y'a pas, on est quand-même bien cernés par les locdus, sur ce mur (*) !!! Entre les vedettes qui décanillent comme des princes en nous balançant leurs faire-parts et les snipers qu'attendent bien planqués pour déponner sur le premier clampin qu'ose cogiter plus haut que son darge, dis-toi que si t'es pas affranchi, tu vas te cailler le raisiné et te faire un ulcère avant l'heure. Et si tu vas au schproum, t'as pas fini parce que ces déchets, ben y z'attendent que ça pour te finir à grands coups de lattes (dématérialisées, bien sûr ; sont pas assez couillus pour aller au charbon en vrai!!!).
Alors, un conseil, ma gueule, fais comme mézig ; prends ta brodeuse et sers-toi de ces naves pour en tirer le meilleur lait possible et surtout, fends-toi la pipe.

Leur débilité est une muse à chérir...
Allez, bisous ma caille et porte-toi fier !

(*): le lien vers la page en question

agir

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.