Lettre à la concepige...

Dès qu'tu sors des clous, qu't'es pas un nave déburné et qu'tu jactes sans filtre, t'as toujours des jalminces qui s'la jouent psy de zinc et qui s'figurent que tu vas salement monter à l'échelle.

J'voudrais te causer d'un truc.
Tu te pointes et tu poses tes mots doux sous mes posts mais y'a un truc que t'ignores ; les galettes des bêcheurs sont du p'tit lait pour moi.
Tu veux nous faire croire que t'en as dans l'caisson mais ton égo t'a vrillé l'cassis et t'es aussi mariole qu'un gastéropode endogame qu'aurait passé sa vie à mariner dans du râpeux coupé à l'antigel.
Faut que j'te mette au parfum, le nave.
En faisant tes portraits à la merde, tu blouses personne ; t'es juste une bignolle et t'en baves des fonds de galetouzes de pas arriver à brodancher comme les ceusses à qui qu'tu débourres dans les Docs coquées.
Avant que tu déponnes ici, j't'invite à repenser à ce que j'tai déjà dit : tes mots sont du miel pour mézig.
Allez, tape-toi une pignole là-dessus, p'tite travailleuse...
Bisous.

doigt-barbele

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.