Lettre à Blanche...

Bafouille postée sur la page FB de Blanche Gardin après son refus de la distinction proposée par Micron le petit...

Très chère Blanche,
Si j'étais pas déjà mordu de ma Fifi, je crois bien que vous m'auriez sur le paletot depuis des lustres. J'aurais squatté votre paillasson jusqu'à ce que, dépitée, excédée par ce morbac qui ne vous lâche pas la ficelle du string, vous ne cédiez et m'espousailliez. Ben quoi, vous dîtes que votre vie affective est un vrai désert alors j'imagine que, bien que je ne sois pas vraiment un canon, vous vous seriez rabattu sur le plus coriace de vos admirateurs. Je sais que beaucoup voient en vous une femme de lettres dont les colliers sont à l'image de l'ennui qu'elle suscite mais ces bas-du-front au bulbe moisi ne savent pas s'intéresser à votre beauté intérieure. C'est vrai que vos attifements scéniques sont plus proches de Jessica Fletcher que de Sharon Stone mais personnellement, moi je me cogne de l'aspect extérieur (faudrait être mité pour s'attarder aux apparences quand on a ma trogne de consanguin). En plus, et c'est pas pour me vanter, mais j'aurais pu être une bonne source d'inspiration en ma qualité de gros beauf bien gras et dégoulinant.
Bon, si je vous fais cette bafouille c'est pas pour essayer de me caser (c'est déjà fait et avec une pointure de l'art burlesque et clownesque) mais plutôt pour vous tirer mon gibus.
Vous étiez dans mon Top 3 des humoristes subtiles et intelligent.e.s mais aujourd'hui, avec votre réponse aux gogues des zarts et des lettres, vous touchez du doigt le firmament des artistes-philosophes. Votre humour et votre regard aiguisé sont une bouffée d'air pur et sauveront peut-être notre société décadente (culte du toujours plus rapide, du pré-digéré, de la pensée unique etc...).
Bref, même si je ne regrette pas d'être celui qui ravit (au lit mais pas que...) sa douce clown, j'ai un tout petit regret de ne pas pouvoir vous … « embrasser de vive voix » pour vous féliciter de penser comme vous le faîtes.
Ne changez rien, vous êtes notre espoir.
Bien à vous.
Sylvain, votre seul espoir (perdu) de vous sentir magnifiquement belle et désirable par les quincas chevelus à l'haleine fraîche (les chauves à l'haleine pourrie sont réservés aux septuas)... Non, je déconne; vous êtes un ange, évidemment (belle et charmante)...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.