Mon étoile poilante...

C'est un petit bout de femme qui est attachée à la culture dans une communauté de commune. Comédienne et clown, elle a irradié mon quotidien de sa joie de vivre. Voici un résumé en images de cette histoire fulgurante et douce...

valley-of-desolation-013

J'vais pas t'la faire à la sauce "moi, chuis un mec vachement romantique, un chouette type qu'aime la cambrousse, les petits zoizeaux"...

T'es canon (dedans comme dehors; c'est la même...), intelligente et rigolotte (attention, j'ai pas dit ridicule!). J'congédie la blonde, les grouillots; je lâche le claque et je mets les voiles pour te suivre jusques (*) au fond de tes abysses trop précieux pour éclairer, en tes ondes inespérées, l'Edmond Dantès qui sommeille en nos limons d'antan.
Mon dabe me disait souvent (à propos des choses du dardant) : « Si en elle tu te vois, elle t'y verra aussi et par en pincer pour toi, elle finira. Mais pour ça, ne pas te planter de bergère, tu dois !»

J'me suis souvent mis la théière à gamberge en m'disant que y'aurait jamais une souris assez déjantée pour se fader un fondu comme mézig mais depuis que je t'ai vue dans ce bouclard, j'ai su...

À toi de me prouver qu'il avait pas tort, le daron; emmène-moi dans tes valoches. Cramons la vie et prenons du bouchon ensemble loin du tumulte de ce monde séché.


(*) c'est pas une gourrance mais bien un clin d’œil à Pierrot le Corbac, grand créateur du Cidre devant les tonnelles...

 

ours-blanc-comique

 

   Cet outre-monde brisé m'appartient depuis que je me suis évaporé en son azur. Il est devenu mon terrain de jeu. Si tu t'invites dans mon décor, la place que je t'y ferai sera si confortable et l'atmosphère si reposante que même le sommeil te mécontentera. Sur la ligne d'oraison, tu poseras tes mains et caresseras les fragments d'images lacérées. Enfin tu voleras vers cet abri de lumière que j'ai érigé pour toi. Ne dis rien ; viens. Rêve, vis, plonge et m'engrange... À tout-à-l'heure.   

 

location-chapiteau-forain-18m-evenementiel

Bruissement sec et souffle humide d'un automne déchiré ; je surnage dans un bouillon de sable luisant. Des feuilles rousses et des rêves oranges me reviennent au visage. Plus de sève dans ce tronc creux mais de la fièvre en paquet. Histoires molles et mire au levant souvent révèlent l'allégresse de l'ardent espoir. Un lundi stimule les jours heureux dans l'entier hérité de la vérité moirée. Bonne âpreté, mezzanine...

in-the-quietness-of-the-night

J'ai rencontré une étoile poilante, une perle rare et précieuse qui m'a vrillé le cassis.  Elle a chambardé ma carcasse et je crois bien que ça tutoie le dardant, c't'affaire-là... Quand je pense à elle, j'ai le palpitant qui veut se faire la malle de sa cage et aller toquer à sa lourde pour l'emmener rodave les p'tits zoiseaux et les pâquerettes. J'ai les quilles qui tricotent de savoir qu'on a plein de trucs à s'apprendre et à découvrir. Elle est un monde de rêves à elle toute seule. Je sais pas si je suis morgane mais j'crois bien que je suis mordu. J'l'ai cherchée toutes ces années, j'l'ai appelée et elle, elle entendait rien? "Et nous ferons de chaque jour, toute une éternité d'amour, que nous vivrons à en mourir." Ça va peut-être très vite mais ça vaut le jus et même si on se brûle les ailes, au moins, on aura vu la Terre d'en haut...  

dscf0534

Encore envie de vibrer avec et pour toi... de te prendre dans mes bras... d'embrasser chaque parcelle de ton corps... de fermer les yeux quand ta bouche me reçoit... de te découvrir encore et encore... de te boire... d'entendre tes murmures si doux... de découvrir avec toi des sens inédits... de fondre sous tes mains... de sentir ton corps brûlant sous les miennes... Envie que tu ensoleilles mes nuits encore pendant des siècles. "Hier, je t'aimerai dans un bar à minuit, des soirs où la tendresse fait plus bander les chiens". Tu es ma petite magie...

 

 

Rien d'indécent dans tout cela; juste une tranche de vie partagée...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.