François Berléand: un humaniste qui vaut le détour...

François Berléand nous a livré son immense respect pour son public en le traitant de crétin. Mais surtout, il émet une idée qui fleure bon le IIIème Reich...

Lettre ouverte à ce sinistre personnage...

 

"Monsieur Berléand, je suis un crétin d'aide-soignant qui refuse le vaccin. Et comme je ne suis pas très futé, je vous livre ici toute mon affection honoro-digitale pour le discours que vous tîntes sur les personnes refusant d'être vaccinées et qui développeraient une forme grave du SARS Cov 2. Vous émettiez le désir ardant que ces personnes restent chez elles et se soignent seules. Je vous tire mon galure pour ces propos "profondément humanistes" et qui sont à la hauteur de ceux que vous crachâtes à la face d'un peuple en révolte et que vous appeliez les Gilets Jaunes.

Bien que vous soyez un excellent comédien, vous n'en êtes pas moins un sinistre réac (je dirais même un cireur de pompes de ce gouvernement de vendus). Puisque vous en êtes à donner des idées moisies à votre public, pourquoi ne pas émettre l'idée d'une création de camp de rétention pour réfractaires à la vaccination contre le Covid (je rappelle que l'on a aucun recul sur les effets secondaires de ce vaccin).

N'étant pas un antivax borné, je reste frileux quant à cette nouvelle vaccination. En ma qualité de soignant, je suis obligé d'être vacciné contre l'hépatite et la tuberculose, pourtant, ces deux vaccins ne prennent pas sur moi. Je dois être testé tous les ans et je reste négatif malgré la promiscuité constante avec des populations infectées (je travaille en service "Infectieux" avec une patientèle de migrants positifs à la tuberculose). Tout ça pour vous dire que la vaccination n'est pas forcément la solution quand d'autres n'ont pas été essayées.

Et plutôt que de vous focaliser sur ce peuple qui vous offre son admiration et que vous méprisez sans complexe, pourquoi ne pas relever les incohérences gouvernementales qui tuent la culture tout en nourrissant la grande distribution, faisant ainsi prendre des risques inconsidérés à la population?

Je conclurai en vous disant ceci: votre fatuité a depuis longtemps dépassé votre niveau d'intelligence et rejoint aujourd'hui l'immense mépris que j'ai pour des artistes qui vouent aux gémonies tout un pan du peuple qui pourtant, les nourrit. N'oubliez jamais que sans les crétins, vous n'êtes rien, Môôôôssieur Berléand!!!

Bien à vous, Sylvain SAÏD (aide-soignant en pétard)..."

 

Pour savoir ce qu'a dit ce sinistre individu, suivez ce lien: Berléand et les "crétins"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.